Martina Franca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martina Franca
La Torre del orlogio sur la Piazza del plebiscito
La Torre del orlogio sur la Piazza del plebiscito
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Apulia.svg Pouilles 
Province Tarente 
Maire Francesco Ancona
2012-2017
Code postal 74015
Code ISTAT 073013
Code cadastral E986
Préfixe tel. 080
Démographie
Gentilé martinesi
Population 49 780 hab. (31-12-2010[1])
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 42′ 00″ N 17° 20′ 00″ E / 40.7, 17.3333340° 42′ 00″ Nord 17° 20′ 00″ Est / 40.7, 17.33333  
Altitude Min. 465 m – Max. 465 m
Superficie 29 500 ha = 295 km2
Divers
Saint patron San Martino et Santa Comasia
Fête patronale 11 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pouilles

Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Martina Franca

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Martina Franca

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Martina Franca
Liens
Site web http://www.comune.martina-franca.ta.it/

Martina Franca est une ville italienne de la province de Tarente dans la région des Pouilles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rose des vents Alberobello Locorotondo Cisternino Rose des vents
Mottola N Ostuni
Ceglie Messapica
O    Martina Franca    E
S
Crispiano
Massafra
Crispiano Ceglie Messapica

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot Martina dérive de la dévotion des habitants fondateurs de la cité envers Martin de Tours vers l'an 1000. L'adjectif Franca fait référence au statut économique de la ville franche et fut ajouté en 1310 par Philippe Ier d'Anjou : la cité est alors nommée Franca Martina. Cette appellation de Franca est perdue avec l'abolition des privilèges accordés et ce n'est qu'en 1871, lors de l'Unification de l'Italie, que la ville est rebaptisée Martina Franca.

Histoire[modifier | modifier le code]

Martina Franca fut fondée en 1300 par le prince de Tarente, Philippe Ier de Tarente (également nommé Philippe Ier d'Anjou). En 1507, elle devint fief des Caracciolo, qui en firent la capitale du baroque des Pouilles. En 1668, le duc Petracone V Caracciolo fit construire le palais ducal (œuvre de Giovanni Andrea Carducci de Bergame), édifice qui rappelle le style des somptueux palais romains.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
31 mai 2002 15 juin 2007 Leonardo Conserva Centro-Destra  
16 juin 2007 en cours Francesco Palazzo Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Hameaux[modifier | modifier le code]

San Paolo, Lamia Vecchia, Specchia Tarantina, Ortolini, Trasconi Chianconi, Galante, Sisto, Carpari, Raschia Zappa, Gemma, Chiancaro, Pergolo, Capitolo, Pianelle, Cappuccini

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alberobello, Ceglie Messapica, Cisternino, Crispiano, Grottaglie, Locorotondo, Massafra, Mottola, Ostuni, Villa Castelli

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural civil et religieux[modifier | modifier le code]

Photothèque de Martina Franca
La Piazza Plebiscito
Détail de la façade
Intérieur de la basilique San Martino
Église San Domenico (1750)
Église du Carmel (1758)
Intérieur de l'église du Carmel
Le Palazzo Ducale
Porte San Stefano (1764)
La Torre dell'orlogio
  • L'hôtel de ville : l'ancien palais ducal (1668)
  • L'église San Domenico (1750)
  • L'église du Carmel (1758)
  • La basilique San Martino (1763)
  • La porte ou arc de San Stefano (1764)
  • La Tour de l'horloge sur la piazza del plebiscito.
  • Piazza Maria Immacolata
  • Via Cavour et ses palais baroques
  • Via Mazzini et ses palais
  • La réserve naturelle Bosco delle Pianelle

Patrimoine architectural rural[modifier | modifier le code]

La campagne autour de Martina Franca comporte de nombreux édifices en pierre sèche ou trulli ayant servi autrefois d'habitations permanentes ou temporaires aux paysans. Dans certains trulli, le mur de façade a été rehaussé de façon à dissimuler la base des cônes de toiture et donner l'illusion d'une maison classique. Ces façades rectangulaires en trompe-l'œil peuvent être associées à des panneaux peints polychromes[2].

Évènements[modifier | modifier le code]

Martina Franca est connue pour le festival de la vallée d’Itria. Créé en 1976, il a lieu tous les ans en été. Il présente des opéras, en majorité des œuvres généralement peu jouées par ailleurs et essentiellement issues des répertoires italiens et français du XIXe siècle. Les représentations se tiennent dans la cour d'honneur du palais ducal.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Aprile (1732-1813), castrat et compositeur italien né et mort à Marina Franca.
  • Domenico Carella (1721-1813), peintre italien mort à Martina Franca.
  • Donato Carrisi (1973), écrivain né à Martina Franca.
  • Gioconda De Vito (1907-1994), violoniste italien né à Martina Franca.
  • Paolo Grassi (Milano, 1919 - Londres, 1981), famille de Martina Franca, fondateur du Piccolo Teatro di Milano et directeur de la Teatro alla Scala.
  • Cosimo Damiano Lanza (Leporano, 1962), pianiste, claveciniste et compositeur. Directeur de l'Académie Musicale Mediterranea à Martina Franca.
  • Renzo Rubino (Taranto 1988), Chanteur-compositeur, élevé par des parents de Martina Martina Franca.
  • Richard Sinclair (Canterbury, 1948), musicien anglais de rock progressif, qui vit dans la campagne de Martina.
  • Rodolfo Valentino (Castellaneta, 1895 - New York, 1936), acteur père Martinese.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Melvin Charney, Architectures sans architectes : les trulli de l'Apulie, dans Vie des arts, No 38, 1965, pp. 54–57 (traduction de l'anglais de Jacques de Roussan) : « On a trouvé [près de Martina Franca] une façade de ce genre qui comportait des panneaux de couleur; on avait utilisé du jaune pour les plus grands de ces panneaux, du bleu pour les panneaux moins importants, du rouge pour marquer le cadre extérieur de l'entrée et du blanc pour les couvertures secondaires ainsi que pour souligner la charpente. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]