Oded Golan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oded Golan né en 1951 à Tel Aviv est un ingénieur, collectionneur d'antiquités. Nombre des pièces qu'il affirme avoir découvertes, ont produit une grande excitation dans le monde religieux et archéologique: il a été accusé d'être un faussaire avant d'être innocenté.

Oded Golan a un intérêt prononcé pour l'archéologie et les antiquités. Golan et les personnes travaillant avec lui affirment avoir découvert des objets qui étaient d'un intérêt fondamental pour la connaissance des époques antiques. Parmi ces objets figuraient :

Certains universitaires avaient contesté l'authenticité des découvertes de Golan; pour certains, il s'agissait même de contrefaçons. À la suite de l'enquête menée par les autorités israéliennes, la police annonca en décembre 2004 que Golan était accusé de crimes pour fraude et contrefaçon. La tablette de Joas serait un faux fabriqué par Marco Samah Shoukri Ghatas[1], artiste tailleur de pierre du Caire, et une partie de l'inscription aurait été rajoutée sur l'ossuaire de Jacques.

Un film documentaire intitulé «Les marchands d'histoire» a été réalisé sur le sujet. Ce documentaire montre les investigations qui ont été menées pour se convaincre de la fausseté des objets. On montre comment la tablette de Joas aurait été minutieusement créée. Le documentaire affirme que Golan et son équipe composée d'un expert en langue sémitique ancienne et d'un artisan auraient élaboré un nombre important de pièces d'antiquité afin de les mettre sur le marché. Oded Golan déclara que ce film n'était que rumeur, qu'il n'apportait aucune preuve réelle et qu'il faisait partie du «cirque des médias».

Oded Golan apparaît dans le documentaire The Lost Tomb of Jesus de James Cameron car il est le propriétaire de l'Ossuaire de Silwan sur lequel on trouve l'inscription « Jacques fils de Joseph, frère de Jésus ».

Au terme de plusieurs années de procès Golan a été acquitté de l’accusation d’avoir créé une fausse inscription au bénéfice du doute. En effet le juge s’est déclaré incapable de trancher entre les opinions contradictoires des experts appelés à témoigner à la barre et a expliqué qu’il « s’agit avant tout une question scientifique que les experts eux-mêmes ne parviennent pas à résoudre[2]. Il a précisé que cela ne signifie pas que l’inscription sur l’ossuaire est vraie et authentique et a été rédigée voici 2000 ans. Cette affaire continuera à faire l’objet d’un examen archéologique et scientifique et l’avenir nous dira ce qu’il en est[3][4] ». L'affaire n'a pas résolu le débat et les scientifique restent toujours aussi partagés sur la question de l'authenticité de l'inscription figurant sur l'ossuaire[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « "The Art of Forgery" 14/04/2008 », sur Haaretz.com
  2. Le « procès en faux du siècle » accouche d’une souris, Le monde la Bible, 1er novembre 2013 »
  3. Jerusalem Court Acquits Antiquities Collector of Forgeries After 7-Year Trial, Matthew Kalman, The Chronicle of Higher Education, 14 mars 2012
  4. Oded Golan is not guilty of forgery. So is the ‘James ossuary’ for real?, Matti Friedman, Time of Israel, 14 mars 2012
  5. Jerusalem Court Acquits Antiquities Collector of Forgeries After 7-Year Trial, Matthew Kalman, The Chronicle of Higher Education, 14 mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]