Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus
Image illustrative de l'article Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Arrondissement de Sainte-Menehould
Canton Canton de Ville-sur-Tourbe
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Ville-sur-Tourbe
Maire
Mandat
Jean-Pierre Adam
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51368
Démographie
Population
municipale
62 hab. (2011)
Densité 2,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 16″ N 4° 42′ 57″ E / 49.1711, 4.7158 ()49° 10′ 16″ Nord 4° 42′ 57″ Est / 49.1711, 4.7158 ()  
Superficie 23,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus

Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Minaucourt est mentionné pour la première fois en 948 par le chroniqueur Flodoard : Cortis Magnaldi[1].

Le village fut entièrement détruit au cours de la guerre de 1914-1918; le hameau de Beauséjour, en particulier, fut le théâtre de violents combats le 25 septembre 1915 durant la seconde bataille de Champagne[2]. Le président Raymond Poincaré est passé à Minaucourt en 1918.

Le village fut reconstruit dans les années 1922-1923, sauf le hameau de Beauséjour, aujourd'hui compris dans le périmètre du camp militaire de Suippes.

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Photo Croix de guerre recto.jpg
Croix de guerre 1914-1918 :

Minaucourt, 20 septembre 1920
Le Mesnil-lès-Hurlus, 20 septembre 1920

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1965 Paul Arnould sans Agriculteur
1965 1977 Roger Dez sans Agriculteur
1977 1983 Marcelle Soulier sans Agricultrice
1983 1997 René Soulier sans Artisan
1997 2001 Noël Vautard sans Agriculteur
2001 2008 Jean-Pierre Gaudillier sans Enseignant
2008   Jean-Pierre Adam[3] sans Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 62 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200 211 198 208 238 248 241 240 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
234 247 253 246 245 218 211 217 192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205 203 184 95 123 160 146 109 90
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
98 92 84 78 57 67 76 78 62
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Nécropole Nationale du Pont du Marson
  • Auberge du Pont du Marson
  • Église Notre-Dame en sa nativité. Orgue du facteur verdunois Alibonssy.

Statue de saint Pantaléon provenant du village détruit du Mesnil-lès-Hurlus.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Brachet, dit Parrain Gus (1834 - 1916) fils du fondateur du hameau de Beauséjour, François-Etienne Brachet (1796 - 1870). Sa célébrité vient de son rucher et de l'hydromel.
  • Le général de brigade Paul-Constant Caudrelier, né dans le Bas-Rhin le 11 février 1858 et tué le 30 novembre 1914 à Minaucourt. Commandant la 4ème brigade coloniale à la bataille de Vitry-le-François en septembre 1914, tué lors d'une inspection dans les tranchées. Commandeur de la Légion d'honneur depuis 1911.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Dictionnaire topographique de la Marne, Paris, 1891, p. 166
  2. « L'offensive de Champagne en septembre 1915 », sur http://chtimiste.com/ (consulté le 17 juillet 2012)
  3. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :