Sommepy-Tahure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommepy-Tahure
La mairie-école et, au loin, l'église.
La mairie-école et, au loin, l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Ville-sur-Tourbe
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Suippes
Maire
Mandat
Olivier Soudant
2014-2020
Code postal 51600
Code commune 51544
Démographie
Population
municipale
622 hab. (2011)
Densité 9,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 09″ N 4° 33′ 29″ E / 49.2525, 4.55805555556 ()49° 15′ 09″ Nord 4° 33′ 29″ Est / 49.2525, 4.55805555556 ()  
Altitude Min. 123 m – Max. 211 m
Superficie 68,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sommepy-Tahure

Sommepy-Tahure est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés Sompinard ou Soupinat.

Avec 68 km², dont la majeure partie occupée par le camp militaire de Suippes, Sommepy-Tahure est la commune la plus étendue de la Marne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Sommepy est nommé pour la première fois en 1126 et fait partie des terres des comtes de Grandpré ; il y est aussi fait mention de fours banaux, de moulins. Il fait partie de l'élection de Rethel et de la coutume de Vitry. Son église est rattachée au diocèse de Reims et au doyenné de Bétheniville ; l'église paroissiale Sainte-Croix fut détruite pendant la Première Guerre mondiale, il n'en reste que la table d'autel et des fragments de sculptures qui furent réemployées pour la reconstruction de l'église de Sommepy-Tahure.
Pour le village de Tahure, en 1789 il suivait aussi la coûtume de Reims et de Vitry et relevait de l'élection de Sainte-Ménehould, quant à son église, elle était rattachée au diocèse de Reims et au doyenné de Cernay-en-Dormois.

Emblème communal[modifier | modifier le code]

(Image en cours) Supposé être daté du XIXe, son origine est assez mystérieuse. Gravé sur le fronton de la Mairie nouvelle en 1892, il fut gardé pour son interprétation actuelle du village. Le mouton représente l'élevage ovin qui fut dans le passé et les deux gerbes de blé pour la culture actuelle qui est faite autour de Sommepy-Tahure.

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Photo Croix de guerre recto.jpg

Croix de guerre 1914-1918 :

Étymologie de Sommepy-Tahure[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure n'est pas le premier nom du village.

En latin : Soman Pynus (La source de la Py)

Aux XIIe siècle, il se prénommait Somepin puis réduit encore sous le nom Sompy aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Lors de son passage au village le 18 juillet 1592, Henri IV écrit à son cousin et parle du village en utilisant le nom Souppy.

Aux XIXe, les termes Somme-Py et SommePy sont utilisés dans des textes officiels.

Tahure vient du nom du village détruit pendant la guerre de 1914-1918 qui se trouve maintenant dans le camp de Suippes ainsi que les villages de :

Tahure fut alors rattaché au nom de Sommepy dans le décret du 14 juin 1950 et paru dans le Journal Officiel pour spécifier la jointure des noms des deux villages pour former : Sommepy-Tahure

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1973 Robert Soudant MRP puis CD Agriculteur
Conseiller général de Ville-sur-Tourbe (1945-1976)
Sénateur (1959-1974)
Président du Conseil Général (1964-1972)
1973 1995 Bernard Soudant    
1995 2008 Marie Josèphe Guyot    
2008 en cours Marie Ange Gangand[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 622 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 206 1 392 1 325 1 330 1 455 1 423 1 460 1 437 1 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 261 1 130 1 103 1 000 926 889 996 840 820
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
836 831 812 622 589 672 608 599 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
588 565 553 520 537 539 601 609 618
2011 - - - - - - - -
622 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique
Bas-relief commémorant le jumelage avec Wassenach, dans l'église de Sommepy-Tahure

.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure est jumelé avec la commune de Wassenach.

Évènements[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure accueille tous les 4 ans la fête du Mouton.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église st-Martin, construite au XVe, remaniée au XVIIe, avec un clocher restauré au XIXe. Elle fut incendiée le 2 septembre 1914 reconstruite, elle fut classée aux classée en 1862)[4].
Le Calvaire du Bois de Vignon fut classé en 1922[5] .
La Nécropole nationale de Sommepy-Tahure, cimetière regroupant tombes et construit en 1925, regroupe les dépouilles de soldats français[6] et classée à l'inventaire général.
La mairie, construite en 1912, détruite par la guerre était de l'architecte Armand Begue, elle fut reconstruite sur les mêmes plans en 1925, elle est classée à l'inventaire générale[7]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Monuments aux morts[modifier | modifier le code]

Sommepy-Tahure fait partie de ces villages qui ont été ravagés par les deux guerres mondiales. En effet, Sommepy-Tahure est entouré de 2 stèles dont l'une est dédiées aux 171e et 174e R.I.

Le Monument au Blanc Mont fut érigé en 1937 pour commémorer les exploits de 70 000 soldats américains ayant combattu en Champagne lors de l'été 1918. Ce monument est entouré d'un mémorial américain. Il est gravé dans le calcaire jaune de la tour : "Érigé par les États-Unis d'Amérique pour commémorer les hauts faits de leurs soldats et des soldats français qui combattirent en cette région durant la guerre mondiale."

Le Monument Ossuaire de Navarin (aussi appelé Monument aux Morts des armées de Champagne)

Les villages détruits[modifier | modifier le code]

Il reste quelques ruines des villages détruits pendant la guerre de 1914-1918 et qui se trouvent maintenant dans le camp militaire de Suippes. Les militaires ouvrent le camp au public une fois par an et il est donc possible de visiter les ruines.

Le château de Sommepy[modifier | modifier le code]

Le château de Sommepy se situait proche du lieu dit Orgemont. Il a été détruit avec le reste du village pendant la guerre 1914-1918 mais il subsiste aujourd'hui son portail d'entrée en pierre, situé au bord d'une aire de repos de la départementale 977.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Flameng, peintre officiel de l'armée a réalisé de nombreux croquis et dessins des tragiques événements de la Grande Guerre qui se déroulèrent ici. Ceux-ci parurent dans la revue: L'Illustration

Après la Seconde Guerre mondiale, André L'Huillier (né à Sommepy-Tahure) traversa l'Atlantique pour rejoindre les États-Unis dans le but de réaliser des conférences en faveur des villages détruits. À Washington, un fonds d'aide est créé pour la recréation des villages et Sommepy fut le premier village choisi.

Francesco Bellinzani (1619-1684), seigneur de Sompy (Somme-Py), directeur de la Compagnie du Nord et du Levant, des Indes Occidentales (1670), inspecteur général des manufactures, intendant du commerce, l'un des premiers commis du sieur Colbert, ministre d'État.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]