Madone de Bruges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Madone de Bruges
Image illustrative de l'article Madone de Bruges
Artiste Michel-Ange
Date 1501-1504
Technique Statue en marbre
Dimensions (H × L) 125 (128?) cm × ? cm
Localisation Église Notre-Dame (Bruges)()
Coordonnées 51° 12′ 17″ N 3° 13′ 28″ E / 51.20472222, 3.22444444 ()51° 12′ 17″ N 3° 13′ 28″ E / 51.20472222, 3.22444444 ()  

Madone de Bruges ou Vierge et l'Enfant est une statue en marbre réalisée par Michel-Ange entre 1501 et 1504 et représentant la Vierge Marie et l'Enfant Jésus. Sa hauteur est de 125 cm.

Description[modifier | modifier le code]

Cette statue de la Vierge et l'Enfant de Michel-Ange diffère sensiblement des représentations antérieures du même sujet, qui avaient tendance à représenter une Vierge pieuse et souriante regardant le nouveau-né dans ses bras. Au lieu de cela, dans la Madone de Bruges, Jésus se tient debout, presque sans soutien. Il est retenu légèrement par la main gauche de Marie et semble être sur le point de s'éloigner de sa mère et partir dans le monde.

Pendant ce temps, Marie ne tient pas son fils et ne le regarde même pas. Son regard vague regarde au loin comme si elle savait déjà ce que serait le destin de son fils.

La Madone de Bruges a des similitudes certaines avec la Pietà (1499) de Michel-Ange, qui a été achevée peu de temps avant, principalement par le schéma clair-obscur et le mouvement de la draperie. Le long visage ovale de Marie rappelle aussi celui de la Pietà.

Histoire[modifier | modifier le code]

La statue en marbre de la Madone de Bruges, réalisée par Michel-Ange entre 1501 et 1504, a la particularité d'être la seule sculpture de l'artiste à avoir quitté l'Italie de son vivant. Elle a été achetée pour 4 000 florins par Giovanni et Alessandro Moscheroni (Mouscron) membres d'une riche famille de marchands de tissus de Bruges, à l'époque une des villes commerciales les plus importantes d'Europe.

La sculpture a quitté deux fois la Belgique :

  • La première fois en 1794, les révolutionnaires français, qui avaient envahi la Belgique, emportèrent la statue ainsi que d'autres œuvres d'art. La statue regagna Bruges après la défaite de Napoléon Ier en 1815.
  • La seconde fois en 1944 quand les soldats allemands au cours de la retraite emportèrent la statue camouflée dans un matelas dans un camion de la Croix-Rouge[1]. Elle a été retrouvée en 1946 et ramenée de nouveau dans l'église Notre-Dame de Bruges où elle se trouve aujourd'hui.

Après l'agression subie par la Pietà de Michel-Ange en 1972, la sculpture a été placée préventivement derrière une vitre pare-balles et à distance du public.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael J. Kurtz, America and the return of Nazi contraband, Cambridge University Press, p. 30, 2006

Sources[modifier | modifier le code]