Pietà Rondanini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pietà Rondanini
Image illustrative de l'article Pietà Rondanini
Artiste Michel-Ange
Date vers 1564
Type Statue en marbre
Dimensions (H × L) 195 centimètres × ? cm
Localisation Castello Sforzesco, Milan

La Pietà Rondanini est une sculpture inachevée en marbre de Michel-Ange représentant Marie, debout, soutenant le corps du Christ. Elle mesure 1,95 mètre de hauteur et est exposée au Castello Sforzesco de Milan.

La Pietà Rondanini est la dernière œuvre réalisée par Michel-Ange. On sait par une lettre de Daniele da Volterra à Leonardo Buonarroti qu’il y travaillait encore six jours avant sa mort, survenue le 18 février 1564. C’est son fidèle serviteur, Antonio del Franzese, qui en hérita. Un catalogue répertorie la Pietà Rondanini en 1807 parmi la collection du marquis Rondanini à Rome. On ignore cependant la date exacte où elle entra dans cette collection. Goethe qui habita en face du palais Rondanini de novembre 1786 à avril 1788, et connaissait sa collection, ne la mentionne pas[1]. La ville de Milan en a fait l’acquisition auprès du comte Sanseverino Vimercadi en 1952.

Cette dernière sculpture de Michel-Ange a le plus souvent été lue à la lumière de la crise spirituelle qu'il traversa pendant les dernières années de sa vie, souhaitant « renoncer complètement au monde et reporter toutes ses pensées à Dieu[2]». En effet à cause du traitement par Michel-Ange des deux personnages, comme deux blocs blottis l'un contre l'autre (il est allé jusqu'à détacher le bras droit du Christ du reste de son corps), du rythme ascensionnel, de l'épurement des formes, la Pietà Rondanini a ainsi été rapprochée de la sculpture gothique[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludwig Goldscheider, Michel-Ange, édition française 2003
  2. Antony Blunt, La théorie des arts en Italie de 1450 à 1600, 1956

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]