Lycaenidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les lycénidés (Lycaenidae) forment une famille de lépidoptères de la super-famille des Papilionoidea.

Ils sont d'assez petite taille. On en connaît une centaine d'espèces en Europe. Beaucoup d'espèces de papillons de cette famille disposent d'un nom vernaculaire, les espèces du genre Satyrium sont appelées « thècles » ou « théclas », tandis que les autres sont appelées « cuivrés », « argus » ou « azurés ». Les cuivrés et les azurés sont ainsi nommés de par leur couleur, indépendamment du genre auquel ils appartiennent.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La famille a été décrite par l'entomologiste William Elford Leach en 1815.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les Lycaenidae se subdivisent en sous-familles :


La subdivision de cette famille en taxons de rang inférieur est encore loin d'être claire. Les études phylogénétiques effectuées jusqu'à présent sont, pour l'heure, orientatives et l'élaboration d'une classification détaillée de cette famille n'est pas encore possible. Les études déjà réalisées reconnaissent l'existence des sous-familles suivantes :

Curetinae[modifier | modifier le code]

La sous-famille des Curetinae comprend un unique genre dans le sud-est asiatique. Les chenilles possèdent un organe défensif unique en son genre constitué par deux tubercules abdominaux, desquels émergent, en cas de danger, des flagelles munis de rosettes de soies. Les chenilles s'alimentent de légumineuses.

Genre

Poritiinae[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Poritiinae.

Cette sous-famille est constituée par une tribu africaine (Leptinini) ainsi qu'une petite tribu asiatique (Poritiini). La morphologie des organes génitaux mâles est le caractère commun de ce groupe. Les chenilles de deux sous-familles africaines s'alimentent de lichens. Environ 550 espèces.

Miletinae[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Miletinae.

Sous-famille avec des représentants en Afrique et le Sud-Est Asiatique. Il existe également une unique espèce en Amérique du Nord (Feniseca tarquinius). Les chenilles sont carnivores et dévorent les Homoptères qui vivent en association avec les fourmis. Elles ne possèdent pas de glandes abdominales et ne maintiennent aucune relation avec les fourmis, qu'elles parviennent à tromper en recourant au camouflage chimique, leur cuticule ayant la même composition que celle des Homoptères. Il s'agit de petits papillons délicats dont les ailes ont une couleur de fond claire et sont parsemées de taches ou de rayures brunes.

Les Miletinae se répartissent en tribus dont Liphyrini et Miletini.

Lycaeninae[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lycaeninae.

Papillons de couleur rouge-orangée à brune, avec la face supérieure des ailes des mâles caractérisée par son éclat cuivré (d'où le nom qui leur est donné en français). Les femelles possèdent souvent sur cette face des petites taches noires bien visibles. La dernière nervure radiale de l'aile antérieure se divise en deux et prend naissance dans l'angle supérieur de la cellule. La présence, sur la face inférieure des ailes antérieures, de deux taches noires dans la cellule est également une caractéristique de ce groupe. Les chenilles sont presque cylindriques et ne possèdent pas de glandes abdominales sur leur dos.

Les Lycaeninae sont divisés en plusieurs genres, en Europe se rencontrent les genres Heodes (dont le plus répandu est le Cuivré fuligineux), Lycaena (comporte le cuivré des marais espèce protégée) et Palaeochrysophanus (le Cuivré écarlate en est un représentant).

Polyommatinae[modifier | modifier le code]

Les Polyommatinae sont petits et délicats, possèdent un corps fragile, avec la face supérieure des ailes souvent d'une couleur bleutée (surtout les mâles). L'ultime nervure radiale est divisée en deux branches et prend naissance juste au-dessous de l'angle supérieur de la cellule.

Les genres sont très nombreux suivant certaines nomenclatures, et les répartitions parfois confuses.

En Europe se rencontrent deux Agriades (dont Agriades pyrenaicus l'Azuré de l'androsace), deux Albulina (dont Albulina optilete l'Azuré de la canneberge), des Aricia (dont Aricia agestis le Collier-de-corail), un Celastrina (Celastrina argiolus l'Azuré des nerpruns), un Chilades (Chilades trochylus l'Azuré de l'héliotrope), des Cupido (dont Cupido minimus l'Argus frêle), un Cyclirius (l'Azuré canarien), des Everes (dont Everes argiades l'Azuré du trèfle, deux Glaucopsyche (dont Glaucopsyche alexis l'Azuré des cytises), un Iolana (Iolana iolas, l'Azuré du baguenaudier), un Lampides (Lampides boeticus l'azuré porte-queue), un Leptotes (Leptotes pirithous l'Azuré de la luzerne), des Phengaris (dont Phengaris arion l'Azuré du serpolet), des Plebejus (dont Plebejus argus l'Azuré de l'ajonc), de nombreux Polyommatus (dont Polyommatus bellargus, l'Azuré bel argus), des Pseudophilotes (dont Pseudophilotes bavius l'Azuré de la sauge), des Scolitantides (dont Scolitantides orion l'Azuré des orpins), un Tarucus ( Tarucus theophrastus l'Azuré du jujubier) et un Zizeeria (Zizeeria knysna l'Azuré de la surelle).

En Afrique-du-Nord sont présents un Azanus, un Celastrina (Celastrina argiolus l'Azuré des nerpruns), un Cupido (Cupido lorquinii), un Iolana (Iolana iolas ou Iolana debilitata l'Azuré d'Oranie), un Lampides (Lampides boeticus l'azuré porte-queue), un Leptotes (Leptotes pirithous l'Azuré de la luzerne), des Plebejus (dont Plebejus martini l'Azuré lavandin), plusieurs Polyommatus dont Polyommatus atlantica et plusieurs Tarucus.

Theclinae[modifier | modifier le code]

Les Theclinae sont des papillons généralement gris sombre ou bruns. La face inférieure des ailes est souvent parcourue (tout au moins dans les espèces européennes) par de fines bandes blanches. Les ailes postérieures possèdent souvent des petites taches rouges submarginales et sont souvent prolongées par deux ou trois petites queues filamenteuses qui atteignent parfois des dimensions importantes. La nervure radiale de l'aile antérieure ne se divise qu'en trois branches, la dernière d'entre elles étant indivise.

  • Aphnaeinae

Elle a été considérée comme une sous-famille puis maintenant comme un genre appartenant aux Theclinae[1].

Le genre des Aphnaeinae est composé d'une majorité d'espèces vivant dans les zones sèches et semi-désertiques d'Afrique et d'Asie. Elles montrent, sur la face inférieure de leurs ailes postérieures, des taches argentées brillantes ou des ocelles bien visibles. Les ailes postérieures sont prolongées par des petites queues qui, chez certaines espèces, peuvent être très développées et imitent parfois la forme des antennes. Les chenilles maintiennent une relation de commensalisme avec les fourmis du genre Crematogaster. 20 genres / 125 espèces.

Autres genres appartenant aux Theclinae[modifier | modifier le code]

Ils sont très nombreux suivant certaines nomenclatures. En Europe se rencontrent des Callophrys (dontCallophrys rubi, l' argus vert), des Laeosopis (dont Laeosopis roboris le Thècle du frêne), un Neozephyrus (ou Favonius) Neozephyrus quercus le thècle du chêne.

En Afrique-du-Nord se rencontrent des Cigaritis.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Leurs principales caractéristiques sont les suivantes :

  • la face supérieure des ailes montre souvent des couleurs brillantes, dues à la présence d'écailles iridescentes. La face inférieure, quant à elle, a une couleur terne, cryptique, et est souvent parsemée de petites taches noires ;
  • il existe chez beaucoup d'entre eux un fort dimorphisme sexuel, le mâle étant vivement coloré et la femelle brune.
  • les différences entre les espèces de couleur et d'ornementation sont difficiles à décrire hors comparaison par dessin ou photo.
  • les pattes antérieures des mâles sont réduites à un unique segment tarsal, sans griffes tarsales ;
  • les antennes possèdent généralement un dernier segment de couleur claire ;
  • les yeux sont fréquemment entourés par une lignée d'écailles blanches ;
  • la veine humérale (=précostale) est absente des ailes postérieures ;
  • les chenilles sont courtes et aplaties, ressemblant à des petites limaces. Elles sont, très fréquemment, myrmécophiles, les glandes abdominales qu'elles ont sur le dos sécrétant un nectar très apprécié par les fourmis ;
  • la majorité des espèces tropicales et subtropicales possèdent une petite queue filamenteuse prolongeant les ailes postérieures.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Espèces protégées[modifier | modifier le code]

Convention de Berne
Directive habitats de la Communauté européenne du 21 mai 1992 
Annexe II
Directive habitats de la communauté européenne du 21 mai 1992 
Annexe VI espèces nécessitant une protection stricte, transposé en droit français par l'arrêté du 23 avril 2007 remplaçant celui du 22 juillet 1993
Protection nationale par arrêté du 23 avril 2007
Protection régionale, par exemple 

Une espèce est considérée comme nuisible Cacyreus marshalli le brun des pelargonium

Philatélie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D. J. Borror, C. A. Triplehorn, N. F. Johnson / 1989 / An introduction to the study of insects / Thomson Larning
  • L. Higgins, B. Hargreaves, J. Lhonoré / Guide complet des Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord / Delachaux et Niestlé / 1991
  • Brower, Andrew V. Z. 2007. Lycaenidae Leach 1815. Version 01 April 2007 (en construction). http://tolweb.org/Lycaenidae/12175/2007.04.01 in The Tree of Life Web Project, http://tolweb.org/
  • E. Youngsteadt, P.J. Devries / The effects of ants on the entomophagous butterfly caterpillar Feniseca tarquinius, and the putative role of chemical camouflage in the Feniseca-ant interaction / Journal of chemical ecology vol. 31, no9, pp. 2091-2109 / 2005