Le Polonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le bateau. Pour la langue, voir polonais. Pour le peuple, voir Polonais (peuple).
Polonais
Image illustrative de l'article Le Polonais
L'Achille, sister-ship du Polonais

Autres noms Glorieux, Lys
Histoire
A servi dans Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Commandé 25 février 1804
Quille posée 4 juillet 1804
Lancement 27 mai 1808
Commission 25 juillet 1808
Statut Démoli en 1825
Caractéristiques techniques
Type vaisseau de 74 canons de classe Téméraire
Longueur 55,87 m
Maître-bau 14,90 m
Tirant d'eau 7,26 m
Déplacement 2 966 tonnes
Port en lourd 5 260 tonnes
Propulsion trois-mâts carré
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons:
Autres caractéristiques
Chantier naval Lorient

Le Polonais est un vaisseau de 74 canons de classe Téméraire entré en service en 1808 dans la marine impériale française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Commandé sous le nom de Glorieux, il est renommé en 1807, avant d'entre en service en 1808. Sous le commandement du capitaine Maquet, il quitte Lorient le 16 février 1809 afin d'aller ravitailler la Guadeloupe. Faisant partie d'une escadre commandée par le capitaine Aimable-Gilles Troude, il est accompagné des 74 canons Courageux et D'Hautpoul et des frégates Félicité et Furieuse. L'escadre y rencontre celle du contre-amiral Alexander Cochrane, alors sur le HMS Neptune, qui défait les Français. Le Polonais réussit néanmoins à s'échapper et à rejoindre Cherbourg le 29 mai, accompagné de 7 prises faites sur le chemin du retour.

En avril 1814, lors de la Restauration, il est renommé Lys. Sous les ordres de Troude, il ramène Louis XVIII en France. Durant les Cent-Jours, il retrouve brièvement son nom de baptême, avant d'être de nouveau renommé Lys. Utilisé comme navire de stockage à partir de 1822, il est démoli à Brest en 1825.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, 1671 - 1870, Toulon, Groupe Retozel-Maury Millau,‎ 2005, 131 p. (ISBN 978-2-9525917-0-6, OCLC 165892922)