La Baigneuse Valpinçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Baigneuse)
Aller à : navigation, rechercher
La Baigneuse Valpinçon
Image illustrative de l'article La Baigneuse Valpinçon
Artiste Jean-Auguste-Dominique Ingres
Date 1808
Technique Huile sur toile
Dimensions (H × L) 146 × 97 cm
Localisation musée du Louvre, Paris
Numéro d'inventaire RF 259

La Baigneuse Valpinçon, (du nom de l'un des ses propriétaires au XIXe siècle) également désignée sous le titre de Grande Baigneuse, est un tableau du peintre français Jean-Auguste-Dominique Ingres, daté de 1808 et conservé au musée du Louvre à Paris, peint en 1808, lors de son séjour à Rome en tant que pensionnaire de l'Académie de France, alors qu'il est âgé de 28 ans. Il constitue l'un des envois réglementaires de Rome à Paris qu'était tenu de faire le peintre dans sa qualité de pensionnaire de l'Académie. Son premier titre était Femme assise. Le motif de la figure sera répétée, avec des modifications, dans deux autres œuvres, une version réduite dans un intérieur de harem, intitulée Petite Baigneuse, et comme figure centrale du Bain turc.

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau représente une femme nue, vue de dos, coiffée d'un turban et assise sur le rebord d'un lit, baignée par une lumière diffuse. Elle constitue le sujet unique du tableau, encadrée par des tentures dont les plis verticaux mettent en valeur la sinuosité des lignes de son corps. Les lignes du corps sont pures, Ingres évitant volontairement de trop mettre en avant l'ossature.

Sources d'inspirations[modifier | modifier le code]

Jacob Van Loo, Coucher à l'italienne, vers 1650.

Les références d'Ingres pour cette œuvre sont multiples. On cite Raphaël, qu'il admirait par dessus tout, avec l'une des Grâces qu'il peignit dans la loggia de Psyché à la villa Farnésine mais également une gravure du Coucher à l'italienne de Jacob Van Loo (tableau conservé au musée des beaux-arts de Lyon), qui représente lui aussi une femme nue vue de dos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrew Carrigton Shelton (trad. Hélène Ladjadj), Ingres, Londres, Paris, Phaidon,‎ 2008 (ISBN 978-0-7148-5859-3)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]