Larbi Tébessi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Larbi Tébessi, de son vrai nom Larbi Ferhati[1], né en 1891 à Astah (commune de Cheria, dans l'actuelle wilaya de Tébessa), est un révolutionnaire et réformiste algérien, président de l'Association des oulémas musulmans algériens. Il disparaît le 4 avril 1957, pendant la Guerre d'Algérie, suite à son arrestation à son domicile algérois par des civils déguisés en parachutistes, les militaires français niant pour leur part l'avoir jamais arrêté ou détenu[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Larbi Tébessi passe son primaire à Nefta en Tunisie, puis il fait des études à Université al-Azhar) en Égypte et à Université Zitouna en Tunisie. Il reçoit le diplôme Al Alamia (savant). Par la suite, Il participe activement dans l'Association des oulémas musulmans algériens et il préside le parti[4] après son retour en Algérie.

Larbi Tébessi fut arrêté en 1943 puis relâché. Et ensuite, il sera emprisonné en 1945 après les évènements du 8 mai 45 (Massacres de Sétif et Guelma). Larbi Tébessi réussit à créer une école et il propagera ses idées anticolonialistes.

Le chikh Larbi Tébessi fut le courant principal qui anima l'adhésion du parti des Oulémas au principe du Front de libération nationale (Algérie) en 1956. Cela fut grâce à l'appel de Zighoud Youcef chef du département du Constantinois et membre fondateur du FLN et après l'insurrection du 20 août 1955[5].

Le Cheikh Larbi Tébessi fut tué en 1957 par un commando de l'Armée française[6] à Alger. Son corps ne sera pas retrouvé[7].

Postérité[modifier | modifier le code]

L'Université de Tébessa porte son nom[8].

Lauréat, le prix Larbi tebessi est décerné aux meilleurs chercheurs en Algérie[9].

Des colloques sont organisés par le ministère de Culture et des Moudjahidines en Algérie pour célébrer la mémoire de Larbi Tébessi chaque année[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Achour Cheurfi, Dictionnaire de la révolution algérienne (1954-1962) : dictionnaire biographique, Alger, Casbah Éditions,‎ 2004 (ISBN 9961-64-478-6), p. 324-325.
  2. Boualem Khalfa, Henri Alleg et Abdelhamid Benzine, La grande aventure d'« Alger républicain », Messidor,‎ 1987 (ISBN 9782209059461), p. 258.
  3. Giovanni Pirelli, Le peuple algérien et la guerre : lettres et témoignages 1954-1962, Éditions L'Harmattan,‎ 2003 (ISBN 9782747552639, lire en ligne), p. 339.
  4. La classe politique algérienne: de 1900 à nos jours : dictionnaire biographiquePar Achour Cheurfi. Édition : 2. Publié par Casbah éditions, 2006. ISBN 9961-64-292-9, page 329livre en ligne
  5. L'Algérie en guerre: Abane Ramdane et les fusils de la rébellion Par Collectif, Belaïd Abane. Publié par Éditions L'Harmattan, 2008. ISBN 2-296-05783-7, page 259Livre en ligne
  6. Parcours d'une intellectuelle en Algérie: nationalisme et anticolonialisme dans les sciences sociales Par Monique Gadant. Publié par Éditions L'Harmattan, 1995. ISBN 2-7384-3422-3.Page 92 Livre en ligne
  7. L'Algérie en guerre: Abane Ramdane et les fusils de la rébellion. Par Collectif, Belaïd Abane. Publié par Éditions L'Harmattan, 2008. ISBN 2-296-05783-7, page 259Livre en ligne
  8. (en) Cheikh Larbi Tebessi University Centre of Tebessa
  9. El Waten, Lakehal samir
  10. http://www.m-culture.gov.dz/mc2/fr/lireact.php?id=48 ministère de la Culture Algérie

Articles connexes[modifier | modifier le code]