Khalid Cheikh Mohammed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Khalid Cheikh Mohammed après son arrestation.

Khalid Cheikh Mohammed a été, jusqu'à son arrestation en mai 2003, chef militaire et responsable du « département des opérations extérieures » d'Al-Qaida, ce qui signifie qu'il était le premier responsable des opérations terroristes menées contre l'Occident. Il était considéré par les États-Unis comme terroriste islamiste et numéro 3 d'Al-Qaida et fut surnommé le « cerveau » (al-Mokh) par Oussama ben Laden. Il a reconnu avoir été le responsable opérationnel des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis[1],[2],[3]. Son procès se tient à Guantanamo depuis le 5 mai 2012[4].

Parcours[modifier | modifier le code]

Khalid Cheikh Mohammed est né au Koweït ou au Balouchistan (Pakistan), autour de 1965 dans une famille originaire du Baloutchistan pakistanais.

« KCM » a obtenu un diplôme d'ingénieur en mécanique dans une université de Caroline du Nord, avant de regagner le Pakistan, puis l’Afghanistan où il combat les troupes soviétiques jusqu'en 1992. Il monte sa propre organisation avant de devenir l’un des rouages clé de la nébuleuse terroriste Al Qaida en 1996. Il finance, avec son neveu Ramzi Youssef, l'attentat qui fait exploser une camionnette dans les sous-sols du World Trade Center. Avec ce même neveu, il prépare un projet d'une série d'attentats dans le but de faire sauter en même temps douze avions de ligne américains au-dessus de l'océan Pacifique.

L'agence Adnkronos rapporte que Khalid Cheik Mohammed aurait travaillé en Bosnie en septembre 1995 sous un faux nom en tant qu'aide humanitaire[5].

En 1996, il rencontre Oussama ben Laden en Afghanistan pour lui présenter ses projets.[réf. nécessaire]

Ses actions[modifier | modifier le code]

Il s'attribue la responsabilité d'une trentaine d'attentats ou projets d'attentat dans au moins 17 pays de la planète. La crédibilité de ses aveux est cependant fortement mise en doute puisqu'ils ont été obtenus sous la torture, notamment par la technique dite de « la noyade », comme l'affirme le directeur de la Centrale du renseignement américain, Michael Hayden[6].

Procès de Zacarias Moussaoui[modifier | modifier le code]

Lors du procès de Zacarias Moussaoui, une déposition « reconstituée » à partir de ses interrogatoires est lue à l'audience. Il y explique que Moussaoui n'a rien à voir avec les attentats du 11 septembre et qu'il en est le seul responsable, de la sélection des cibles à la formation des équipes[7].

Arrestation, détention et jugement[modifier | modifier le code]

Khalid Cheikh Mohammed a été arrêté à Rawalpindi sur la Peshawar Road au Pakistan, dans la nuit du au peu avant 2 heures du matin par des agents et policiers pakistanais de l'Inter-Services Intelligence, appuyés par des agents de la CIA. Cela faisait des mois qu'ils avaient tissé une toile d'indicateurs dans l'entourage de Khalid Cheikh Mohammed, et ont fini par apprendre l'arrivée d'un de ses compagnons à l'aéroport d'Islamabad, et su qu'il devait lui rendre visite. Le seul doute restait le lieu exact du rendez-vous, car Khalid Cheikh Mohammed utilisait deux caches distinctes dans le même quartier. L'objectif exigé étant de capturer l'homme vivant, le raid fut un succès pour les services secrets.

Il a fait partie de la trentaine de « détenus fantômes » que la CIA maintient au secret dans son réseau de prisons secrètes hors des États-Unis afin de les soustraire au système judiciaire américain. Il aurait été détenu en Jordanie pour le compte des États-Unis et a été remplacé par Abou Faraj al-Libbi, lui-même arrêté le lundi .

En septembre 2006, George W. Bush a annoncé le transfert vers le camp de Guantánamo et le prochain jugement de quatorze responsables d’Al Qaida, dont Khalid Cheikh Mohammed. Ce dernier a alors été enfermé dans le camp no 7 de Guantanamo, une installation secrète qui n'a été révélée au grand public qu'en 2008[8].

En mars 2007, les auditions devant une commission militaire (établie par le Military Commissions Act de 2002) ont débuté. Au cours de celles-ci, Khalid Cheikh Mohammed a reconnu avoir été le responsable opérationnel notamment des attentats du 11 septembre 2001 ainsi que d'autres attentats importants[9].

Khalid Shaikh Mohammed est l'un des trois détenus de Guantánamo, avec Abd al-Rahim al-Nashiri (soupçonné d'avoir organisé l'attentat de 2000 contre l'USS Cole) et Abu Zubayda, dont il est établi qu'ils ont été soumis à la torture par l'eau (waterboarding). Le directeur de la CIA, Michael Hayden, l'a avoué le 6 février 2008[10],[11]. Des documents rendus publics en avril 2009 montrent qu'il a été soumis à cette torture à 183 reprises pendant le mois de mars 2003[12]. Bien que non-membre d'Al Qaida, Ali Zubayda avait été pris pour le no 3 de l'organisation[13].

Son procès par un tribunal militaire américain dans la base navale américaine de Guantanamo avec quatre autres coaccusés a commencé le [14]. Il refuse les avocats commis d'office en confiant au juge qui lui rappelait qu'il risquait la peine capitale : « C'est ce que je veux, cela fait longtemps que je veux être un martyr. »

Après l'élection puis la prise d'investiture de Barack Obama, en janvier 2009, le nouveau président a demandé la suspension de tous les procès tenus par les commissions militaires de Guantánamo. Le juge militaire en chef à Guantánamo a cependant refusé dans un premier temps de suspendre le procès d'Al-Nashiri, avant finalement d'obtempérer.

En décembre 2009, la chaîne NBC rapporte qu'un grand jury fédéral le renvoie devant un tribunal de droit commun[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]