Juan José Haedo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haedo.
Juan José Haedo
Image illustrative de l'article Juan José Haedo
Juan José Haedo lors des Quatre jours de Dunkerque 2010
Informations
Nom Haedo
Prénom Juan José
Date de naissance 26 janvier 1981 (33 ans)
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Équipe actuelle Jamis-Hagens Berman
Spécialité Sprinteur
Équipe professionnelle
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009-2010
2011
01.01.2012-29.06.2012
30.06.2012-31.12.2012
2013-
Colavita Bolla
Colavita Olive Oil
Colavita-Sutter Pro
Toyota-United P.C.T.
CSC
CSC-Saxo Bank
Saxo Bank
Saxo Bank-Sungard
Saxo Bank
Saxo Bank-Tinkoff Bank
Jamis-Hagens Berman
Principales victoires
1 étape dans les grands tours
Tour d'Espagne (1 étape)

Juan José Haedo aussi appelé JJ Haedo[1] (né le 26 janvier 1981 à Chascomús) est un coureur cycliste argentin, professionnel depuis 2007 et membre de l'équipe Jamis-Hagens Berman. Il compte trente victoires au plus haut niveau, principalement obtenues lors de sprints massifs. Il a notamment remporté des victoires au Tour d'Espagne 2011, au Critérium du Dauphiné en 2010 et au Tirreno-Adriatico en 2011. Il était membre de l'équipe Saxo Bank-Tinkoff Bank de 2007 à 2012 et courait aux côtés de son frère, Lucas Sebastián depuis 2010. Il est le fils de l'ancien cycliste Juan Carlos Haedo[2] (titré quatre fois aux Jeux sud-américains, notamment[3]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts sur le continent américain[modifier | modifier le code]

Juan José Haedo commence sa carrière professionnelle en 2003 dans l'équipe Colavita. Remarqué par ses victoires au sprint aux États-Unis en 2005, notamment sur le Tour de Toona, il est recruté par l'équipe Toyota-United en 2006. Il y évolue sur les principales courses de l'UCI America Tour, notamment le Tour de Californie et le Tour de Géorgie. Sur ses courses par étapes, il bat de grands spécialistes du sprint comme Olaf Pollack, Stuart O'Grady[4] ou Fred Rodriguez[5]. Ses prestations au Tour de Californie attire l'attention de Bjarne Riis qui lui fait signer un contrat de deux ans avec l'équipe CSC en novembre[6].

Dans l'équipe de Bjarne Riis[modifier | modifier le code]

À gauche, sur le Tour de Californie 2010

Durant sa première saison avec CSC, il brille à nouveau aux États-Unis en remportant le classement par points du Tour de Californie et du Tour de Géorgie, ainsi que le Commerce Bank International Championship. Il gagne également au Tour de Cologne[7], où il devance Graeme Brown et Alessandro Petacchi. Il participe au Tour d'Italie, son premier grand tour, avec pour meilleurs résultats une neuvième et une dixième place d'étape avant un abandon à la dixième étape. La saison 2008 démarre comme les précédentes : des victoires sur le continent américain, lors du Tour de San Luis et du Tour de Californie. Mais en mars, il remporte sa première victoire en Europe lors de la Clásica de Almería, devançant Óscar Freire et Graeme Brown. Il remet ça quatre jours plus tard sur le Tour de Murcie, prouvant ainsi qu'il fait partie des meilleurs sprinters du monde. Il passe cependant tout près de la victoire à l'Eneco Tour, seulement battu par André Greipel à Nieuwegein. Après deux nouvelles victoires au Luxembourg et au Danemark, il prend part au Tour d'Espagne. Il échoue de peu à Burgos lors du sprint massif de la 11e étape, terminant troisième. Il abandonne 4 jours plus tard.

En 2009, Haedo axe sa préparation sur le Tour d'Italie et la deuxième partie de saison. Mark Cavendish et Alessandro Petacchi, au-dessus du lot des sprinters, s'approprient les victoires au Giro et Haedo repart bredouille de son premier grand tour achevé. Il s'impose à Arlon lors du Tour de Wallonie[8] et fait gagner son coéquipier Matthew Goss à Tournai le lendemain. Mais ce n'est que partie remise pour Haedo car il remporte la 4e étape du Circuit franco-belge à... Tournai trois mois plus tard. Il perd de nouveau au sprint face à Greipel lors de Paris-Bourges, sa dernière course de la saison.

Son frère cadet, Lucas Sebastián Haedo, le rejoint chez Team Saxo Bank pour les deux prochaines saisons après un début de carrière aux États-Unis[9]. Il décide, en 2010, de commencer sa saison en Asie avec le Tour du Qatar et le Tour d'Oman. Il y acquiert quelques accessits, tout en partageant le rôle de leader avec Baden Cooke. Il clôture sa campagne lors du Mumbai Cyclothon, où il s'impose en solitaire. Il obtient sa première victoire en catégorie ProTour lors de la 7e étape du Tour de Catalogne. Il prend sa revanche face à Greipel lors du Tour de Cologne. Il jaillit de loin dans les 50 derniers mètres de la 2e étape du Critérium du Dauphiné[10] et gagne ainsi à Bourg-Saint-Andéol. Il obtient trois podiums sur le Tour d'Espagne, notamment à Salamanque où il est uniquement battu par l'inarrêtable Mark Cavendish[11].

Il confirme ses qualités de sprinter au-dessus de la moyenne en 2011, en se montrant le plus véloce lors de Tirreno-Adriatico, devançant Tyler Farrar et Alessandro Petacchi. Il percute un arbre lors d'À travers les Flandres et est admis à l'hôpital, sans gravité[12]. Lors du Ster ZLM Tour[13], il remporte la troisième étape pourtant escarpée, en reprenant en dernière minute les attaquants, dont Philippe Gilbert. Pourtant pressenti à une participation pour le Tour de France[14], il ne fait pas partie de la sélection de l'équipe Saxo Bank.

Après avoir annoncé qu'il prolongeait de deux ans son contrat chez Saxo Bank-Sungard, Haedo remporte la 16e étape de la Vuelta à l'issue d'une incompréhension entre Robert Wagner et Daniele Bennati, et acquiert ainsi sa première victoire sur un grand tour. Il passe également tout proche de gagner sur le Tour de Pékin, où il obtient deux podiums d'étapes.

Pour 2012, Haedo a l'intention de disputer le Tour de France. Il débute chez lui, en Argentine, sur le Tour de San Luis. Il parvient à faire deux fois deuxième d'étape, battu par Francesco Chicchi puis par Elia Viviani. Il lève les bras pour la première fois de la saison à l'issue du Grand Prix de Denain, où il devance son ancien coéquipier Alex Rasmussen et Andrea Guardini. Il est désigné comme sprinteur attitré de son équipe pour le Tour d'Italie, où il dispose d'une équipe entièrement dévouée à sa cause. Ainsi, ses équipiers forment à plusieurs reprises un train pour le « mettre sur orbite ». Cependant, son Giro est marqué par des chutes et son meilleur résultat est une deuxième place lors de la 3e étape arrivant à Horsens. Il abandonne la course en ne prenant pas le départ de la 14e étape.

Afin d'être sélectionné pour le Tour de France, il effectue une préparation sur le Critérium du Dauphiné et sur le Ster ZLM Toer mais à aucun moment il ne put jouer les premiers rôles. Il fait néanmoins partie de la sélection finale de Saxo Bank-Tinkoff Bank pour le Tour, où il pourra compter sur Michael Mørkøv et Jonathan Cantwell pour l'aider lors de sprints massifs. Lors de la dernière étape du Tour de France, Haedo termine 4e de la dernière étape arrivant aux Champs-Elysées derrière Mark Cavendish, Peter Sagan et Matthew Goss.

À la fin de la saison 2012, son contrat n'est pas renouvelé. Il rejoint pour la saison 2013 l'équipe continentale américaine Jamis-Hagens Berman[15].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats panaméricains[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « JJ Haedo beats Garmin train in Tirreno-Adriatico », sur velonews.com (consulté le 31 juillet 2011)
  2. (es) « El argentino Juan José Haedo, único latinoamericano en el Tour de Francia », sur www.esciclismo.com,‎ 29 juin 2012 (consulté le 2 novembre 2012)
  3. (es) « Libros del ciclo olímpico argentino (Libro 1 de los Juegos Odesur), cf p.86 », sur fr.scribd.com (consulté le 2 novembre 2012)
  4. (en) « Homecoming for Leipheimer, Haedo Wins Big », Cyclingnews.com, 20 février 2006.
  5. (en) « Haedo does the Double Up in San Luis Obispo », Cyclingnews.com, 23 février 2006.
  6. (en) « Haedo signs with Team CSC », Cyclingnews.com, 18 novembre 2006.
  7. « Cologne, se battre ou sprinter », sur velochrono.fr (consulté le 31 juillet 2011)
  8. « 2e étape, victoire de Haedo », sur nordeclair.be (consulté le 31 juillet 2011)
  9. « Kolobnev chez Katusha », sur lequipe.fr (consulté le 31 juillet 2010)
  10. « Et surgit Haedo... », sur eurosport.fr (consulté le 8 juin 2010)
  11. « Cavendish, ça coule de source », sur orange.fr (consulté le 31 juillet 2011)
  12. « J.J. Haedo percute un arbre », sur cyclismactu.net (consulté le 31 juillet 2011)
  13. « ZLM Tour : victoire d'Haedo ! », sur cyclismactu.net (consulté le 31 juillet 2011)
  14. « Riis annonce déjà 8 des 9 coureurs pour le Tour », sur cyclismactu.net (consulté le 31 juillet 2011)
  15. « Juan José Haedo roulera au Etats-Unis », sur cyclismactu.net,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 27 mars 2013)
  16. « Les résultats du repêchage du premier tour du keirin masculin des championnats du monde de 2000 », sur www.tissottiming.com (consulté le 16 septembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :