Jour de l'Indépendance (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Independence Day.
Jour de l’Indépendance
Feux d’artifice au-dessus du Washington Monument.
Feux d’artifice au-dessus du Washington Monument.

Nom officiel Independence Day
Autre(s) nom(s) 4 juillet
Observé par Américains
Type Fête nationale
Signification Commémoration de la Déclaration d'indépendance du 4 juillet 1776.
Date 4 juillet
Célébrations Feux d'artifice
Parades
Barbecues
Pique-niques
Matchs de baseball
Observances Drapeau des États-Unis États-Unis

Le Jour de l’Indépendance (en anglais : Independence Day ou Fourth of July) est la fête nationale des États-Unis commémorant la Déclaration d'indépendance du 4 juillet 1776, vis-à-vis du Royaume de Grande-Bretagne.

Ce jour est l’occasion de fêtes et de cérémonies célébrant l'histoire du pays, son gouvernement et ses traditions ; se déroulent notamment des feux d'artifice, des défilés (appelés « parades »), des barbecues, des pique-niques, des matchs de baseball, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pourquoi le 4 juillet ?[modifier | modifier le code]

Bien que le 4 juillet soit une sorte d'icône pour les Américains, certains clament que la date est arbitraire. Les Néo-Anglais se sont battus contre les Britanniques dès avril 1775. La première motion concernant l'indépendance a été faite le 4 juin 1776 au Congrès continental. Après de longs débats, le Congrès vota de façon unanime, mais secrètement, l'indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne le 2 juillet (la Lee Resolution), et désigna Thomas Jefferson pour écrire une ébauche de déclaration. Le Congrès retravailla l'ébauche jusqu'à peu après 11 heures, le 4 juillet, quand treize colonies votèrent pour son adoption (New York s'est abstenu des deux votes) et donnèrent une copie aux imprimeurs signée seulement par John Hancock, le Président du Congrès, et le secrétaire Charles Thomson. Philadelphie célébra la Déclaration par des lectures publiques et des feux de joie le 6 juillet. Les autres membres du Congrès n'ont pas signé avant le 2 août, mais ce fut quand même gardé secret par peur de représailles britanniques.

Selon Thomas Jefferson, John Adams écrivit à sa femme Abigail le 3 juillet 1776 :

« Le deuxième jour de juillet 1776 sera le jour le plus mémorable de l'histoire de l'Amérique. J'ai tendance à croire que ce jour sera fêté par les générations à venir comme la grande fête commémorative. Il mérite d’être célébré comme le jour de la délivrance, par des actes solennels de dévotion à Dieu Tout-Puissant. Il mérite d’être célébré en grandes pompes et avec des parades, avec des spectacles, des jeux, du sport, des coups de feu, des cloches, des feux de joie, et des illuminations, d’un bout à l’autre du continent, à partir de maintenant et pour toujours[1]. »

Les lecteurs modernes pensent comprendre par « illuminations », qu'Adams signifiait feux d'artifice. En réalité, cela référait à la coutume du XVIIIe de célébrer en encourageant les ménages à placer des bougies allumées à chaque fenêtre. Les feux d'artifice firent leur apparition lors des célébrations du 4 juillet tardivement dans le XIXe, principalement à cause de leur prix élevé. Au début du XXe siècle, les Américains célébraient le 4 juillet en tirant des coups de feu en l'air. Les villes possédant un canon l'utilisaient.

Certainement, le vote du 3 juillet était l'acte décisif. Mais le 4 juillet est la date où, comme édicté par le Congrès, les Philadelphiens entendirent pour la première fois des informations concrètes quant à l'indépendance, en opposition aux rumeurs qui couraient avant.

Observations[modifier | modifier le code]

  • En 1777, 13 coups de canon furent tirés, une première fois le matin et une seconde à la tombée de la nuit, le 4 juillet à Bristol. Philadelphie célébra l'anniversaire d'une manière que les Américains trouveraient familière : un dîner officiel au Continental Congress, toasts, 13 tirs de fusils, des discours, des prières, de la musique, des parades, une revue des troupes et des feux d'artifice.
  • En 1778, le Général George Washington marque le quatre juillet par une double ration de rhum pour ses soldats et un tir d'artillerie. Les ambassadeurs John Adams et Benjamin Franklin organisent un dîner à Paris avec leur « camarade » français.
  • En 1779, le 4 juillet tombe un dimanche. Le jour férié fut célébré un lundi 5 juillet.
  • En 1781, Massachusetts reconnaît le 4 juillet comme fête nationale.
  • En 1791, le terme d’Independence Day est utilisé pour la première fois.
  • En 1870, le Congrès fait du Jour de l’Indépendance un jour férié, quoiqu'impayé, pour les employés fédéraux[2].
  • En 1941, le Congrès change Independence Day en un jour férié fédéral rémunéré. Les résidents de Vicksburg (Mississippi), célébrèrent la fête pour la première fois en 78 ans, grâce à la fin du Siège de Vicksburg avec la victoire de l'Union durant la guerre de Secession le 4 juillet 1863.

Coutumes[modifier | modifier le code]

Feux d'artifice de New York sponsorisés (ou commandités) par Macy's.
Bande-annonce patriotique montrée dans les théâtres avant le 4 juillet 1940.

Le jour de l'indépendance est un jour férié national marqué par des événements patriotiques. Les célébrations ont souvent lieu en extérieur. En tant que jour férié au niveau fédéral, les institutions fédérales non nécessaires (comme les services postaux) sont fermées. Beaucoup de politiciens profitent de ce jour pour apparaître en public et louer l'héritage national, historique, la société, et les individus.

Les décorations utilisées sont généralement rouges, blanches ou bleues, pour rappeler le drapeau américain. Les parades ont souvent lieu le matin, tandis que les feux d'artifice ont lieu le soir.

Les feux d'artifice sont souvent accompagnés par des chansons telles que « The Star-Spangled Banner », « God Bless America », « America the Beautiful », « My Country, 'Tis of Thee », « This Land Is Your Land », « Stars and Stripes Forever », et, localement, « Yankee Doodle » au nord-est et « Dixie » dans les États du sud. Certaines des paroles rappellent la guerre d'indépendance ou la guerre de 1812.

Un coup de feu est tiré dans chaque base des États des États-Unis, appelé le « salute to the union » (en français : « salut à l'Union »)[3].

Alors que les officiels observent toujours le 4 juillet, le niveau de participation varie en fonction du jour de la semaine sur lequel tombe le 4. Si le jour férié tombe au milieu de la semaine, certains feux d'artifice ou certaines célébrations sont reportées au week-end.

En France, l'ambassadeur des États-Unis se rend traditionnellement au cimetière de Picpus à Paris afin de rendre hommage au marquis de Lafayette, cérémonie officielle à laquelle assistent également diverses autorités françaises[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Letter from John Adams to Abigail Adams, 3 juillet 1776. Adams Family Papers: An Electronic Archive. Massachusetts Historical Society. http://www.masshist.org/digitaladams/
  2. « Fourth of July Celebrations Database » (consulté le 4 juin 2007).
  3. « Origin of the 21-Gun Salute », Centre de l’Histoire militaire de l'Armée de terre des États-Unis (consulté le 28 septembre 2009).
  4. Bernard Vincent, Louis XVI, page 144, Gallimard Folio Biographies, 2006.

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]