Joseph Deiss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deiss.
Joseph Deiss
Joseph Deiss
Joseph Deiss
Fonctions
Président de l'Assemblée générale des Nations unies
septembre 2010 – septembre 2011
Élection
Prédécesseur Ali Triki
Successeur Nassir Abdulaziz Al-Nasser
104e conseiller fédéral
Élection
Prédécesseur Flavio Cotti
Successeur Doris Leuthard
Chef du Département fédéral de l'économie
Prédécesseur Pascal Couchepin
Successeur Doris Leuthard
Chef du Département fédéral des affaires étrangères
Prédécesseur Flavio Cotti
Successeur Micheline Calmy-Rey
Conseiller national
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Fribourg
Origine Canton de Fribourg
Parti politique Parti démocrate-chrétien (PDC)

Signature
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Joseph Deiss, né le à Fribourg, originaire de Zeihen, est un économiste et homme politique suisse. Membre du Parti démocrate-chrétien, il est conseiller fédéral de 1999 à 2006. De à , il est président de la 65e session de l'Assemblée générale des Nations unies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 1971, il obtient un doctorat en sciences économiques et sociales. Il va faire de la recherche au King's College de l’université de Cambridge, puis devient chargé de cours d’économie politique à l’université de Fribourg en 1973 puis privat-docent en 1977. Il est nommé professeur extraordinaire en 1983 puis professeur ordinaire d’économie politique et de politique économique en 1984. Il est doyen de la faculté des sciences économiques et sociales de 1996 à 1998. Lors de la construction des nouveaux bâtiments abritant cette faculté, son nom est donné à l’auditoire le plus grand. Il est marié à Babette Deiss, depuis 1972, dont il a trois enfants. À partir du mois de mars 2007, il enseignera à nouveau à l’université de Fribourg, en tant que professeur invité.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Membre du Parti démocrate-chrétien, il est député au Grand Conseil fribourgeois de 1981 à 1991, année durant laquelle il en est le président. De 1982 à 1996, il est aussi syndic de la commune de Barberêche. De 1991 à 1999, il siège au Conseil national dont il est vice-président de la commission de politique extérieure en 1995-1996. Il est préposé à la surveillance des prix de 1993 à 1996 (Monsieur prix) puis devient président de la commission du Conseil national pour la révision totale de la constitution qui est adoptée le 18 avril 1999.

Ministre des affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Élu au Conseil fédéral, comme représentant du canton de Fribourg, le 11 mars 1999 (avec une voix d’avance sur son rival démocrate-chrétien Peter Hess), il succède à Flavio Cotti à la tête du département fédéral des affaires étrangères le 1er mai 1999. Cette période voit la Suisse adhérer à l’ONU (). Il parvient à être réélu au Conseil fédéral le , malgré la perte d’un siège par son parti, en l’emportant sur Ruth Metzler-Arnold lors du renouvellement du gouvernement.

Ministre de l'économie[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2004, il reprend le département fédéral de l'économie, à la tête duquel il succède à Pascal Couchepin, alors que les affaires étrangères sont reprises par Micheline Calmy-Rey. Il y est confronté à la faible croissance économique, à la montée du chômage, notamment des jeunes, et à la mutation de l’agriculture suisse. Il défend avec succès l’extension des accords bilatéraux sur la libre-circulation des personnes aux dix nouveaux membres de l’Union européenne et cherche sans succès à conclure un accord de libre-échange avec les États-Unis.

Il est président de la Confédération du 1er janvier au et effectue notamment une visite remarquée au Japon. Il reçoit à Berne le président polonais Aleksander Kwaśniewski, puis annonce le sa démission du Conseil fédéral au 31 juillet. Il a précisé vouloir partir « alors que tout va bien » et « sans pression de son parti » et « laisser la place à des forces neuves ». Cette décision, avoue-t-il, « a mûri toute seule » durant les vacances de Pâques.

Président de l'Assemblée générale de l'ONU[modifier | modifier le code]

Le , il est désigné comme futur président de la 65ème session de l'Assemblée générale des Nations unies[1]. Son élection effective se tient le et son mandat débute officiellement le 14 septembre, jour de l'ouverture de la session au siège de l'organisation à New York[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manuel d'économie politique, avec Danielle Meuwly, 1995
  • Initiation à l'économie politique : analyse économique de la Suisse, 1982
  • Économie politique et politique économique de la Suisse, 1979
  • The regional adjustment process and regional monetary policy, 1978
  • La théorie pure des termes de l'échange international, thèse de doctorat, 1971

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Joseph Deiss Suivi par
Ali Abdussalam Treki
Président de l'Assemblée générale des Nations unies
2010–2011
Nassir Abdulaziz Al-Nasser