Ivraie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’ivraie (Lolium L.) est un genre de graminées sauvages ou cultivées comme plante fourragère, originaires des régions tempérées chaudes de l'ancien monde. Certaines espèces sont considérées comme des mauvaises herbes.

Il existe une dizaine d'espèces du genre Lolium, appelé en anglais Ryegrass, d'où le terme de « ray-grass » ou « ray grass » sous lequel sont plus connues en français les espèces cultivées.

Les principales espèces cultivées sont les suivantes :

  • Lolium multiflorum, ivraie multiflore ou ray-grass d'Italie ,
  • Lolium perenne, ivraie vivace ou ray-grass anglais.

L'ivraie enivrante, Lolium temulentum, est la seule graminée dont les graines sont toxiques, à hautes doses, pour l'homme. Consommées en petite quantité, elles induisent des effets comparables à l'ivresse, d'où son nom populaire.

Cette plante est probablement celle désignée par la formule employée dans les Évangiles, « Séparer le bon grain de l'ivraie ».

Le terme « ivraie » dérive du latin populaire ebriacus, ivre, en relation avec les propriétés enivrantes de l'ivraie.

Caractères généraux du genre Lolium[modifier | modifier le code]

Les ivraies sont des plantes herbacées généralement annuelles ou bisannuelles.

Génétique[modifier | modifier le code]

L'ivraie est naturellement diploïde avec 2n = 14.

Elle est génétiquement proche du genre Festuca qui regroupe au moins 300 espèces de poacées.

Distribution[modifier | modifier le code]

Ces plantes sont originaires des régions tempérées chaudes de l'ancien monde : Europe, Afrique du Nord, Asie occidentale et sous-continent indien.

Les espèces cultivées ont été naturalisées dans toutes les régions tempérées du monde.

Elles réclament en général un climat doux, ensoleillé et relativement humide.

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Bien que très résistant, il arrive que le ray grass subisse des attaques de pathogènes ou parasites (champignon)

Les espèces de Lolium sont très proches et s'hybrident facilement entre elles. Certaines peuvent s'hybrider également avec des espèces du genre Festuca.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces ont une certaine importance en agriculture et horticulture, soit comme plantes fourragères, soit comme plantes à gazons d'agrément. Certaines sont aussi des mauvaises herbes, notamment adventices du blé et du lin.

De plus la surface des terrains de tennis « gazonné » est parfois constitué d'ivraie, notamment à Wimbledon

Dans la littérature et la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • « À vouloir l'ivraie, on saccage le blé » un proverbe peut-être inspiré par la parabole sur le bon grain et l'ivraie dans les Evangiles.(Matthieu 13:24-30)
  • les enfants et les jeunes filles traditionnellement arrachaient les epillets alternés l'un après l'autre en disant "marirai, marirai pas" (je me marierai, je ne me marierai pas), aussi souvent la plante était appelée du "marierai-marierai-pas".[réf. nécessaire]
  • La mort de Daphnis aurait (selon "Ménalque et Mopsus", issu de l'églogue 5 des Bucoliques de Virgile) entraîné l'infécondité de l'ivraie suite au retirement de Pales et Apollon des champs après que "le destin ait ravi" le légendaire berger.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]