Lolium temulentum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ivraie enivrante)
Aller à : navigation, rechercher


L'Ivraie enivrante ou Ivraie annuelle (Lolium temulentum L.) est une plante herbacée annuelle de la famille des Poacées, qui est une mauvaise herbe, redoutée principalement dans les champs de céréales (plante messicole). Elle est parfois appelée Herbe à couteau.

C'est probablement l'ivraie citée dans le Nouveau Testament (Parabole du bon grain et de l'ivraie, dans l'Évangile selon saint Matthieu, ch. 13. À noter que dans le texte en grec, le terme employé est zizania, qui a donné « zizanie » en français).

Noms communs : ray-grass enivrant, ivraie annuelle, herbe d'ivrogne, herbe à couteau, zizanie.

L'adjectif spécifique latin temulentum signifie « ivre »

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis, Lolium temulentum, était considéré comme une plante magique hypocrite associée à la magie.
Cette graminée a joué à l'occasion un rôle de poison. Absorbée accidentellement dans le pain, elle faisait tituber le sujet qui se comportait comme un homme ivre et pouvait dans certains cas graves provoquer la mort[1].

Description[modifier | modifier le code]

Habitus

L'ivraie enivrante est une plante annuelle à tiges dressées de 60 cm à 1 m de haut[réf. nécessaire] formant de grosses touffes, dont l'aspect général est très voisin de celui du ray-grass d'Italie.

Elle se distingue des ray-grass d'Italie et anglais par ses épillets qui sont distants et complètement protégés par une glume scarieuse sur les bords. Chaque épillet est composé de 4 à 10 fleurs avec une glumelle inférieure échancrée au sommet et le plus souvent munie d'une arête. La semence est constituée du caryopse, des glumelles et du pédicelle. Nu, le caryopse ressemble à un grain de seigle mal venu [2]. Contrairement au ray-grass d'Italie et anglais qui sont allogames, l'ivraie enivrante est autogame.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est originaire des régions tempérées et chaudes de l'ancien monde.

C'est une plante messicole, qui s'est répandue dans toute l'Europe avec la culture du blé car elle suit un cycle biologique très proche et mûrit en même temps, et ses graines ont une taille proche de celle du grain de blé. Cette espèce accompagnait traditionnellement le bleuet et la nielle et comme elle a très fortement régressé avec l'extension de l'agriculture moderne. Celle-ci en effet dispose de moyens efficaces pour éliminer ce type d'adventices grâce à la mécanisation (meilleur tri des semences), la fertilisation qui modifie les conditions de milieu, et l'emploi d'herbicides.

Propriétés[modifier | modifier le code]

L'ivraie enivrante est une plante toxique à cause de ses grains souvent infestés par un champignon, Neotyphodium coenophialum et contenant de ce fait des alcaloïdes, notamment la loline, aux propriétés narcotiques[3].

Des empoisonnements se produisaient autrefois chez l'homme quand la farine de blé était contaminée par des graines d'ivraie, mais cela a disparu de nos jours avec la mécanisation de l'agriculture. Les animaux de pâture peuvent également être empoisonnés par cette plante. Autrefois des vendeurs de chevaux indélicats nourrissaient leur chevaux trop agités avec de l'ivraie enivrante pour leur donner une apparence trompeuse douce et docile[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont
  2. a et b G. Fron, Plantes nuisibles à l'agriculture, Paris, Librairie Baillère & fils,‎ 1917, 346 p.
  3. (en) (fr) « Lolium perenne », sur www.summagallicana.it (consulté en 2 août 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :