Hippolyte Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hippolyte Simon
Image illustrative de l'article Hippolyte Simon
Mgr Hippolyte Simon en 2009
Biographie
Nom de naissance Hippolyte Louis Jean Simon
Naissance 25 février 1944 (70 ans)
à Saint-Georges-de-Rouelley
Ordination sacerdotale 27 juin 1970
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 4 mai 1996 par
Mgr Jacques Fihey
Évêque puis archevêque de Clermont-Ferrand
Depuis le 22 février 1996
Précédent Jean Louis Joseph Dardel

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Hippolyte Simon, né le 25 février 1944 à Saint-Georges-de-Rouelley dans la Manche, est un archevêque catholique français, évêque depuis 1996 et archevêque depuis 2002 du diocèse de Clermont et vice-président de la Conférence des évêques de France depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Entré au grand séminaire de Coutances, Hippolyte Simon a poursuivi sa formation au séminaire de Bayeux. Il a, par la suite, obtenu une maîtrise de philosophie à l'Institut catholique de Paris et une maîtrise de philosophie politique à l'université de Paris I. Il a soutenu sa thèse sur Karl Marx.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre le 27 juin 1970 pour le diocèse de Coutances-et-Avranches.

Après un premier ministère comme aumônier de lycée à Mortain, il s'est consacré à l'enseignement, tout d'abord comme supérieur du séminaire interdiocésain de Caen de 1978 à 1990, puis comme vicaire épiscopal chargé de la formation permanente des prêtres et des laïcs et délégué diocésain pour le diaconat permanent de 1990 à 1996 du diocèse de Coutances-et-Avranches.

Nommé évêque de Clermont le 22 février 1996, il a été consacré le 4 mai de la même année, des mains de Mgr Jacques Fihey dans la cathédrale de Clermont-Ferrand. Il est élevé à la dignité d'archevêque métropolitain de Clermont le 16 décembre 2002, suite au redécoupage des provinces ecclésiastiques en France et a reçu le pallium des mains de Jean-Paul II à Rome le 30 juin 2003.

Il a été vice-président de la Conférence des évêques de France de 2007 à 2013.

Il a été par ailleurs représentant des évêques de France auprès de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) jusqu'en novembre 2007, date à laquelle Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg lui succède auprès de la COMECE.

Prise de positions[modifier | modifier le code]

À propos des tests ADN[modifier | modifier le code]

En octobre 2007, Mgr Simon réagit vivement à l'amendement au projet de loi sur l'immigration proposant d’introduire le recours à des tests ADN pour les candidats au regroupement familial. Il explique que la paternité ne peut se réduire au lien biologique, mais est avant tout un lien d'amour. C'est d'ailleurs ce qui donne tout son sens à l'adoption[1].

À propos de la candidature de la Turquie à l’Union européenne[modifier | modifier le code]

En 2004, comme vice-président de la COMECE, Mgr Simon apporte sa voix dans le débat concernant une éventuelle adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Il demande que l'État turc s'engage à reconnaître un statut officiel aux minorités religieuses présentes dans le pays, engagement qui « devrait faire partie des conditions préalables à l’ouverture des négociations d’adhésion ». Il existe en effet des manquements flagrants à la liberté religieuse dans ce pays[2].

À propos du dialogue interreligieux[modifier | modifier le code]

En juin 2008, il publie une déclaration intitulée « Le dialogue interreligieux suppose et exige l'État de droit »[3].

Il y insiste sur l'importance de l'État de droit pour permettre et garantir les conditions d'un véritable dialogue par le respect des libertés individuelles. Par ailleurs, il rappelle que dans ce dialogue, alors que les confessions religieuses différencient les participants, c'est la citoyenneté qui constitue leur point commun.

Il parle donc d'un « trilogue », associant l'État de droit aux acteurs du dialogue interreligieux.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cédric Gourin, Hippolyte Simon, un chemin chrétien, Éditions de la Courrière (mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]