Henriette Sontag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sontag.

Henriette Sontag

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Paul Delaroche

Nom de naissance Henriette Gertrude Walpurgis Sontag
Naissance 13 mai 1805
Coblence
Drapeau de l'Empire français Empire français
Décès 17 juin 1854 (à 49 ans)
Mexico
Drapeau du Mexique Mexique
Activité principale Cantatrice
Soprano dramatique
Style Musique classique
Opéra, oratorio
Activités annexes Professeur de chant
Années d'activité 1820 - 1854
Collaborations Ludwig van Beethoven
Carl Maria von Weber

Œuvres principales

Henriette Gertrude Walpurgis Sontag, comtesse de Lauenstein, est une cantatrice franco-allemande née à Coblence (département du Rhin-et-Moselle, Empire français) le 13 mai 1805[1] et morte du choléra à Mexico le 17 juin 1854.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont des comédiens chanteurs ambulants. Sa voix est ravissante, sa technique irréprochable, mais on critique sa perfection un peu froide et son jeu de scène médiocre. Elle participe les 7 et 13 mai 1824 aux créations de la 9e Symphonie (dédiée au roi Frédéric-Guillaume III de Prusse) et de la Missa Solemnis de Beethoven. De son côté, Carl Maria von Weber lui confie la création du rôle-titre de son opéra Euryanthe (1823).

Elle se produit sur les scènes européennes, partenaire fréquente de Maria Malibran dans un climat de camaraderie. Elles sont cependant rivales dans le cœur du violoniste Charles-Auguste de Bériot. Repoussé par Henriette qui a épousé secrètement, pour ne pas nuire à sa carrière, Carlo Rossi, un diplomate sarde, Charles de Bériot épouse Maria Malibran.

En 1830, âgée de 25 ans, Henriette Sontag est anoblie par le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse (Coblence est en effet devenue depuis 1814 partie intégrante du Royaume de Prusse) et devient « comtesse von Lauenstein ». Elle peut vivre publiquement avec son mari et lui donnera sept enfants. Elle renonce provisoirement à la scène et ne se produit qu'à titre privé.

Elle sera également le professeur de chant de la grande-duchesse Alexandra Nicolaïevna de Russie, fille du tsar Nicolas Ier, et de Charlotte de Prusse, fille du roi Frédéric-Guillaume III de Prusse.

Son mari ayant connu des déboires politiques, elle reprend sa carrière en 1844 et entame une tournée en Amérique à partir de 1852 avec la cantatrice Marietta Alboni et la violoniste Camille Urso. C'est pendant celle-ci qu'elle meurt au Mexique du choléra.

Dans La Revue des Deux Mondes, sa voix est décrite ainsi : "Mlle Sontag possédait une voix de soprano très étendue, d’une grande égalité de timbre et d’une merveilleuse flexibilité. Dans l’octaves supérieure ; depuis l’ut du médium jusqu’à celui au-dessus de la portée, cette voix tintait délicieusement comme une clochette d’argent, sans que jamais on eût à craindre ni une intonation douteuse, ni un défaut d’équilibre dans ses exercices prodigieux. [...] Dans le magnifique écrin de vocalises de toute nature que Mlle Sontag déroulait chaque soir devant ses admirateurs, on remarquait surtout la limpidité de ses gammes chromatiques et l’éclat de ses trilles qui scintillaient comme des rubis sur un fond de velours. Chaque note de ces longues spirales descendantes ressortait comme si elle eût été frappée isolément et se rattachait à la note suivante par une soudure imperceptible et délicate. Et toutes ces merveilles s’accomplissaient avec une grace parfaite, sans que le regard fût jamais attristé par le moindre effort."[2]

Vincenzo Bellini était impressionné par sa musicalité. Parlant d'elle et de sa concurrente Maria Malibran, il dit : « De larghissimo à prestissimo, la Malibran et la Sontag glissent sans faille sur tous les tempos, temps et mesures, avec un phrasé magnifique : elles jouent avec le rythme avec précision et discipline, changent et ornent subtilement la ligne vocale pour exprimer les changements d'humeur et l'évolution psychologique des personnages, et mettent en valeur l'harmonie en variant les dynamiques et allongeant des notes de passages. Elles sont aussi très douées pour l'improvisation qui est presque toujours faite avec un goût exquis[3]. »

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Dans Monsieur Choufleuri restera chez lui (1861), opérette-bouffe de Jacques Offenbach sur un livret du duc de Morny, un bourgeois parvenu veut épater ses voisins en organisant un concert où doivent se produire trois des plus grands chanteurs de l'époque : Giovanni Battista Rubini, Antonio Tamburini et Henriette Sontag. Suite à leur défection, le bourgeois, sa fille et son futur gendre doivent se faire passer pour eux.

Portraits d'Henriette Sontag[modifier | modifier le code]

  • Lithographie par Henri Grevedon (1776-1860), 1830, Musée Carnavalet.
  • Ce portrait figure en un large cartel ovale peint sur un vase en porcelaine de Paris, Manufacture Darte, vers 1830, coll. Musée de la Vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, Paris (Don des Amis du musée, 2009)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie et Léon Escudier, Vie et aventures des cantatrices célèbres, E. Dentu, Paris, 1856, p. 269. D'autres sources donnent le 3 janvier 1806. Cette dernière date est également retenue dans le Dictionnaire biographique des musiciens de Baker-Slonimsky
  2. http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Revue_des_Deux_Mondes_-_1850_-_tome_5.djvu/960
  3. Giorgio Appolonia, Le voci di Rossini, Eda, Turin, 1992, p. 176.