Grace de Monaco (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grace de Monaco

Titre original Grace of Monaco
Réalisation Olivier Dahan
Scénario Arash Amel
Acteurs principaux
Sociétés de production Stone Angels
YRF Entertainment
uFilm
Lucky Red
TF1 Films Production
Canal+
Silver Reel
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Biopic
Sortie 2014
Durée 103 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Grace de Monaco (Grace of Monaco) est un film réalisé par Olivier Dahan et sorti en 2014. Il met en scène Nicole Kidman dans le rôle de Grace Kelly[1]. Il est le film d'ouverture du Festival de Cannes 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lorsqu'elle épouse Rainier en 1956, l'actrice Grace Kelly croit avoir trouvé le prince charmant alors que cette union serait une mise en scène du Vatican. Elle est en effet devenue la princesse d'« un royaume sans cœur » comme le révèle le prêtre Francis Tucker, confident du couple princier [2], une principauté d'opérette dont les habitants sont la populace naïve[3]. Six ans plus tard, la princesse désabusée et qui a le mal du pays veut divorcer. Son mari « cassant et macho » est souvent absent, le couple fait chambre à part, elle est cernée par les intrigues de cour et ne supporte plus le protocole strict de sa « cage dorée »[4].

Le film se concentre sur l'année 1962 où la princesse Grace Kelly hésitait jusqu'à alors entre sa famille et sa carrière dans le cinéma, refusant la proposition d'Alfred Hitchcock de jouer dans Marnie[1],[5]. Par soumission conjugale, elle décide de remplir son devoir d'épouse de chef d'État, déjouant le « coup d'État » ourdi par sa belle-sœur Antoinette de Monaco, espionne à la solde du gouvernement français[6] et obtenant carte blanche de son époux pour régler le conflit fiscal qui oppose Monaco à la France.

Selon le journaliste Pierre Abramovici, « au début du film, Grace Kelly est montrée comme une gourde en politique. Puis, peu à peu, elle devient celle qui dénoue le conflit entre la France et Monaco »[7].

Réception[modifier | modifier le code]

La famille princière de Monaco, très critique sur le synopsis loin de la réalité, n'a souhaité être associée en aucune manière au film[8]. L'historien Jean des Cars, spécialiste de la famille royale monégasque, déclare qu'« historiquement, politiquement, sociologiquement et humainement, il n'y a pas une scène ni une réplique (du film) qui soit conforme à la réalité ni même à la vraisemblance. »[9] Olivier Dahan met en avant son droit à la fiction : « Je suis un artiste, pas un historien »[10].

Le film est sifflé lors de sa projection à la première du festival de Cannes[11], et reçoit des critiques très négatives d'une partie de la presse. Le Daily Telegraph le qualifie de « mélodrame fantastiquement idiot »[12] , le journal The Guardian parle d'une « catastrophe époustouflante »[13]. Le Monde titre lui ironiquement « Grace de Monaco : fenêtre sur four » et qualifie le film d'affligeant[14]. De son coté, L'Express le reçoit plutôt positivement, soulignant entre autres qu'« il faut saluer la démarche de Dahan et de son scénariste » et que « Nicole Kidman, glamour toujours, est impeccable »[15].

Selon le journal The Daily Mirror, le film a rejoint la liste des plus grands « flops » de l'histoire du cinéma[16].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

L'équipe du film lors du festival de Cannes 2014.
Coproducteurs : Jeremy Burdek, Nadia Khamlichi, Adrian Politowski et Gilles Waterkeyn
Producteurs délégués : Didier Hoarau, Stéphane Lhoest et Jonathan Reiman

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[20])

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Première photo de Nicole Kidman en Grace Kelly sur Télérama, 4 octobre 2012
  2. Siegfried Forster, « Grace de Monaco » dans un « royaume sans cœur », sur RFI,‎ 14 mai 2014
  3. Jean-Michel Frodon, « GRACE DE MONACO »: A QUOI SERT UN FILM D’OUVERTURE (?), sur Slate,‎ 15 mai 2014
  4. Lena Lutaud, « Cannes 2014 : les durs moments de « Grace » », sur Le Figaro,‎ 13 mai 2014
  5. http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/16/grace-kelly-film-biopic-olivier-dahan-famille-princiere-monaco_n_2485312.html
  6. « "Grace de Monaco" d'Olivier Dahan dévoilé à Cannes sur fond de polémique », sur Le Point,‎ 14 mai 2014
  7. a et b Clarisse Fabre, « Cannes 2014 : du Rocher à la Croisette, tempête sur la côte », sur Le Monde,‎ 14 mai 2014
  8. http://www.lepoint.fr/people/loin-de-cannes-et-du-film-grace-de-monaco-albert-ii-et-charlene-dans-le-cantal-15-05-2014-1823107_2116.php
  9. http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/05/16/31006-20140516ARTFIG00340-le-film-grace-de-monaco-l-histoire-falsifiee.php
  10. http://www.ouest-france.fr/festival-de-cannes-polemique-autour-du-film-grace-de-monaco-2535417
  11. http://www.programme.tv/news/cinema/102840-cannes-2014-grace-de-monaco-siffle-par-les-journalistes/
  12. http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2014/grace-de-monaco-croule-sous-les-critiques-assassines,112431.php
  13. http://www.7sur7.be/7s7/fr/1777/Deborah-Laurent-envoyee-speciale-a-Cannes/article/detail/1886516/2014/05/14/Grace-de-Monaco-siffle-a-Cannes.dhtml
  14. Le Monde du 16 mai 2014, p. 13
  15. « Grace de Monaco », L'Express Styles,‎ 14 mai 2014, p. 42
  16. (en) http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/disaster-movies-nicole-kidmans-grace-3546823
  17. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  18. « Sortie du biopic sur Grace de Monaco : de guerre Grace… », sur L'Express,‎ 28 mars 2014
  19. Fiche du film - AlloCiné
  20. « Fiche du doublage français du film » sur Alterego75.fr, consulté le 2 décembre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]