Gai Écoute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Gai Écoute.

Gai Écoute est un organisme sans but lucratif destiné aux personnes intéressés par les questions relatives à l'homosexualité. À l'origine, l'organisme venait en aide aux homosexuels québécois francophones par de l'écoute téléphonique sept jours par semaine. Aujourd'hui, il dispense plusieurs autres services tels que des références, des renseignements, de l'aide par courrier électronique, par messagerie instantanée ou à la navigation dans Internet.

Mission[modifier | modifier le code]

Gai Écoute a pour mission de donner du soutien aux homosexuels et à leur entourage. L'organisme donne également de l'information générale sur le milieu gai et lesbien. Gai Écoute facilite également l'intégration des homosexuels dans leur communauté et dans la société. L'organisme lutte contre les préjugés et l'homophobie et tente de contribuer à leur mieux-être.

Les objectifs
  • Offrir de l'aide et du soutien, de l'écoute téléphonique et donner des renseignements aux personnes concernés ou intéressés par les questions relatives à la diversité sexuelle.
  • Favoriser le bien-être des personnes homosexuelles et leur entourage.
  • Favoriser l’inclusion des personnes homosexuelles dans la société.
  • Combattre les préjugés envers les personnes homosexuelles.
  • Promouvoir la compréhension et l’acceptation des citoyens et des citoyennes sur la base de l’orientation sexuelle.
  • Susciter un esprit d’ouverture à la diversité et aux valeurs d’inclusion de notre société.
  • Mettre sur pied des services en lien avec la mission de Gai Écoute.

Historique[modifier | modifier le code]

Campagne publicitaire de Gai Écoute. (Voir toutes les campagnes)

C'est en 1980 que des bénévoles du Centre des services sociaux Ville-Marie mettent sur pied Gai Écoute, l'un des plus anciens services pour la communauté gaie et lesbienne de l'Île de Montréal.

Entre 1986 et 1995, l'organisme prend de l'expansion et les services jusque-là dispensés quelques soirs par semaine, s'étendent à tous les soirs grâce à l'équipe de bénévoles qui s'agrandit.

En 1996, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec accepte de subventionner l'organisme et les services s'étendent ainsi à la grandeur de la province de Québec. Gai Écoute acquiert une ligne de téléphone nationale gratuite 1-888-505-1010 et dessert les québécois francophones et anglophones (via l'organisme Gay line). La ville de Montréal collabore au projet en fournissant des locaux gratuitement aux deux organismes.

En 1997, une équipe de femmes est mise en place afin de répondre aux appels des femmes lesbiennes. Gai Écoute a son premier ambassadeur auprès des jeunes, Dany Arsenault. L'organisme devient l'hôte officiel des personnalités invitées à prendre part au défilé de la fierté gaie. La même année, Gai Écoute lance la campagne visant à faire connaître l'organisme et combattre les préjugés envers les personnes homosexuelles, avec des affiches « Ceci est une tapette »[1] (ci-contre) et « Fifi, c'est le nom d'un chien »[2].

En 1998 et 1999, le dramaturge Michel Marc Bouchard et le comédien Yves Jacques acceptent de devenir les porte-parole de Gai Écoute. La même année, l'organisme lance la campagne « Par ici la sortie » et « Elle s'aiment au grand jour »[3],[4].

En 2000, Gai Écoute lance une campagne publicitaire télévisée mettant en vedette son nouveau porte-parole Daniel Pinard. Les services d'écoute et de renseignement téléphonique deviennent accessibles de 11h à 23h. Le 31 mai, l’organisme lance sa fondation, la Fondation Émergence, dont la mission est de faire la lutte aux préjugés. En octobre, parution de l'étude commandée par Gai Écoute au professeur Michel Dorais de l'Université Laval, portant sur le suicide chez les jeunes homosexuels. La même année, lancement de la campagne publicitaire « La vie en rose… pas toujours rose ! »[5].

En 2003 et 2004, les services d'écoute deviennent accessibles de 8 heures le matin à 3 heures la nuit. Première édition de la Journée nationale de lutte contre l'homophobie. Gai Écoute franchit le cap des 20 000 services rendus en une seule année. Lancement de la campagne « Effets secondaires de rire de l'homosexualité »[6]. Gai Écoute met sur pied un comité visibilité lesbienne qui organisera, le 8 mars de chaque année, un événement en vue de favoriser la visibilité des lesbiennes dans la société québécoise.

Le , Gai Écoute fête ses 25 ans d'existence. Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute, est nommé Personnalité de la semaine par le quotidien La Presse. Premier colloque sur la visibilité lesbienne. Lancement d'une nouvelle campagne thématique intitulée Homosexseul lors d’une conférence de presse où Dany Turcotte, Daniel Pinard et René Richard Cyr sont présents[7]. Deuxième publicité télévisée présentée pour la première fois à l'émission Tout le monde en parle.

En décembre 2007, Gai Écoute lance sa première campagne radiophonique intitulée « Parce que ce n’est pas toujours aussi facile… »[8] qui comprend deux messages radiophoniques. Le président de Gai Écoute, Laurent McCutcheon, reçoit le Prix Droits et libertés remis annuellement par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec.

En 2008, les porte-parole de l’organisme sont Éric Bernier (comédien), Monique Giroux (animatrice à la radio), Daniel Pinard (animateur à la télé), ainsi qu’Alex Perron (humoriste et animateur à la télé)[9].

Campagnes publicitaires[modifier | modifier le code]

  • Ceci est une tapette[1] (1997)
  • Fifi, c’est le nom d’un chien[2] (1997)
  • Par ici la sortie… This way out[3]… (1998)
  • Elles s’aiment au grand jour[4] (1999)
  • La vie en rose… pas toujours rose [5]! (2001)
  • Effets secondaires - Rire de l’homosexualité[6] (2004)
  • Homosexseul[7]… (2005)
  • Elles débarquent via Air Lesbiennes[10] (2006)
  • Homo 10 % - C’est pas laid [11]! (2006)
  • Parce que ce n’est pas toujours aussi facile[8]… (2007)
  • Les porte-parole de Gai Écoute et de la Fondation Émergence[9] (2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dorais; Simon Louis Lajeunesse, Mort ou fif : contextes et mobiles de tentatives de suicide chez des adolescents et jeunes hommes homosexuels ou identifiés comme tels et perspectives de prévention, Québec, Centre de recherche sur les services communautaires,‎ 2000 (ISBN 2894970382, OCLC 46616946)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]