Raymond Gravel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raymond Gravel (homonymie).
Raymond Gravel à l'Université Laval, en août 2008

Raymond Gravel, né Joseph Henri Raymond Gravel le 4 novembre 1952 à Saint-Damien-de-Brandon et mort le 11 août 2014 (à 61 ans)[1] à Joliette (Québec)[2], est un prêtre catholique et un homme politique québécois. Il a été le député bloquiste de Repentigny à la Chambre des communes du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille de neuf enfants, Raymond Gravel, est mal encadré et bafoué par son père agriculteur violent[3]. Il commence à fumer la cigarette dès l'âge de 11 ans, quitte la maison à 16 ans[3] et, surtout, se retrouve seul au cœur de la métropole, Montréal, et au bord du gouffre en y faisant une incursion dans l’univers de la drogue et de la prostitution masculine, pour ensuite passer par les étapes du sevrage et de la désintoxication[4],[2].

À 33 ans, Raymond Gravel devient prêtre et suscite beaucoup de controverse au sein de l’Église catholique en raison de ses différentes prises de position non orthodoxes, notamment sur l’homosexualité et l’avortement.

Vingt ans plus tard, le 29 octobre 2006, Raymond Gravel est choisi par acclamation pour être le candidat du Bloc québécois à l'élection partielle à venir dans Repentigny. Il doit abandonner momentanément son ministère pour exercer ses fonctions politiques, ce qui lui cause beaucoup de chagrin. Pour se présenter, il lui était nécessaire de consulter son évêque, Gilles Lussier, qui n'aurait pas empêché cette décision. Cependant, il a été critiqué par le théologien Gilles Routhier, qui indique que l'approbation tacite de l'évêque n'est pas conforme au code de droit canonique de 1983. Le 27 novembre 2006, lors d'une élection partielle tenue pour combler le siège laissé vacant par Benoît Sauvageau, décédé tragiquement lors d'un accident de la route, Raymond Gravel est élu, défaisant les candidats conservateur, néo-démocrate et libéral par une très grande marge.

L'abbé Gravel est le premier prêtre québécois à se faire élire à la Chambre des communes du Canada ; il est toutefois le troisième prêtre souverainiste à être élu, les deux autres étant les abbés Jacques Couture et Louis O'Neill, élus à l'Assemblée nationale du Québec en 1976.

Ses prises de position créent des remous qui lui valent des campagnes de dénonciation. Ainsi, Jim Hughes, président de Campaign Life Coalition (en), demande une suspense canonique contre le père Gravel après que celui-ci eut publiquement défendu le médecin avorteur Henry Morgentaler qui a reçu l'Ordre du Canada[5].

Finalement, moins de deux ans après son élection comme député, Raymond Gravel est sommé par le Vatican d'abandonner soit sa prêtrise, soit sa fonction de politicien. Il choisit alors de ne pas se présenter aux élections fédérales suivantes[6]. Il aura été ainsi député durant 687 Jours : du 27 novembre 2006 au 13 octobre 2008.

Gravel intente des procès en diffamation[modifier | modifier le code]

L'abbé Gravel intente une poursuite pour diffamation pour plus de 500 000 $ contre le site pro-vie anglophone LifeSiteNews[7] et l'organisme québécois Campagne Québec-Vie[8],[9]. Le procès contre Campagne Québec-Vie s'est conclu à l'amiable[10]. Toutefois, malgré la grave maladie qui l'affecte, l'abbé Gravel continue ses poursuites contre LifeSiteNews[11].

Maladie[modifier | modifier le code]

Le 25 octobre 2013, les médias du Québec révèlent qu'il subit un traitement contre un cancer du poumon avec métastases aux os[12].

Il meurt à 61 ans, le 11 août 2014, des suites de son cancer diagnostiqué le 28 août 2013[1], avec six mois de survie prédite. Il aura été vingt-huit ans prêtre.

Le 14 juillet précédent, la ville de Mascouche l'avait accueilli en donnant son nom prématurément à sa caserne de pompiers, volontairement en entorse aux règles toponymiques de délai d'attente après trépas[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'abbé Gravel est mort », Société Radio-Canada, le 11 août 2014.
  2. a et b Marie-Michèle Sioui, avec Carl Marchand, Jasmin Lavoie et Ninon Pednault, « L'abbé Raymond Gravel est décédé », La Presse, le 11 août 2014.
  3. a et b « L'amour paternel — Témoignage de Raymond Gravel », sur www.lesreflexionsderaymondgravel.org, en 2009.
  4. « L’abbé Raymond Gravel, un homme d’Église peu orthodoxe », sur la Télévision de Radio-Canada, émission On prend toujours un train pour la vie, entrevue du dimanche 5 septembre 2010 avec Josélito Michaud.
  5. (en) John-Henry Westen, « Controversial Catholic Priest/Politician Defends Award to Arch-Abortionist Morgentaler », sur LifeSiteNews, le 8 juillet 2008.
  6. « Raymond Gravel quitte la politique », sur Radio-Canada, le 3 septembre 2008.
  7. (en) « LifeSiteNews is being sued for $500,000 - this could shut us down! », sur LifeSiteNews, le 15 février 2011.
  8. Voulez-vous partir, vous aussi? Suivre le Christ... ou l'abbé G. ?, sur Campagne Québec-Vie, le 12 août 2014.
  9. « Raymond Gravel c. Life Site News — chronologie et sommaire de la défense », sur Pour une école libre au Québec, le 11 août 2014.
  10. « Campagne Québec-Vie règle hors-cours avec l'abbé Raymond Gravel », sur Campagne Québec-Vie, le 11 octobre 2013.
  11. « Le procès qui oppose M. Raymond Gravel et LifeSiteNews se poursuit », sur Pour une école libre au Québec, le 5 mars 2014 et le 11 août 2014.
  12. « L'abbé Gravel se bat contre un grave cancer », sur Radio-Canada, le 25 octobre 2013.
  13. Geneviève Geoffroy, « Raymond Gravel est immortalisé à Mascouche », sur L'Express Montcalm, le 14 juillet 2014.
  14. Geneviève Geoffroy, « « C'était un homme d'une grande écoute et qui ne jugeait pas peu importe la situation » — Guillaume Tremblay (maire de Mascouche) », sur L'Express Montcalm, le 11 août 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]