Gérard Deschamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deschamps.
Gérard Deschamps (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Gérard Deschamps est un artiste plasticien français né le 10 octobre 1937 à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Deschamps vit à Lyon jusqu'en 1944 avant de s'installer à Paris jusqu'en 1970. Autodidacte, sa vocation pour la peinture se manifeste très tôt et il fréquente les galeries d'art parisiennes de la rue de Seine.

Il expose dès 1955 à la galerie Fachetti à Paris. C'est à cette époque qu'il abandonne la peinture à l'huile qui, selon lui, manque de souplesse, pour se tourner vers des collages incorporant des photos d'objets issues du catalogue Manufrance.

En 1957, il expose à la galerie du Haut-Pavé à Paris ses premiers tableaux faits de chiffons et de plissages qui annoncent le nouveau réalisme. Début novembre de la même année, il est mobilisé et envoyé pour 27 mois en Algérie, où il participe à la contre-attaque de 1958 et à l'opération « jumelles ». Libéré en 1960, il rencontre Hains et Villeglé et intègre officiellement le groupe des Nouveaux Réalistes en 1961, un an après sa fondation officielle.

Avec ses plissages, il désire rénover les débordements de tissus, qui selon lui,

« furent les gardiens du souffle de l'art en Occident, même dans les périodes de décadence, en effet que serait la victoire de Samothrace sans sa mince tunique mouillée qui en fait l'ancêtre des voitures compressées, réalisation ultime du plissage qui me fut soufflée par mon manque de moyens financiers. »

Il se spécialise dans les chiffons, les dessous féminins, trouvés chez un chiffonnier dénommé Chatton. Ces chiffons, puis les tissus d'essuyage industriels japonais envahissent ses ateliers à La Châtre et rue Gambetta à Paris. Ses compositions à base de dessous féminins – par exemple Le Rose de la vie, assemblage de culottes, corsets, soutiens-gorge, gaines et jarretelles à dominante rose – lui vaudront d'être censuré à plusieurs reprises.

En 1961, il trouve une nouvelle mine de « tissus » de récupération aux Puces, les bâches de signalisation de l'armée américaine aux couleurs fluorescentes, puis à nouveau un stock chez un ferrailleur de la Bastille. Il expose aussi dès 1961 des chiffons japonais et belges issus de la publicité, des nappes de cuisine en plastique, des patchworks... Dans la même période, il utilise des plaques de blindage et des enveloppes de métal qui servent à isoler les réacteurs d'avions, marquées par des irisations de chaleur.

En 1965, développant ses métaphores militaires, il crée les « bananes » en grillage métallique plissé et coloré, qui peuvent faire jusqu'à 8 mètres de long et rappellent les barrettes de décorations militaires. Il invente les effets de moirage grâce à la superposition des grilles métalliques.

En 1970, en rupture avec le monde de l'art parisien, Gérard Deschamps s'installe totalement en Berry, à La Châtre, dans la maison de ses grands-parents. Son activité créatrice se poursuit et sera à nouveau montrée régulièrement à partir de 1978 dans les expositions, et les galeries parisiennes et étrangères.

Dès 1980 il témoigne de la société des loisirs avec ses « panoplies » ludiques, faites d'assemblages de maillots de bain, de ballons, de planches à voile ou skateboards, qui l'apparentent artistes du pop art. Dans les années 1990 apparaissent des assemblages très colorés de ballons de plage entassés dans des filets, puis, en 2001, de skates-boards. Enfin, dernièrement, il expose ses « Pneumostructures », assemblages, ou non, de bouées gonflables, de matelas pneumatiques ou autres liés à l'imaginaire enfantin.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Plastique à la tapette, 1961, techniques mixtes sur panneau, sous vitrine, 91,3 × 193,5 × 17,2 cm, musée d'art de Toulon
  • Torchons et serviettes, 1961, tissus sur panneau, sous plexiglas 93 × 190 × 10 cm, musée d'art moderne de la ville de Paris
  • Les Chiffons de La Châtre, 1960, corsets et dentelles sur panneau 130 × 143, Musée national d'art moderne
  • Pilot Ink, 1961-1964, assemblage de tissus publicitaires japonais 182 × 206 cm, Musée national d'art moderne Centre Pompidou
  • Dans les règles de l'art, 160 × 174 cm, assemblage de lingeries sur panneau, Musée d'art moderne de Lisbonne, collection Berardo
  • Bananes, 1965, métal sur planche de bois 124 × 316 × 14,5 cm, Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Vienne (Autriche)
  • Bache de signalisation de l'armée américaine, 1961, 79 × 168 cm, Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig Vienne (Autriche)
  • Is bayadere, 1963, Musée d'art moderne et d'art contemporain de Nice
  • France 98, 1998, objets et vêtements du Mondial 87 × 92 × 21 cm, collection du Fonds national d'art contemporain
 "Martha's vineyard " 1970 oeuvre textile 255 sur 96,5 cm   Musee d art contemporain de Strasbourg
 " Lao Teu " 1961  assemblage de bannieres japonaises  Musee de l Hospice Saint Roch  Issoudun

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Galerie Fachetti, Paris
  • 1956 : Galerie du Haut Pavé, Paris
  • 1957 : Galerie Colette Allendy, Paris
  • 1962 : Galerie J, Paris — Galerie Ursula Girardon, Paris
  • 1963 : Galleria Appolinaire, Milan
  • 1964 : Galerie Florence Houston Brown, Paris — Galeria del Leone, Venise
  • 1965 : Galerie Ad Libidum, Anvers
  • 1966 : Galleria l'Elefante, Venise
  • 1979 : Galerie Dominique Marches, Châteauroux
  • 1988, 1990, 1991 : Galerie Le Gall Peyroulet, Paris
  • 1991 : Fiac, galerie Gilles Peyroulet, Paris
  • 1993 : Galerie Der Spiegel, Cologne
  • 1998 : Fondation Cartier, Paris — Galerie de La Châtre, Paris
  • 2000 : Galerie de La Châtre, Paris — Galerie Gilles Peyroulet, Paris
  • 2001 : Galerie Gilles Peyroulet, Paris
  • 2002 : Galleria Peccolo Livorno — Galerie de La Châtre, Paris
  • 2003 : Musée de l'Hospice Saint-Roch, Issoudun
  • 2004 : Musée des beaux-arts de Dôle
  • 2005 : Château d'Ars, La Châtre — Musée des beaux-arts, Orléans — Galerie Gilles Peyroulet, Paris
  • 2006 : Le Safran, Amiens
  • 2007 : Galerie de La Châtre, Paris
  • 2008 : Musée des arts décoratifs de Paris
  • 2009 : « Châteauroue », manifestation d'art contemporain à Châteauroux — « Solo Show », Fiac Paris, galerie Martine et Thibault de La Châtre
  • 2011 : « Hommage à Gérard Deschamps », galerie du Temps Présent, Créteil — Lieu d'art contemporain, L'Arboretum, Argenton-sur-Creuse — Galerie Martine et Thibault de la Châtre, « "Yes we cannot" ou comment les politiques nous mènent en bateau »

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Gérard Deschamps, Paris, galerie Le Gall-Peyroulet, 1988
  • Imprimés et plissages 1956-1965, galerie Gilles Peyroulet, 1991
  • Gérard Deschamps, homo accessoirus, entretien avec Hélène Kelmachter, Fondation Cartier pour l'art contemporain, Actes Sud, 1998
  • Gérard Deschamps. Rétrospective, Issoudun, musée de l'hospice Saint-Roch, musée des beaux-arts de Dôle, 2003
  • Gérard Deschamps. Pneumostructures, château d'Ars / galerie Martine et Thibault de La Châtre, 2005
  • Gérard Deschamps, Livourne, Galerie Peccolo, 2002
  • Le Nouveau Réalisme, galeries nationales du Grand Palais, Spengel Museum Hannover, édition RMN, Centre Georges Pompidou, Paris, 2007
  • Gérard Deschamps, galerie Martine et Thibault de La Châtre, Fiac 2009
  • Gérard Deschamps, L'Arboretum, lieu d'art contemporain, moulin du Rabois, Argenton-sur-Creuse, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de l'art moderne et contemporain, nlle. éd., Paris, Éditions Hazan, 2006, p. 194

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]