Finale Emilia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Finale Emilia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Modène 
Code postal 41034
Code ISTAT 036012
Code cadastral D599
Préfixe tel. 0535
Démographie
Gentilé Finalesi
Population 16 072 hab. (31-12-2010[1])
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 00″ N 11° 17′ 00″ E / 44.83333, 11.28333 ()44° 50′ 00″ Nord 11° 17′ 00″ Est / 44.83333, 11.28333 ()  
Superficie 10 400 ha = 104 km2
Divers
Saint patron San Zenone
Fête patronale 8 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Finale Emilia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Finale Emilia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Finale Emilia
Liens
Site web http://www.comunefinale.net
Map of comune of Finale Emilia (province of Modena, region Emilia-Romagna, Italy).svg

Finale Emilia (al Finàl en dialecte mirandolese) est une commune italienne de la province de Modène en Émilie-Romagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Finale Emilia se situe dans la plaine du Pô à une altitude variant de 8 à 19 mètres, sur la rive gauche du fleuve Panaro et sur la route provinciale SP2 à 39 km au nord-est de Modène. La commune fait confins avec la province de Bologne et la commune de Sant'Agostino (10 km). La route principale SS468 traverse la cite d’ouest en est, du carrefour avec la SS12 jusqu’à Ferrare (25 km).
Grandes villes voisines :

Le , la commune a été touchée par un séisme de magnitude 6 survenu à 4h04 et dont elle était l'épicentre[2],[3]. Dans la ville, il a entraîné la destruction de la Torre dei Modenesi sur la piazza Baccarini, une grande partie du château, du Palazzo Veneziani, et provoqué l'effondrement d'une partie du toit de l'église[4]. Ce séisme et les nombreuses répliques des jours suivants ont provoqué plusieurs milliers de sans-abris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Finale dérive de locus finalis (lieu de confins) et a toujours été un lieu de confins. Les premiers témoignages historiques remontent à l’âge du bronze et l’aspect stratégique du lieu placé au bord d’un fleuve a permis aux Romains de s’y installer entre le II et IV siècle en fondant la Forum Alieni mentionnée par Tacite dans son Historiae.
Les premiers documents officiels portant la mention de Finale sont datés de 1009, et en particulier le document relatif au château qui fut l’objet d’un échange entre Varino, évêque de Modène et Rodolfo de l’abbaye de Nonantola.
La naissance officielle de Finale remonte à 1213, quand durant la guerre entre Salinguerra II de la maison Torelli et le marquis Aldobrandino de la maison d'Este, les habitants de Ponteduce s’unirent aux militaires au Castrum finalis, déterminant ainsi la fondation de la commune de Finale.
À la fin du XIII siècle, le sort de Finale est lié à celui de Modène qui en cette période passa sous la domination des Este.

À la fin du XV siècle, début du développement du centre civil et économique du pays autour en incluant de petites fabriques artisanales dédiées principalement au travail de la laine, du cuir et du verre.
Dans la première moitié du XVI siècle, le duc Hercule II d'Este, sur demande des habitants, fit abattre les murs de la cité pour donner plus d’espace aux activités industrielles.
En 1598, le duc César d'Este, contraint de céder Ferrare au pape, se réfugie à Finale, qui, grâce à l’hospitalité offerte, reçut le titre de Finale Fedelissimo.

le XVIII siècle fut endeuillé par des guerres et destructions, la zone fut le champ de bataille de plusieurs factions dont celle des Français de Napoléon Bonaparte.
La période fut particulièrement dure pour Finale et les zones périphériques, bien que la vitalité économique et commerciale n’en souffrit poins, grâce à une intense activité bancaire gérée par la communauté hébraïque locale.
Le 30 janvier 1779, pour son importance économique et culturelle, Finale reçut le titre de cité par le duc Francesco III.
En 1805, Finale fut incluse dans le Royaume d'Italie constitué par Napoléon, puis suite au Congrès de Vienne la cité retourne sous les Este et y restera jusqu’à son incorporation au royaume d'Italie.
En 1886, fondation de la première coopérative de la province de Modène dénommée Association des ouvriers journaliers et manutentionnaires[5] de Finale Emilia.

En avril 1945, la position de Finale sur la ligne de front entre les armées alliées et la Wehrmacht qui tentait de garder ses position le long du fleuve Panaro et dans la ville de Bologne, occasionna pour la cité de très gros dégâts matériels mais surtout humains, au détriment de la population qui défendait son bien contre les sabotages nazis.

En 2012, le patrimoine artistique de Finale Emilia a été gravement endommagé par le séisme qui a touché tout le bas-modenese et particulièrement la deuxième secousse qui provoqua la destruction de la tour carrée et une bonne partie de la rocca, du palazzo Veneziani et de la partie supérieure du Duomo. La cité était à l’épicentre du séisme de magnitude 5,9 le 20 mai 2012.

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

  • la Rocca Estense : château à tours carrées, endommagé par le séisme de 2012,
  • le Palazzo Comunale, la mairie avec l’horloge et la statue de San Zenone,
  • l’église de San Bartolomeo,
  • le théâtre social
  • le cimetière hébraïque.

Personnalités liées à Finale Emilia[modifier | modifier le code]

  • Gregorio Agnini (1856-1945) – député du PS,
  • Ferruccio Trombi (1858-1915) – général de l’armée
  • Gildo Monari (1918-1994) - cycliste
  • Arrigo Solmi (1873-1944) – sénateur du Royaume d’Italie et ministre de la justice 1935 à 1939
  • Rubino Ventura (1794-1858) – général du royaume de Lahore
  • Libero Borsari (1931-1952) – coureur motocycliste
  • Giuseppe Pederiali (1937-2013) - écrivain
  • Cesare Frassoni (1712-1801) – littéraire, historien, poète,
  • Morando Morandi (1693-1756) – médecin, littéraire,

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30/05/2011 en cours Fernando Ferioli Centro-sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Massa Finalese, Canaletto

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bondeno, Camposanto, Cento, Crevalcore, Mirandola, San Felice sul Panaro

Démographie[modifier | modifier le code]

Habitants recensés

Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente et déclarée était de 1961 personnes, soit 12,2 % de la population[6]. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Maroc Maroc 881
2 Roumanie Roumanie 213
3 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 152
4 Nigeria Nigeria 100
5 Drapeau de la Moldavie Moldavie 94
6 Ukraine Ukraine 79
7 Tunisie Tunisie 74
8 Drapeau de l'Albanie Albanie 71
9 Drapeau de la Pologne Pologne 68
10 Drapeau du Pakistan Pakistan 39

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frassoni, Cesare, Memorie del Finale di Lombardia, Modena, 1778 (ristampa Forni Editore, Sala Bolognese, 1984).
  • Balboni Maria Pia , Gli ebrei del Finale nel Cinquecento e nel Seicento, Giuntina, 2005
  • Balboni Maria Pia, Ventura. Dal ghetto del Finale alla corte di Lahore, Pagine VIII-212, Aedes Muratoriana, Modena, 1993
  • Balboni Maria Pia, Bonfatti Gian Luca, "Finale Emilia, Arte e Storia della città e del territorio", Gruppo Culturale R6J6, Finale Emilia, 2006
  • Maria Pia Balboni, Mauro Perani, Alessio Creatura, Giacomo Corazzol, Sigilli di eternità, il cimitero ebraico di Finale Emilia, Giuntina, Firenze, 2011, ISBN 978-88-8057-419-4

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. ' dans Libération du 20 mai 2012.
  3. (it) Terremoto, terremoto di magnitudo 6.0 - Nuova forte scossa nel ferrarese: altri crolli dans le Corriere della Sera du 20 mai 2012.
  4. (it) Terremoto in Emilia, panico e vittime dans Il Messaggero du 20 mai 2012.
  5. Ouvriers (scariolanti en italien) qui transportaient la terre avec des bouettes, principalement lors du creusement des canaux d’assainissement
  6. Population étrangère

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]