Séismes de 2012 en Émilie-Romagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séismes de 2012 en Émilie-Romagne
Date 20 mai 2012 et 29 mai 2012
Magnitude Respectivement 6 et 5,8
Épicentre 44° 48′ 00″ N 11° 11′ 31″ E / 44.8, 11.192 ()44° 48′ 00″ Nord 11° 11′ 31″ Est / 44.8, 11.192 ()  
Profondeur 5,1 km
Régions affectées Nord-Est de l'Italie
Victimes Respectivement 7 morts + 20 morts[1],[2] (bilan provisoire)

Géolocalisation sur la carte : Italie du Nord

(Voir situation sur carte : Italie du Nord)
Séismes de 2012 en Émilie-Romagne

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Séismes de 2012 en Émilie-Romagne

Les séismes de 2012 en Émilie-Romagne sont une série de tremblements de terre de magnitude allant jusqu'à 6 qui ont eu lieu principalement à h 4 le 20 mai 2012 et à h 0 le 29 mai 2012 dans la région de Modène en Italie. Ils correspondent aux mouvements du système de failles est-ouest de la partie nord de la chaînes des Apennins. Cela est dû à des mouvements de convergence liés au déplacement des Apennins vers le nord-est et de l'enfoncement vers le sud de la plaque de la plaine du Pô.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Séisme du 20 mai[modifier | modifier le code]

Carte du séisme du 20 mai (USGS).

La secousse de magnitude 6 qui avait été précédée d'une première de magnitude 4,1 et suivie de deux autres plus fortes, a été enregistrée par l'Institut de géophysique italien (INVG) à h 4 (h 4 GMT). Son épicentre a été localisé à 5,1 km de profondeur à Finale Emilia, une commune située 36 km au nord de Bologne. La secousse principale, qui a duré une trentaine de secondes et a été suivie de répliques moins fortes, a été ressentie dans tout le nord-est de l'Italie. Les régions touchées sont surtout l'Émilie-Romagne et la Vénétie mais de légères secousses ont touché aussi la région du Frioul-Vénétie julienne, la Lombardie et la Toscane[3].

Le séisme dont la magnitude est équivalente à celle du séisme de 2009 à L'Aquila a fait sept victimes ainsi que plusieurs dizaines de blessés et plus de 3 000 personnes déplacées, principalement dans la région de Modène (2500 personnes) et de Ferrare (500 personnes)[4]. Au cours de la journée du 20 mai, une nouvelle réplique de magnitude 5,1 a eu lieu à 15 h 0[4]. Dans la nuit de dimanche 20 au lundi 21 mai, plus de cent secousses dont quatre entre 3 et 3,7 de magnitude ont encore frappé la région de Ferrare[5]. Au cours de la nuit du lundi 21 au mardi 22 mai, entre 20 h et h GMT, 34 secousses de magnitude supérieure à 2, dont une ayant dépassé 3, ont été détectées[6].

Séisme du 29 mai[modifier | modifier le code]

Carte du séisme du 29 mai (USGS).

Le 29 mai 2012 au matin, les zones de Mirandola, Medolla, et de Carpi sont à nouveau touchées par une forte secousse de magnitude 5,8 qui s'est produite à h 0 (h 0 GMT) et dont l'épicentre, distant de 40 km de celui du 20 mai, se situe près de Medolla à une profondeur comprise entre 5 et 10 km. Ce séisme, qui n'est pas une réplique du précédent, est toujours associé au même système de failles sismiques est-ouest, de la partie nord des Apennins, qui semble toutefois en évolution d'après les sismologues[7],[8],[9]. La secousse a été ressentie dans tout le centre-nord de l'Italie, de Bolzano, à Milan, et Venise. Ce séisme est suivi de nombreuses répliques de fortes intensité (dont deux de 5,3 et 5,1 de magnitude respectivement à 12 h 56 et 13 h 2) entrainant au total la mort de vingt personnes, 350 blessés, 8 000 nouveaux déplacés, et de très importants dégâts industriels et patrimoniaux[1],[10].

Plus de 60 répliques de magnitude comprise entre 2,0 et 3,54 au maximum se sont produites dans les 24h qui ont suivi.

Le 3 juin 2012, une nouvelle secousse importante de 5,1 de magnitude, dont l'épicentre se situe près de Concordia s'est produite sans faire de victimes mais accroissant un peu plus les dégâts sur les ouvrages endommagés[11].

Séquence des principales secousses[modifier | modifier le code]

Date Heure locale Magnitude Épicentre
20 mai 2012 01:13 4,1 Finale Emilia
20 mai 2012 04:03 6,0 Finale Emilia
20 mai 2012 04:06 4,8 Finale Emilia
20 mai 2012 04:07 5,1 Finale Emilia
20 mai 2012 04:11 4,3 Bondeno
20 mai 2012 04:35 4,0 Vigarano Mainarda
20 mai 2012 05:02 4,9 San Felice sul Panaro
20 mai 2012 11:13 4,2 Finale Emilia
20 mai 2012 15:18 5,1 Vigarano Mainarda
20 mai 2012 15:21 4,1 Bondeno
20 mai 2012 19:37 4,5 Bondeno
20 mai 2012 16:37 4,1 Finale Emilia
29 mai 2012 09:00 5,8 Medolla
29 mai 2012 10:25 4,5 Novi di Modena
29 mai 2012 10:27 4,7 San Felice sul Panaro
29 mai 2012 12:56 5,3 San Possidonio
29 mai 2012 13:00 4,9 Novi di Modena
29 mai 2012 13:00 5,2 Novi di Modena
31 mai 2012 16:48 4,0 Novi di Modena - Rolo
31 mai 2012 21:04 4,2 San Possidonio
3 juin 2012 21:20 5,1 Concordia - Novi
12 juin 2012 03:48 4,3 Novi di Modena

Dégâts[modifier | modifier le code]

Séisme du 20 mai[modifier | modifier le code]

Après le premier séisme du 20 mai, divers édifices culturels se sont écroulés. À Finale Emilia, épicentre du séisme, la Torre del Modenesi sur la piazza Baccarini est entièrement détruite ; une grande partie de la Rocca Estense ainsi que du Palazzo Veneziani sont lourdement endommagés ; et le toit de l'église est effondré[12]. À San Felice sul Panaro, l'église principale s'est écroulée et les murs de l'hôtel de ville et de nombreux monuments historiques sont lézardés. À Sant'Agostino, deux ouvriers d'une usine de céramique ont perdu la vie et l'hôtel de ville est endommagé[13]. À Ferrare, la tour Leoni du château d'Este, ainsi que l'église San Paolo in Mirabello ont subi d'importants dommages.

Par ailleurs, le séisme a touché l'industrie agroalimentaire avec de nombreux dégâts dans les stocks de parmesan DOC « Parmigiano Reggiano » (300 000 meules endommagées, soit 10 % de la production) et de Grana Padano (100 000 meules endommagées, soit 2 % de la production) estimés à plus de 200 millions d'euros de pertes[14],[15]. Diverses usines de la région ont été endommagées.

Le gouvernement italien fait parvenir aux sinistrés des moyens de secours et des tentes pour abriter les personnes déplacés de chez elles. Le pape Benoît XVI, par le biais des circonscriptions ecclésiastiques concernées, demande au Conseil pontifical Cor unum d'allouer une aide de 100 000 €[16].

Séisme du 29 mai[modifier | modifier le code]

Lors du second séisme, la commune de Mirandola voit la plupart de ses monuments religieux presque totalement écroulés[1]. De nombreuses entreprises du secteur agricole et industriel (fromageries et fabriques de céramiques) et du secteur tertiaire (pharmaceutique et biomédical) implantées à San Felice sul Panaro (où sont recensés trois morts), à Medolla (six morts), et à Mirandola (quatre morts) ont leurs bâtiments détruits[1],[17]. La commune de Cavezzo (deux morts) subit d'importants dommages des habitations[1].

L'ensemble du secteur agroalimentaire (fromage et vinaigre balsamique) aurait subi un préjudice total des deux séismes d'un coût estimé à 500 millions d'euros[1]. Une première estimation des dommages économiques des séismes sont évalués à 2 milliards d'euros[17].

Au terme de la prière de l'angélus, et lors de la VIIe rencontre mondiale des familles organisée à Milan par le Saint-Siège, Mgr Erminio De Scalzi (it) a annoncé, le 3 juin 2012, que le pape Benoît XVI destinait une aide de 500 000 euros aux victimes de ce deuxième séisme, remise aux évêques de Mantoue, Modène, Ferrare, Carpi et Bologne[18],[19].

Répliques du 3 juin[modifier | modifier le code]

La série d'une trentaine de répliques survenues du 3 au 4 juin ont entrainé la destruction de nombreux bâtiments endommagés par les précédents tremblements dont notamment la tour de l'horloge de Novi di Modena qui s'est totalement écroulée[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Séisme : nuit de répliques en Italie dans Libération du 30 mai 2012.
  2. (en) Sale a 27 la lista delle vittime del sisma dans 24 ore, édition de Ferrare, du 12 juin 2012.
  3. « Au moins six morts après un séisme dans le nord-est de l'Italie », sur Le Monde,‎ 20 mai 2012
  4. a et b (it) « La terra trema nell'Italia del Nord : Sette morti e decine di feriti in Emilia », sur La Repubblica,‎ 21 mai 2012 (consulté le 22 mai 2012)
  5. « Séisme : l'Italie confrontée à une vingtaine de répliques », sur Libération,‎ 21 mai 2012 (consulté le 21 mai 2012)
  6. Observatoire sismique de l'Institut de géophysique italien (INGV)
  7. Séismes : « pas de répliques de notre côté des Alpes » dans Le Figaro du 29 mai 2012.
  8. Pourquoi l'Italie tremble-t-elle autant ? dans Le Monde du 29 mai 2012.
  9. (it) Emilia, forse aperta una nuova faglia dans La Repubblica du 29 mai 2012.
  10. (it) Il terremoto torna a colpire l'Emilia vittime, dispersi e distruzione dans La Repubblica du 30 mai 2012.
  11. a et b Sisma, in Emilia è tornata la paura dans La Repubblica du 4 juin 2012.
  12. (it) « Terremoto in Emilia, panico e vittime », sur Il Messaggero,‎ 20 mai 2012 (consulté le 20 mai 2012)
  13. (en) « At least 4 killed after magnitude-6.0 quake strikes region around Bologna in Italy’s north », sur The Washington Post,‎ 20 mai 2012 (consulté le 21 mai 2012)
  14. (en) Earthquake hits cheese production in northern Italy dépêche Reuters du 22 mai 2012.
  15. (it) Soccorso al Parmigiano terremotato Boom di vendite e ordini sul web dans La Stampa du 26 mai 2012.
  16. « Le Pape vient en aide aux victimes du séisme en Émilie-Romagne », sur Radio Vatican,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  17. a et b (it) "Danni per oltre due miliardi cancellata l'industria emiliana" dans La Repubblica du 31 mai 2012.
  18. « Messe à Milan: "La famille est appelée à être image de Dieu en trois personnes" », sur Radio Vatican,‎ 3 juin 2012 (consulté le 3 juin 2012)
  19. (it) « Un milione di pellegrini per il Papa "La Chiesa sostiene anche i separati" », sur La Repubblica,‎ 3 juin 2012 (consulté le 3 juin 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]