Famille Mancini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il y a plusieurs familles Mancini en Italie. La plus célèbre est la famille Mancini de Rome.

Leur titres et fiefs furent nombreux: Duc de Nevers et Donzy, Prince de Vergagne et du Saint-Empire avec le traitement de Son Altesse sérénissime, Pair de France, Grand d'Espagne de la première classe, Comte de Montefortino, Vicomte de Clamecy, Baron de Tardello, Tumminii et Ogliastro, Seigneur de Claye-Souilly, noble romain et vénitien. Ils furent Chevaliers de l'Ordre de la Toison d'or, de l'Ordre du Saint-Esprit, de l'Ordre de Saint-Michel, et de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. L'humaniste Marco Antonio Altieri (1457-1537) dans Li Nuptiali, une importante collection d'informations sur Rome au XVIe siècle, avec la classification des familles nobles, les inclut parmi les familles nobles romaines. Elle a joui des Honneurs de la Cour.

Blason de famille Mancini de Lucij


Blason de famille Mancini-Mazzarini

Origines[modifier | modifier le code]

La famille a des racines millénaires en Italie, et prétend traditionnellement descendre de gens Hostilia, dont une lignée prit le nom Mancinus et dont Lucius Hostilius Mancinus fut le consul en 608 ab Urbe condita.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La lignée Naples eut pour fondateur Domenico Nicola Mancini qui fut créé Marquis de Fusignano en 1535 par le Prince Francesco d'Este, fils de Alphonse Ier d'Este et qui se rendit dans le Royaume de Naples en 1527. Domenico Nicola III, 5° Marquis de Fusignano obtint le titre de Comte de Mancini en 1745 par le Pape Benoît XIV; le membre le plus important fut le Comte Pascal-Stanislas Mancini, 8° Marquis de Fusignano, jurisconsulte et homme politique italien.
  • La lignée San Vittore eut pour fondateur le Comte Antonio Mancini des Marquises de Fusignano, Lieutenant de l'Armée napolitaine en 1850 et seigneur du château de San Vittore dans le Royaume des Deux-Siciles; le membre le plus important fut le Comte Antonio Mancini (1915-1990), héros de la Seconde Guerre mondiale et Croix de guerre: cette lignée est toujours florissante et les actuels représentants sont le Comte Adriano Fulvio Mario Mancini (Rome 1952- Rocca Massima 2013), Commandeur de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et son fils, Comte Federico Adriano Mario La Longa Mancini (Rome 1979) [1],[2], Chevalier de l'Ordre de l'Aile de Saint Michel, Vitéz, Chevalier de l'Ordre du Mérite de Savoie, Chevalier d'honneur de Malte, Garde d'honneur des tombes royales.


Mancini de Rome

Les Mancini étaient appelés de Lucij à Rome en raison des brochets (lucio en italien, par jeu de mots possible avec l'ancêtre Lucio) dans leur blason. Beaucoup des leurs furent Conservatori all'Urbe. Le fondateur de la famille fut Lucio Mancini qui vécut en 990. Au fil des siècles, la famille eut plusieurs lignées qui se développèrent. Ils donnèrent à la cité Priori, Consoli, Gonfalonieri et Dottori, mais les plus importants sont :

Les armoiries des Mancini ont inspiré celles du commune française de Liernais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il Conte Federico La Longa Mancini ha sposato Maria Emanuela Amato Scirè
  2. Matrimonio tra il Conte Mancini e Maria Emanuela Amato Scirè
  3. M.De La Chenaye-Desbois Dictionnaire de la Noblesse, seconde édition, Tome 9, Paris 1775, pp. 468,469,672,673.
  4. Giuseppe Tricoli La Deputazione degli Stati e la crisi del Baronaggio Siciliano, Fondazione Culturale <<Lauro Chiazzese>> della Cassa di Risparmio V.E. per le Province Siciliane, Palermo 1996, p.299.
  5. Antonino Mongitore Bibliotheca Sicula, Palermo 1708, p.127.
  6. Giuseppina Nicolosi Grassi e Adolfo Longhitano Catania e la sua Università nei secoli XV-XVII, Roma 1995, pp. 23,53,55.
  7. Mariano Foti Ognina,storie ricerche impressioni, Edizioni Chiesa-Mondo,Catania 1996, pp. 191-194 .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) T. Amayden, notes et ajouts C. A. Bertini, La Storia delle Famiglie Romane, Rome,‎ 1907
  • (it) Claudio Rendina, Le Grandi Famiglie di Roma, Newton & Compton Editori,‎ 2004
  • De la Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse, édition 2, t. 9, Paris,‎ 1775
  • (it) Giuseppe Tricoli, La Deputazione degli Stati e la crisi del Baronaggio Siciliano, Palerme, Fondazione Culturale Lauro Chiazzese, Cassa di Risparmio V.E. pour les Provinces Siciliennes,‎ 1966
  • (it) Mariano Foti, Ognina,storia ricerche impressioni, Catane, Edizioni Chiesa-Mondo,‎ 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]