Eric Raymond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raymond, Éric Raymond et ESR.

Eric Steven Raymond

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Eric S. Raymond au FISL 6.0 en 2005 à Porto Alegre, au Brésil.

Alias
ESR
Naissance 4 décembre 1957 (56 ans)
Boston (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession

Eric Steven Raymond (né le 4 décembre 1957 à Boston, Massachusetts, aux États-Unis), connu également sous les initiales ESR, est un hacker américain célèbre à qui l'on doit notamment la popularisation du terme open source par opposition à free software (ou logiciel libre). Il est l'auteur du livre La Cathédrale et le Bazar qui résume ses points de vue sur ce sujet.

Open source / Free software[modifier | modifier le code]

La différence terminologique entre open source et free software a pour but de souligner une divergence de vues idéologiques avec Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation. Alors que ce dernier met en avant les mérites plutôt éthiques et philosophiques des logiciels libres, Eric Raymond, quant à lui, rejette cette rhétorique qu'il qualifie de "très séduisante" mais qu'il juge moralisatrice et normative. Il préfère souligner, de manière plus pragmatique, la qualité des logiciels à code source ouvert d'un point de vue purement technique, utilitaire et économique. Il pense notamment que c'est beaucoup plus efficace pour convaincre le grand public ainsi que les entreprises[1].

En outre le terme Free Software était l'objet de confusion du fait qu'en anglais free signifie gratuit (or il n'y a pas forcément d'identité entre un logiciel libre et un logiciel gratuit).

Eric Raymond a souvent critiqué de manière virulente la Free Software Foundation et la licence GNU GPL, et notamment sa volonté hégémonique. Il pense que si ces licences ont été utiles au départ, elles ne le sont plus : étant donné que le développement libre est plus efficace que le développement non-libre, un auteur qui développerait un code non-libre à partir d'un code libre (nommons-le A) sera immanquablement puni économiquement par la production d'un code moins efficace que les améliorations libres du code libre (celui que l'on a nommé A). L'économie de marché (rapport coût/avantage, choix du public…) ferait tout le travail du copyleft ou de ces contre-licences, sans décourager les nouveaux arrivants[2].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Avant de s'installer en Pennsylvanie en 1971, Eric Raymond a vécu au Venezuela[3]. Il affirme que c'est sa paralysie cérébrale congénitale qui l'a motivé à envisager un avenir dans l'informatique[4].

Il démarre sa carrière dans le développement de logiciel propriétaire entre 1979 et 1985, expérience qu'il regrette et dont il dit avoir beaucoup souffert à titre personnel[5].

Utilisant internet depuis 1976, il s'est impliqué dans ses activités d'ingénierie en 1983. Il a influencé le design du système de noms de domaine, écrit une bonne partie du transport SMTP, aidé pour les RFC[6]. Il a été éditeur du Jargon File depuis qu'il l'a adopté en 1990.

C'est en 1997 qu'il acquiert une notoriété comme un des importants leaders et théoriciens du mouvement open source, qui est en fait une scission de la FSF, certains membres voulant prendre leur distance avec une attitude qu'ils jugeaient sectaire ou intégriste de la part de certains autres. En 1998, Raymond fonde l'Open Source Initiative.

Les productions informatiques d'Eric Raymond sont moins connues que celles d'autres hackers célèbres tels que Richard Stallman ou Linus Torvalds. On lui doit notamment quelques contributions à GNU Emacs[7] et à des bibliothèques Unix, puis au jeu vidéo Battle for Wesnoth[8]. Il est surtout connu comme le principal hacker des bibliothèques Lisp de GNU Emacs des années 1991 à 1993[9], mais également pour ses mises à jour du client de messagerie Fetchmail. Il est aussi l'auteur de nombreux didacticiels, Howto et de FAQ, dont un certain nombre font partie du Projet de Documentation Linux[10], et a publié en 2003 The Art of Unix Programming.

En 2005, il réduit ses activités dans l'Open Source Initiative et rejoint en septembre 2006 l'équipe de Freespire, une distribution Linux dérivée du système d'exploitation Linspire.

En juin 2009, Raymond participe à la création du site hacktiviste NedaNet, fondé en hommage à Neda Soltan, pour « soutenir la révolution démocratique en Iran » à travers des serveurs proxy, des anonymiseurs, etc. À ce titre, il a été l'objet de menaces, dont une menace de mort sur son blog[11] qu'il affirme avoir signalé au FBI, qui la prendrait au sérieux[12].

Autres intérêts[modifier | modifier le code]

En plus de son intérêt pour l'informatique, et parfois de manière complémentaire, Raymond est passionné de science-fiction et de son fandom[13]. Il est ceinture noire de taekwondo[14] et est également néopaganiste[15]. Fervent défenseur du droit de détenir et de porter une arme à feu[16], ces positions à ce sujet et pour les logiciels open source sont présentées par Eric Raymond, qui se revendique anarchiste[17], comme les éléments d'une idéologie politique plus vaste appelée libertarianisme, qu'il soutient. Il est membre du Parti libertarien[18],[19].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Eric Raymond a exposé ses idées dans plusieurs textes-clés du mouvement open source, notamment :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Textes en ligne[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruce Perens 1998 (trad.): La définition de l'Open Source (consulté 02/02/2007)
  2. (fr) Transcription en Français d'une vidéo YouTube : L’opinion d’ESR à propos de GNU GPL
  3. (en) Man against the FUD sur LA Weekly
  4. (en) "Let my software go!"
  5. (fr) Blog d'Eric Raymond : Pourquoi je hais les logiciels propriétaires Traduction
  6. (en) Blog d'Eric Raymond : Those who can’t build, talk
  7. Développement de certains modes Emacs comme make-mode.el pour éditer des makefiles, ou vc.el, une interface utilisateur pour logiciels de gestion de versions (de RCS il y a quelques années à Git au début des années 2000, en passant par CVS, etc.)
  8. (en) Contributions d'Eric S. Raymond (ESR) au projet Battle for Wesnoth.
  9. (en) ESR et GNU Emacs
  10. (en) Site d'Eric Raymond : Eric Raymond's FAQ collection
  11. (en) Commentaire sur le blog d'Eric Raymond : Dispatches from the Iranian cyberfront
  12. (en) Commentaires du blog d'Eric Raymond RFI on 1911-pattern carry guns
  13. (en) Site d'Eric Raymond : Conventions at Light Speed: What Hackers Can Learn From SF Fandom
  14. (en) Washington Post : The Spreading Grass-Roots Threat to Microsoft
  15. (en) Site d'Eric Raymond : Dancing With The Gods
  16. (en) Site d'Eric Raymond : Ethics from the Barrel of a Gun
  17. (en) Blog d'Eric Raymond : Why I Am An Anarchist
  18. (en) Site d'Eric Raymond: Defending Network Freedom
  19. (fr) Blog d'Eric Raymond : La neutralité du Net : l’attitude libertarienne (traduction)