Linus Torvalds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Linus Torvalds

alt=Description de l'image Linus Torvalds.jpeg.
Naissance 28 décembre 1969 (44 ans)
Helsinki (Finlande)
Nationalité Drapeau : Finlande Finlandaise
Drapeau : États-Unis Américaine
Profession Ingénieur en informatique
Conjoint
Tove Torvalds

Linus Benedict Torvalds, né le 28 décembre 1969 à Helsinki en Finlande, est un informaticien américano-finlandais[1]. Il est connu pour avoir créé en 1991 le noyau Linux dont il continue à diriger le développement. Il en est considéré comme le « dictateur bienveillant ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Linus Torvalds fait partie de la communauté des Finlandais suédophones (Finlandssvensk), une population représentant 6 % des habitants de la Finlande. Son père, Nils Torvalds, est journaliste de télévision et de radio et aussi membre actif du Parti populaire suédois (le parti des suédophones finlandais). Sa mère Anna est également journaliste[2].

Il découvre l'informatique vers l’âge de 11 ans grâce à l'ordinateur de son grand-père (un Commodore VIC-20)[3].

Inspiré par le système Minix développé par Andrew S. Tanenbaum, il développa un noyau de système d'exploitation pour tirer pleinement parti des fonctionnalités de son nouvel ordinateur personnel, un compatible PC doté d'un microprocesseur Intel 80386. Ce noyau est celui du système d'exploitation Linux et est sous licence GPL.

Après avoir quitté l'Université d'Helsinki, Linus Torvalds a travaillé de février 1997 à juin 2003 chez Transmeta, une société de la Silicon Valley qui fabrique des microprocesseurs à faible consommation électrique. Chez Transmeta, il était autorisé à consacrer une partie de son temps au développement du noyau Linux. Il travaille actuellement à la Fondation Linux.

Il vit actuellement à Beaverton dans l'Oregon (États-Unis) avec sa femme Tove et leurs trois filles : Patricia, Daniella et Celeste.

Contrairement à la majorité des adeptes du logiciel libre, Linus Torvalds reste relativement discret et refuse généralement de commenter les avantages et inconvénients des autres systèmes d'exploitation, comme le système Windows de Microsoft. Il réagit en revanche avec vigueur lorsque l'on remet en cause les qualités techniques de Linux. Sa discussion houleuse avec Andrew S. Tanenbaum opposant les noyaux Minix et Linux sur un choix de conception central (micro-noyau contre noyau monolithique) est d'ailleurs restée un exemple célèbre[4].

Linus Torvalds a également créé le logiciel de gestion de versions Git, initialement prévu pour le développement du noyau Linux.

En septembre 2009, évoquant lors d'une intervention à la LinuxCon le développement de Linux, il déclare : « Nous n'avons certainement pas le noyau léger et hyper efficace envisagé lorsque j'ai commencé à développer Linux »[5].

En septembre 2010, il obtient la nationalité américaine[6].

La naissance de Linux[modifier | modifier le code]

Le développement de Linux trouve son origine au début des années 1990. Linus Torvalds est alors étudiant à l'université d'Helsinki, et par pur plaisir, s'est procuré une machine dotée d'un processeur Intel 80386, l'un des premiers à avoir un jeu d'instruction 32 bits accessible au grand public. Il a acquis la documentation relative à ce processeur et le système d'exploitation Minix avec le livre d'Andrew S. Tanenbaum sur les systèmes d'exploitation pour profiter des performances de sa machine et acquérir de nouvelles compétences sur les systèmes Unix. Cependant, Linus Torvalds trouvait l'émulateur de terminal de Minix trop rudimentaire comme d'autres choses dans ce système, il décida donc d'écrire un émulateur de terminal notamment pour accéder aux machines de l'université.

Cet émulateur de terminal prend de l'importance et commence peu à peu à remplacer Minix au sein de son ordinateur. Cependant suite à une erreur de manipulation, il détruisit la partition contenant Minix et prit la décision de tout continuer sur cet émulateur de terminal. Au bout de quelques mois, ce logiciel devint un véritable noyau de système d'exploitation. Il décida de l'appeler Freax pour sa bizarrerie et le x pour Unix. Il diffusa le code de son travail à quelques privilégiés au début, dont celui qui ouvrit un compte FTP sur le site de l'université pour diffuser quand il voudrait son travail. Cependant ce dossier de stockage fut nommé « Linux » et ce nom a été conservé depuis.

Il diffusa le 25 août 1991 un message sur Usenet, désormais célèbre, annonçant la naissance d'un OS de sa part et qu'il souhaitait à terme des contributions. À la diffusion quelques semaines plus tard, Linux n'était pas un logiciel libre, juste un logiciel dont Linus Torvalds permettait la distribution gratuite et le report de bogues. Ce n'est que quelques années plus tard que Linus Torvalds rendit Linux libre, quand il sentit que la popularité de Linux le rendait indissociable de son créateur et qu'il ne courrait pas le risque de « perdre » son bébé. Les rapports de bogues donnèrent à Linus une raison de poursuivre le développement de Linux jusqu'à aujourd'hui car il aime les énigmes posées par le développement logiciel.

Mais au début du développement, il monopolisait la partie de USENET dédiée à Minix, ce qui irrita son concepteur Andrew S. Tanenbaum d'autant qu'il trouvait Linux techniquement obsolète. En effet, ce professeur à l'université d'Amsterdam était spécialisé sur la conception de systèmes d'exploitation. Minix était prévu pour permettre à un étudiant de comprendre rapidement son fonctionnement. Et pour Andrew, les noyaux des systèmes d'exploitation devaient être du type « micro-noyau » à l'opposition du noyau dit « monolithique » autour duquel fut développé Linux à l'origine. Ce débat technique a donné lieu à de nombreuses réponses houleuses des deux créateurs et est resté célèbre.

Suite à un dépôt de nom par un particulier, qui menaça les entreprises utilisant le nom de Linux de reverser des royalties, Linus décida de négocier à l'amiable pour ensuite déposer le nom de Linux à son nom pour éviter qu'une telle histoire se reproduise. En 1996, la communauté voulait une mascotte pour identifier Linux. Après des semaines de réflexion, Linus proposa un concours de dessin mettant en scène un manchot car c'est un animal qu'il appréciait et qui était vif et robuste (expérience qu'il a faite après avoir été mordu par un manchot dans un zoo en Australie). Le vainqueur fut Larry Ewing qui a fait le dessin à l'aide du logiciel libre GIMP. Le manchot prit le nom de Tux. Tux fut remplacé une seule fois pour le noyau 2.6.29 par Tuz qui est un diable de Tasmanie en guise de soutien financier (lié à une campagne de dons) pour sauver ces animaux d'une épidémie.

De l'étudiant au symbole d'un mouvement[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1990, la popularité de Linux fut exponentielle parmi les hackers. Les batailles juridiques entre BSD et AT&T et les retards de HURD ont fait de Linux le noyau libre le plus connu et le plus utilisé. Par la même occasion, le succès inattendu de Linux rendit Linus célèbre dans le mouvement des logiciels libres. Ce fut l'une des preuves de la réussite de ce mouvement. Pourtant, contrairement à Richard Stallman, il se moque de la liberté de Linux car ce qui l'intéresse c'est ce qui découle de cette liberté, à savoir la communauté de développeurs pour produire le meilleur logiciel possible, cela rendant les dialogues avec Richard Stallman très difficiles car ils ne voient pas les choses sous le même angle. Cependant, en 1998, le terme OpenSource popularisé par Eric Raymond convint parfaitement à Linus. La libération du code de Netscape pour donner Mozilla, le support de GNU/Linux par IBM et Oracle, et l'introduction en bourse des entreprises vendant du support pour GNU/Linux en pleine bulle Internet firent de Linus un millionnaire potentiel mais aussi un véritable gourou pour un nouveau système économique et un adversaire des entreprises comme Microsoft. Il fit ainsi la une des journaux économiques comme Forbes.

Durant cette période — en 1997 — il déménagea de son pays natal vers la Californie dans la Silicon Valley pour prendre un emploi chez Transmeta. Peu avant le déménagement, il finit ses études à l'université d'Helsinki à l'aide de sa thèse qu'il a écrite rapidement concernant la portabilité de Linux. Ce changement d'employeur à savoir d'une université à une entreprise dont on ignorait à l'époque les projets faisait planer le doute sur le développement de Linux au sein de la communauté et sur le rapport de Linus avec l'argent. Il refusa les postes des entreprises développant Linux comme Red Hat pour ne pas favoriser le développement de certaines technologies dans le noyau ou une distribution par rapport à d'autres. En juin 2003, il rejoignit la Linux Fondation pour se consacrer à Linux à plein temps.

Longtemps contre l'utilisation de logiciel de gestion de version, il utilisa en 2002, pour Linux, le logiciel BitKeeper, qui est propriétaire. La communauté, par exemple Richard Stallman ou Alan Cox pour les plus emblématiques, réagit négativement car cela remettait en cause l'éthique du logiciel libre au sein du projet. En 2005, la société qui fournissait BitKeeper ayant retiré la version gratuite, Linus fut forcé de développer un logiciel maison — Git — pour le remplacer rapidement et l'adapter aux besoins du projet.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Linus Torvalds, David Diamond : Just for Fun: The Story of an Accidental Revolutionary, New York, HarperBusiness, 2001, (ISBN 978-0-06-662072-5). Ce livre a été traduit en français :
  • Linus Torvalds avec David Diamond : Il était une fois Linux : L'extraordinaire histoire d'une révolution accidentelle, OEM, 2001, (ISBN 978-2-7464-0321-5).
  • Linus Torvalds, David Diamond : Linux, c'est gratuit ! Mais aidez-moi à l'installer, 2010, (ISBN 978-2-211-09589-1)

Hommage et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Les astéroïdes (9793) Torvalds et (9885) Linux ont été nommés en son honneur : le code source de Linux ayant été mis à disposition dès sa création, il fut utilisé par différents systèmes de mesure, de détection et d'analyse d'astéroïdes.
  • En juin 2012, il a reçu le prix Millennium Technology de l'académie de technologie de Finlande[7].
  • Il a été admis au temple de la renommée d'internet en 2012 dans la catégorie des innovateurs.
  • Il a reçu le prix IEEE Computer Society Computer Pioneer Award en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://pro.clubic.com/it-business/actualite-365034-linus-torvalds-citoyen-americain.html
  2. Il était une fois Linux, Linus Torvalds, Osman Eyrolles Mulmtimedia, 2001, page 38.
  3. Il était une fois Linux, Linus Torvalds, Osman Eyrolles Mulmtimedia, 2001, page 29.
  4. (en) « LINUX is obsolete », Andrew S. Tanenbaum, 29 janvier 1992.
  5. « Torvalds : "Linux est devenu énorme et effrayant" », Clubic, 22 septembre 2009.
  6. « Linus Torvalds devient citoyen américain », Clubic, 15 septembre 2010.
  7. 01net le 15 juin 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :