Edmond Haraucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haraucourt.
Edmond Haraucourt

Edmond Haraucourt, né à Bourmont dans la Haute-Marne le et mort à Paris le , est un poète et romancier français, également compositeur, parolier, journaliste, auteur dramatique et conservateur de musée. Il vécut à Saint-Dizier dans le nord de la Haute-Marne dans une maison situé dans le centre de la rue du Dr Mougeot actuellement et depuis fort longtemps inhabité,une plaque de marbre vous le confirme .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière d'auteur par la publication d'un recueil sulfureux pour son temps, La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, paru en 1882 sous le pseudonyme de « Sire de Chambley » et contenant le Sonnet pointu qui préfigure les calligrammes de Guillaume Apollinaire. Il est conservateur du musée du Trocadéro de 1894 à 1903 et du musée de Cluny de 1903 à 1925. Un sixain de lui est gravé sur le socle de La Force brutale étouffant le génie, marbre par Cyprian Godebski (1888, Musée de Toulon). Il fait partie des Hydropathes et collabore à La Jeune France. Il est président de la Société des gens de lettres de 1920 à 1922. Il légua sa propriété, située sur l’île de Bréhat en Bretagne (Côtes-d'Armor), à la Cité internationale universitaire de Paris.

Rondel de l'adieu[modifier | modifier le code]

Manuscrit autographe du Rondel de l'adieu
Plaque commémorative apposée sur le domicile parisien d'Edmond Haraucourt au no 5 du quai aux Fleurs

L'un de ses poèmes les plus connus, le Rondel de l'adieu, paru dans Seul en 1890, a été mis en musique par Francesco Paolo Tosti en 1902.

Partir, c'est mourir un peu,
C'est mourir à ce qu'on aime :
On laisse un peu de soi-même
En toute heure et dans tout lieu.
C'est toujours le deuil d'un vœu,
Le dernier vers d'un poème ;
Partir, c'est mourir un peu.
Et l'on part, et c'est un jeu,
Et jusqu'à l'adieu suprême
C'est son âme que l'on sème,
Que l'on sème à chaque adieu...
Partir, c'est mourir un peu.

La version imprimée du livre Perles de la poésie Française contemporaine, Bruxelles 1906, diffère à deux égards du manuscrit original[modifier | modifier le code]

Dans la deuxième ligne qu'on est replacé par que l'on est cette ligne est ajoutée comme huitième ligne. Ainsi on a creé un Rondel Français parfait.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882
  • L’Âme nue, 1885
  • Amis, roman, 1887
  • Seul, roman en vers, 1890
  • L'Antechrist, 1893
  • L'Effort. La Madone. L'Antéchrist. L'Immortalité. La Fin du monde, 1894
  • Don Juan de Mañara, 1898
  • Jean Bart, 1900
  • Les Naufragés, 1902
  • Les Benoît, 1904
  • La Peur, 1907
  • Dieudonat, roman, 1912
  • Daâh, le premier homme, roman, 1914
  • La Démoralisation par le livre et par l'image, 1917
  • Choix de poésies, 1922
  • L'Oncle Maize, 1922
  • Vertige d'Afrique, roman, 1922
  • L'Histoire de la France expliquée au musée de Cluny, 1922
  • L'Amour et l'Esprit gaulois à travers l'histoire du XVe au XXe siècle, 4 vol., 1927-1929
  • Autre temps, lithographies et dessins de Charles Léandre, 1930
  • Le Livre de mon chien, 1939
  • Mémoires des jours et des gens, 1946
Œuvres dramatiques et musicales
Paroles de chansons

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ouvre, chanson (paroles et musique), interprétée par Suzy Solidor, 1933
  • Le Bleu des bleuets, chanté par Mathé Altéry
  • Chanson de l'adieu, chanté par Mathé Altéry