Boîte à rythmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Drum machine)
Aller à : navigation, rechercher
Boîte à rythme Yamaha RY30.

Une boîte à rythmes est un instrument de musique électronique simulant des morceaux de batterie ou d'instruments de percussion. Les premières boîtes à rythmes ne reproduisent que des styles préprogrammés. Progressivement, elles permettent à l'utilisateur de créer sa propre rythmique grâce à un petit séquenceur intégré. Depuis les années 2000, la plupart des boîtes à rythmes sont contrôlables par MIDI.

Fonctionnement et caractéristiques[modifier | modifier le code]

À la différence d'un séquenceur conventionnel, la boîte à rythmes est basée sur la programmation de patterns, qui sont des groupes finis de mesures reproduits de façon cyclique. La programmation se fait entrant les notes une à une sur un graphique de pattern, divisé en mesures, elles-mêmes subdivisées selon un choix préalable de l'utilisateur (en noires, croches, doubles croches etc.). Une autre différence réside dans le fait que dans une boîte à rythme le concept de durée d'une note n'existe pas, chaque son étant toujours reproduit en totalité.

Les sons sont stockés sous forme de bibliothèque et sont regroupés sous forme de sets, généralement en fonction du type de sons que renferme chacun (batterie acoustique, percussions latines, percussions ethniques, électronique etc.). Les possibilités d'édition varient en fonction de l'appareil ; il existe des modèles très puissants, que l'on peut considérer comme de véritables synthétiseurs de percussion. Il existe aussi des boîtes à rythmes virtuelles pour différents systèmes d'exploitation, comme Hydrogen, logiciel libre pour les environnements Linux, Windows et Mac OS X.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières machines[modifier | modifier le code]

Le Rhythmicon (1932) et Joseph Schillinger, un professeur de musique.

En 1930 et 1932, l'innovateur mais difficile à prendre en main le Rhythmicon est lancé par Leon Theremin sous la demande d'Henry Cowell, qui cherchait un instrument sur lequel il pouvait jouer ses compositions à l'aide de plusieurs patterns rythmiques[1]. L'invention pouvait produire seize différents rythmes, chacun associé à une hauteur particulière, joués individuellement ou en même temps. Intronisée auprès du public en 1932, le Rhythmicon est rapidement mis de côté par Cowell et oublié pendant des décennies. La génération de boîtes à rythmes qui se succéderont joueront des rythmes préprogrammés comme le mambo, le tango, ou la bossa nova.

En 1957, le californien Harry Chamberlin conçoit une boucle sonore basée sur la boîte à rythmes appelée Chamberlin Rhythmate. En 1960, Raymond Scott lance le Rhythm Synthesizer et, en 1963, une boîte à rythmes appelée Bandito the Bongo Artist. Les machines lancées par Scott sont utilisées en 1964 pour l'enregistrement de l'album Soothing Sounds for Baby[2]. En 1959, Wurlitzer fait paraître une boîte à rythmes électro-mécanique appelée Sideman, la première boîte à rythmes jamais commercialisée. Le Sideman offre un choix de 12 patterns rythmiques générés électroniquement à tempo variable. Le son est produit à l'aide de tubes d'aspirateurs qui créent 10 types de sons électroniques.

Dans les années 1960, le fabricant Gulbransen (plus tard acquis par Fender) collabore avec le fabriquant d'équipement musical automatique Seeburg Corporation, et font paraître les boîtes à rythmes Rhythm Prince (PRP)[3]. Plus tard en 1964, Seeburg invente un générateur compact de parterns rythmiques électronique à l'aide d'une « matrice à diode » ((en) Brevet U.S. 3358068 en 1967) et une boîte à rythmes électronique avec patterns préprogrammés, le Select-A-Rhythm (SAR1)[4],[5] est commercialisée.

Boîte à rythmes programmable[modifier | modifier le code]

En 1972, Eko fait paraître le ComputeRhythm (1972), une des premières boîtes à rythmes programmables[6]. En 1975, Ace Tone fait paraître le successeur de la série Rhythm Ace, le Rhythm Producer FR-15, qui possède la capacité de modifier les rythmes préprogrammés[7]. Une autre boîte à rythmes, le PAiA Electronics (PAiA) Programmable Drum Set est lancée en 1975, et est également l'une des premières boîtes à rythmes programmables[8].

Roland TR-808 et TR-909[modifier | modifier le code]

Roland TR-808 Rhythm Composer (1980)

Le célèbre Roland TR-808, une boîte à rythmes programmable, est également lancé en 1980. À l'époque, elle est accueillie d'une manière modérée, car ne possédant aucun échantillon sonore numérique. À cette période, cependant, le TR-808, ainsi que son successeur, le TR-909 (lancé en 1983), sont significativement utilisé dans les scènes émergentes des genres underground dance, electro, house, techno, RnB et hip-hop, en principe grâce à son prix de vente peu excessif (comme celui des machines Linn) et au caractère unique de ses sons analogiques, qui incluent cinq types uniques de percussions : « le hum kick, le ticky snare, les tishy hi-hats (ouverts et fermés) et le spacey cowbell. » Elle est initialement utilisée par Yellow Magic Orchestra l'année de sa parution, puis gagnera en popularité grâce aux chansons Sexual Healing de Marvin Gaye et Planet Rock d'Afrika Bambaataa en 1982[9].

Boîtes à rythmes notables[modifier | modifier le code]

Les modèles de boîtes à rythmes suivants sont ou ont été des références :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The ‘Rhythmicon’ Henry Cowell & Leon Termen. USA, 1930 », sur 120 Years (consulté le 18 avril 2015).
  2. (en) Matt Dean, « The Drum: A History »,‎ (ISBN 0810881713, consulté le 18 avril 2015), p. 390.
  3. (en) « Vintage Seeburg Rhythm Prince Drum Machine », sur MatrixSynth,‎ (consulté le 18 avril 2015).
  4. (en) « Seeburg Portable Select-A-Rhythm Service Manual », sur Seeburg Sales Corporation,‎ (consulté le 18 avril 2015). — rhythm patterns were fully electronically generated by 48-step binary counter using 6-stage flip-flops.
  5. (en) « Seeburg Select-a-Rhythm Vintage Drum Machine », sur MatrixSynth,‎ (consulté le 18 avril 2015).
  6. (en) « The EKO ComputeRhythm – Jean Michel Jarre’s Drum Machine », sur synthtopia.com (consulté le 18 avril 2015).
  7. (en) « Ace Tone Rhythm Producer FR-15 », sur ESTECHO.com (consulté le 18 avril 2015)Sakata Shokai/Ace Tone Rhythm Producer, a successor of Rhythm Ace after the reconstruction of Ace Tone brand in 1972, provided feature to modify the pre-programmed rhythms.
  8. (en) « Programmable Drum Set », sur Synthmuseum.com (consulté le 16 juin 2007).
  9. (en) Jason Anderson, « Slaves to the rhythm: Kanye West is the latest to pay tribute to a classic drum machine », sur CBC News,‎ (consulté le 29 mai 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]