Damien Deroubaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Damien Deroubaix

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Damien Deroubaix au colloque des 50 ans des Nouvelles de l'estampe (octobre 2013)

Naissance 1er janvier 1972 (42 ans)[1]
Lille, Nord-Pas-de-Calais (France)
Nationalité française

Damien Deroubaix est un graveur et peintre français né à Lille le 1er janvier 1972.

Biographie[modifier | modifier le code]

Damien Deroubaix est diplômé de l'école régionale des beaux-arts de Saint-Étienne et de l'Akademie der bildenden Künste à Karlsruhe. Il vit et travaille dans un village en Moselle où il s'est installé après avoir passé 9 ans à Berlin.

Il a activement participé pendant de nombreuses années au projet du (9) Bis dont il fut un des initiateurs. Ce lieu était un ancien atelier de Saint-Étienne qui a été reconverti en lieu d'exposition.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dans ses peintures sur papier, Damien Deroubaix associe des références de l'art (Dada, Francis Bacon, John Heartfield…) à l'esthétique trash et l'idéologie politique des groupes de grindcore (Napalm Death, Terrorizer, Carcass). Volontiers expressionniste, sa peinture est faite de figures monstrueuses et d'emprunts graphiques et textuels aux cultures métal et grindcore.

Il utilise l'aquarelle pour ce qu'elle a de plus liquide, tâchant le papier et laissant couler la couleur comme des humeurs malsaines. Dans ses accrochages il associe des objets aux peintures (lampes en forme de viande à kebab, requins, miradors et diverses constructions de facture simple et utilisant des matériaux élémentaires) pour renforcer la violence intérieure que son art contient.

La peinture et les sculptures monumentales de Damien Deroubaix ont été montrées à La Force de l'art, exposition nationale présentant les artistes français les plus intéressants.

Son exposition personnelle « Die Nacht » est montrée successivement à Saarbrücken, Esslingen et Saint-Gall en 2009 et 2010.

À l'automne 2009[2], l'ensemble de son œuvre imprimé est montré dans l'exposition monographique « Apokalyptische Reiter » que lui consacre l'Urdla[3]. L'exposition présente, entre autres, des grands bois jamais montrés et un documentaire inédit d’Éric Pellet sur son travail d'estampe.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2010 :
    • « Die Nacht », Kunstmuseum Saint-Gall, Suisse
  • 2009 :
    • « Die Nacht », villa Merkel, Esslingen, Allemagne
    • « Die Nacht », Saarlandmuseum Saarbrücken, Allemagne
    • Nosbaum & Reding – Art Contemporain, Luxembourg
    • « Utopia Burns », Filipp Rosbach Galerie, Leipzig, Allemagne
    • « Sick Bizarre Defaced Creation », in Situ fabienne leclerc, Paris, France
    • « Apokalyptische Reiter », Urdla, Villeurbanne, France
  • 2008 :
    • « (9) bis », Saint-Étienne, France (avec Assan Smati)
    • « Das große Glück », Sima Projekt, Nuremberg, Allemagne
  • 2007 :
    • « Lord of all Fevers and Plague », in Situ fabienne leclerc, Paris, France
    • « Oblivious to evil », galerie de l’école des beaux-arts de Quimper, France
    • « Lucid Fairytale », Le Transpalette, Bourges, France
    • « World eater », galerie JBB, Mulhouse, France
    • « Babylon », Showroom Berlin, Berlin, Allemagne
    • « Die Nacht », o.T. Raum für aktuelle Kunst, Lucerne, Suisse
    • Space Invasion, Vienne, Autriche
  • 2006 :
    • « Ia iak sakkakh iak sakkakth Ia shaxul Ia kingu ia cthulu ia azbul Ia azabua », Nosbaum & Reding – Art Contemporain, Luxembourg
    • « Chemical Warfare », Autocenter, Berlin, Allemagne
    • « No system can give the masses the proper social graces » (avec Manuel Ocampo), vestibule de La Maison Rouge, Paris, France
  • 2005 :
    • Art Basel Statement, in Situ fabienne leclerc, Bâle, Suisse
    • « Human Waste », in Situ fabienne leclerc, Paris, France
    • « Let there be rot (fun in the morgue) », Künstlerhaus Bethanien, Berlin, Allemagne
  • 2004 :
    • « Groupe Laura présente Karl Marx », espace public, Tours, France
    • « Werbung », Nosbaum & Reding – Art Contemporain, Luxembourg
    • « Rheinschau. Art Cologne Projects », Nosbaum & Reding – Art Contemporain, Cologne, Allemagne
    • « Imbiss 2 » (avec Kristina Solomoukha), école des beaux-arts et Groupe Laura, Tours, France
    • « Synthetically Revived », Konsortium, Düsseldorf, Allemagne
    • « Catastrophic », Filiale Basel, Basel, Suisse
  • 2003 :
    • « Fear factory », in Situ fabienne leclerc, Paris, France
    • « You suffer… but why ? », Nouvelle Galerie, Grenoble, France
    • « Symphonies of Sickness », VKS, Toulouse, France
    • « Total Grind », musée d'art moderne et contemporain, Strasbourg, France
    • « nouvelleobjectiviténeuesachlichkeit », galerie Œil, Forbach, France
    • « Imbiss » (avec Kristina Solomoukha), La Galerie, Noisy-le-Sec, France
  • 2002 :
    • « La voix de son maître », paris project room, Paris, France
    • « Magic Jackpot » (avec Kristina Solomoukha), Glassbox, Paris, France
  • 2001 :
    • « Im Lichthof », Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Karlsruhe, Allemagne

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Durant la FIAC 2009, Damien Deroubaix lance le C.S. (Conservative Shithead) Journal réalisé conjointement avec le critique d'art Jérôme Lefèvre et les galeries In Situ (Paris) et Nosbaum & Reding (Luxembourg).

  • Family Jewels, catalogue d'exposition collective, commissariat : Damien Deroubaix et Conny Becker, publié en décembre 2009, coédition Bongoût et Villa Merkel / Bahnwärterhaus. ISBN 978-3-931238-40-7 ; texte en français et en allemand
  • Damien Deroubaix, Die Nacht, catalogue d´exposition, textes de Andreas Baur, Konrad Bitterl et Ralph Melcher (Hg.), Verlag für Moderne Kunst, Nuremberg, 2009, ISBN 978-3-941185-86-9 ; texte en français et en allemand

Notes et références[modifier | modifier le code]

Autorité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 10 octobre - 11 décembre.
  2. Centre international estampe et livre (Villeurbanne, 69).
  3. Présentation de l'exposition sur le site du Lieu unique.

Liens externes[modifier | modifier le code]