Congrégation de Solesmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dom Prosper Guéranger, osb, qui sollicita la création de la congrégation.

La congrégation de Solesmes est une des vingt-et-une congrégations de la confédération bénédictine de l'Ordre de Saint-Benoît.

Après la fondation de l'Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, elle a été érigée en 1837 par le pape Grégoire XVI, sous le nom de « Congrégation de France » : le pape décide que la Congrégation remplace les anciennes Congrégations de Cluny, des Saints-Vanne-et-Hydulphe et de Saint-Maur, et participe à leurs privilèges dont elle devient héritière.

Développement[modifier | modifier le code]

La nouvelle congrégation s'étend rapidement au rythme des fondations successives de Solesmes et des autres monastères de la congrégation : Ligugé en 1853, Marseille (qui devient Ganagobie) en 1856, Silos en 1880, Wisques en 1889, Clervaux en 1890, Sainte-Marie (à Paris) en 1893, Saint-Wandrille en 1894, Kergonan en 1897.

La loi sur les associations de 1901 entraînant l'interdiction de la vie monastique en France, la congrégation est amenée à faire des fondations dans ses lieux d'exil à partir de 1901 : Saint-Benoît-du-Lac (Québec) en 1912, Quarr (Île de Wight, Angleterre) en 1922.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'abbaye de Solesmes peut à nouveau fonder en France : Fontgombault en 1947, puis dans les pays de mission : Keur Moussa (Sénégal) en 1961, Palendriai (Lituanie) en 1998. Fontgombault fonde quant à elle Randol en 1968, Triors en 1984, Gaussan en 1994 et Clear Creek (États-Unis) en 1999[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2009, la congrégation est composée de 32 maisons dont 14 situées en France, 4 en Espagne, 1 au Luxembourg, 2 en Grande-Bretagne, 2 au Canada, 1 aux Pays-Bas, 2 au Sénégal, 1 en Guinée, 1 en Lituanie, 2 aux États-Unis, et de 2 prieurés situés en Martinique.

Chaque monastère est autonome, mais cherche à conserver une vraie unité autour de l'héritage reçu de Dom Guéranger, sous la présidence du père abbé de Solesmes.

Liste des maisons[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint-Pierre de Solesmes.
Abbaye de Randol.

[Chiffres de mai 2009]

Arbre[modifier | modifier le code]

Branche masculine

L'arbre ci-dessous présente les différents abbayes et prieurés masculins de la congrégation de Solesmes organisés par lien de « parenté ». Entre parenthèses figure la date de fondation — ou refondation — par l'abbaye mère[2] et éventuellement la date de fin .

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Pierre de Solesmes
(1833)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Martin de Ligugé
(1853)
 
 
 
Notre-Dame de Ganagobie
(1856)
 
Saint-Paul de Wisques
(1889)
 
Saint-Maurice-et-Saint-Maur
(1890)
 
Sainte-Anne de Kergonan
(1897)
 
Notre-Dame de Quarr
(1922)
 
Notre-Dame de Fontgombault
(1948)
 
Keur Moussa
(1961)
 
Saint-Benoît de Palendriai
(1998)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Dominique de Silos
(1880)
 
 
 
Sainte-Marie de Paris
(1893)
 
Saint-Wandrille de Fontenelle
(1894)
 
 
 
Saint-Paul d'Oosterhout[3]
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Randol
(1971)
 
Notre-Dame de Triors
(1984)
 
Notre-Dame de Gaussan
(1994-2009)
 
Notre-Dame de l'Annonciation de Clear Creek
(1999)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Montserrat
(1939)
 
Saint-Sauveur de Leyre
(1954)
 
Sainte-Croix de la vallée de los Caídos
(1958)
 
Saint-Benoît-du-Lac
(1912)
 
Notre-Dame du Mont des Oliviers
(1947)
 
Mont Saint-Benoît
(1951)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Donezan
(2007)


Branche féminine

L'arbre ci-dessous présente les différents abbayes et prieurés féminins de la congrégation de Solesmes organisés par lien de « parenté ». Entre parenthèses figure la date de fondation — ou refondation — par l'abbaye mère[4].

 
 
 
 
 
 
 
 
Sainte-Cécile de Solesmes
(1866)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Wisques
(1889)
 
Saint-Michel de Kergonan
(1898)
 
Keur Guilaye
(1970)
 
Sainte-Marie-des-Anges
(1977)
 
Sainte-Cécile de Ryde
(1950[5])
 
 
 
Sainte-Marie-des-Deux-Montagnes
(1936)
 
 
 
Cœur-Immaculé-de-Marie de Westfield
(1981)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arbre de la congrégation de Solesmes
  2. « La Congrégation de Solesmes », Abbaye Saint-Pierre de Solesmes (consulté le 14 mars 2012)
  3. L'abbaye Saint-Paul d'Oosterhout ne fait plus partie de la congrégation de Solesmes depuis 1969.
  4. « Autres monastères de moniales de la Congrégation de Solesmes », Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes (consulté le 14 mars 2012)
  5. Date de rattachement de l'abbaye Sainte-Cécile de Ryde (aussi appelée abbaye Pax Cordis Iesu) à la congrégation de Solesmes.