Comte de Lincoln

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le titre de comte de Lincoln est un titre qui a été créé au moins sept fois dans la pairie d'Angleterre.

Histoire du titre[modifier | modifier le code]

En 1139, Étienne d'Angleterre créa le titre de comte de Lincoln pour Guillaume d'Aubigny. Cela offensa profondément, Guillaume de Roumare et son demi-frère Ranulph de Gernon, comte de Chester qui par leur mère, avaient hérité de vastes terres et de bâtiments dans ce comté.

En décembre 1140, ces deux derniers prirent le château de Lincoln par la ruse, et le roi Étienne accorda le titre de comte à Guillaume de Roumare. Deux mois plus tard eu lieu la bataille de Lincoln dans laquelle le roi fut capturé. À sa libération, il confirma malgré tout le titre à Roumare.

Les fréquents revirements d'alliance de son demi-frère Ranulf de Gernon, le puissant comte de Chester provoquèrent des reprises du titre par le roi en représailles. C'est pourquoi Guillaume d'Aubigny, comte d'Arundel est parfois mentionné comme comte de Lincoln dans certaines chartes.

Vers 1149, le roi Étienne créé Gilbert de Gand comte de Lincoln en opposition de Guillaume de Roumare. Cela conduit à une guerre armée en les deux camps. Gilbert de Gand semble perdre officiellement le titre entre 1153 et 1154, mais il continue tout de même à utiliser le style comtale.

Ensuite la situation est confuse, et il existe deux hypothèses différentes sur les porteurs du titre.

La première hypothèse serait que Guillaume de Roumare ait porté malgré tout le titre jusqu'à sa mort, peu avant 1161, et qu'il l'ait transmis à son petit-fils Guillaume III de Roumare, mineur à l'époque, qui décéda en 1198.

La seconde hypothèse serait que Ranulph de Gernon ait forcé Gilbert de Gant à épouser Hawyse de Roumare[1], sa nièce, fille héritière de Guillaume. Gilbert de Gant aurait donc été comte en droit de sa femme.

En 1156, ce dernier décède sans descendance masculine, et sa fille Alice de Gant est mariée à Simon III de Saint-Lis, comte de Northampton. Celui-ci aurait donc hérité du titre par son épouse. Guillaume III de Roumare lui succédant à sa mort, en 1185.

Le 23 mai 1217, Ranulph de Blondeville, comte de Chester, reçu ce titre en récompense pour son aide contre l'invasion française de 1216, et à la bataille de Lincoln en 1217. Entre 1230 et 1232, avec l'accord du roi, il abandonne son titre au profit de sa sœur Hawise, épouse de Saer de Quincy, comte de Winchester. Peu après la mort de Ranulph en 1232, Henri III la reconnaît comme comtesse de Lincoln. Peu après, à sa demande, le roi transfère le titre à sa fille Margaret et à son mari John de Lacy pour que eux puis leurs descendants le tienne à vie[2]. John ne tient donc le titre qu'en droit de sa femme (de jure uxoris). John meurt en 1240, et sa femme se remarie avec Walter le Maréchal, comte de Pembroke, puis trois ans plus tard, avec Richard de Wiltshire. Son fils Edmund est autorisé à succéder à son père en 1248, et avant 1255 reçoit le titre de comte de Lincoln[3].

À la mort de ce dernier, ses possessions sont partagées entre ses sœurs. Le titre est donné à la fille d'une d'elles qui avait épousé John de Lacy.

Première création (1139)[modifier | modifier le code]

  • seconde hypothèse :
    • 1156-1185 : Simon III de Saint-Lis (vers 1138-1185) par sa femme Alice de Gant, fille de Gilbert de Gant et peut-être petite-fille de Guillaume de Roumare. Meurt sans descendance ;
    • 1185-1198 : Guillaume III de Roumare († 1198). Meurt sans descendance.

Retour du titre à la couronne.

Deuxième création (1217)[modifier | modifier le code]

Troisième création (1349)[modifier | modifier le code]

Quatrième création (1467)[modifier | modifier le code]

Cinquième création (1525)[modifier | modifier le code]

  • 1525-1540 : Henry Brandon (1516-1540).

Sixième création (1572)[modifier | modifier le code]

  • 1572-1585 : Edward Clinton (1512-1585) ;
  • 1585-1616 : Henry Clinton (1539-1616) ;
  • 1616-1619 : Thomas Clinton (1568-1619) ;
  • 1619-1667 : Theophilus Clinton (1600-1667) ;
  • 1667-1692 : Edward Clinton († 1692) ;
  • 1692-1693 : Francis Clinton (1635-1693) ;
  • 1693-1728 : Henry Clinton (1684-1728) ;
  • 1728-1730 : George Clinton (1718-1730) ;
  • 1730-1794 : Henry Pelham-Clinton (1720-1794). Devient duc de Newcastle-under-Lyne en 1768 ;
  • 1794-1795 : Thomas Pelham-Clinton (1752-1795), duc de Newcastle ;
  • 1795-1851 : Henry Pelham-Clinton (1785-1851), duc de Newcastle ;
  • 1851-1864 : Henry Pelham-Clinton (1811-1864), duc de Newcastle ;
  • 1864-1879 : Henry Pelham-Clinton (1834-1879), duc de Newcastle ;
  • 1879-1928 : Henry Pelham-Clinton (1864-1928), duc de Newcastle ;
  • 1928-1941 : Francis Pelham-Clinton-Hope (1866-1941), duc de Newcastle ;
  • 1941-1988 : Henry Pelham-Clinton-Hope (1907-1988), duc de Newcastle ;
  •          1988         : Edward Pelham-Clinton (1920-1988), duc de Newcastle ;
  • 1988-2001 : Edward Horace Fiennes-Clinton (1913-2001) ;
  • Depuis 2001 : Robert Edward Fiennes-Clinton (né en 1972) ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ce mariage a peut-être été inventé de toutes pièces par des généalogistes pour corroborer certaines mentions dans des chartes, car diverses sources indiquent que Gilbert de Gant aurait épousé Rohaise de Clare, fille de Richard FitzGilbert de Clare
  2. Jennifer C. Ward, « Lacy, Margaret de, countess of Lincoln (d. 1266) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Sept 2004; online edn, Jan 2008 Accédé janvier 2009.
  3. Nicholas Vincent, « Lacy, John de, third earl of Lincoln (c.1192–1240) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Sept 2004; online edn, Oct 2005 Accédé janvier 2009.