Roumare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roumare
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Notre-Dame-de-Bondeville
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Nord-Ouest de Rouen
Maire
Mandat
Josiane Lelièvre
2014-2020
Code postal 76480
Code commune 76541
Démographie
Population
municipale
1 382 hab. (2011)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 41″ N 0° 58′ 28″ E / 49.5113888889, 0.97444444444449° 30′ 41″ Nord 0° 58′ 28″ Est / 49.5113888889, 0.974444444444  
Altitude Min. 8 m – Max. 136 m
Superficie 9,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Roumare

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Roumare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roumare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roumare

Roumare est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située en bordure de la forêt de Roumare.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Roumare
Barentin Pissy-Pôville
Saint-Pierre-de-Varengeville Roumare Saint-Jean-du-Cardonnay
Hénouville La Vaupalière

Toponymie[modifier | modifier le code]

Forme ancienne : Rolmara 1035-40, « la mare de Rolfr » (nom de personne norrois, également celui de Rollon) ou de Rodulf. Cf. Routot, Rouville, Rouxmesnil[1].

C'est un des nombreux nom de lieu de normandie terminé par l'appellatif -mare qui peut être précédé d'un nom (ex. : Croix-Mare, Sausseuzemare-en-Caux), d'un adjectif (Bellemare, Brémare du norrois breidr, large) ou le plus souvent d'un anthroponyme (Colmare, de Koli ; Cornemare, de Korni; Vicquemare de Vigi). Le terme dialectal mare (d'origine norroise marr) est passé en français tardivement (XVIe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Rotmarus, seigneur auquel le roi Dagobert aurait concédé au VIIe siècle le territoire en récompense d'une brillante action militaire n'a certainement rien à voir avec le nom du village, vu les formes anciennes Rolmara, etc. Une autre origine du nom du village, plus romanesque, met en scène Rollon, qui, en 920, aurait suspendu aux branches d'un chêne situé près d'une mare (…la mare de Rou) un collier et des bracelets d'or que personne n'osa enlever et qui demeurèrent ainsi trois années durant. Cependant, il n'est pas sûr que le Rou(f), que postule le toponyme, soit bien Rollon. La tradition veut également qu'un puits, situé au milieu du village, communique avec les souterrains des abbayes de Saint-Georges de Boscherville et de Jumièges. Le village est le résultat de la réunion en 1814 d'une partie de Saint-Thomas-la-Chaussée ([latinisé en] Sanctus Thomas de Caceya) qui n'a pas conservé son église[2] et Roumare ([latinisé en] Rolmara au XIe siècle et Roumara au XIVe siècle)[3].

Vestige du riche passé historique de la commune, les murs d'enceinte en briques, silex et torchis de quatre anciens châteaux sont encore visibles. Deux manoirs et un château, inscrit monument historique, sont des demeures privées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 Louis Quesnel    
    De Vayon    
1865 1872 Achille de Saint-André    
mars 2001 en cours Josiane Lelièvre   Secrétaire de mairie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 382 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 750 758 1 130 811 838 839 825 816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
781 738 715 702 716 715 701 684 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 626 593 546 547 514 502 564 596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
522 464 608 809 965 1 103 1 327 1 382 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments historiques :

  • l'église paroissiale Notre-Dame du XVe siècle, classée par arrêté du 14 février 1921[6],[7],
  • le château des XVIIe et XVIIIe siècles ayant appartenu à la famille Vaignon de Mortemer, inscrit par arrêté du 11 avril 1997[8].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ferme pédagogique qui invite à la découverte d'un parcours fruitier ouvert d'avril à octobre
  • Camping « les Nénuphars »
  • Centre commercial
  • Tennis couvert

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  2. « Notice no IA00020726 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Source : Bulletin d'information des portes nord-ouest de Rouen
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Notice no PA00101013 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no IA00020724 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PA76000032 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Michaud frères,‎ 1827

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]