Compsognathus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Compsognathus (signifiant « mâchoire grêle ») est un petit dinosaure carnivore de l'ordre des saurischiens, du groupe des théropodes et de la famille des compsognathidés. Il ne dépassait pas un mètre de long. Deux fossiles ont été découverts en Bavière, en Allemagne dans les années 1850, sous le nom de longipes et dans le sud de la France en 1972 sous le nom de corallestris dans des couches attribuées au début du tithonien, au Jurassique supérieur, de -155 à -150 millions d'années, mais on s'aperçut ensuite qu'il s'agit de la même espèce et aujourd'hui, Compsognathus longipes est la seule espèce reconnue. Pour tous les fossiles, le processus taphonomique de fossilisation montre un milieu lagunaire ou lacustre calme, propice à la conservation des détails[1].

Compsognathus possédait des os fins et légers. C'était probablement un carnivore/insectivore chassant de menues proies : ses dents crénelées sont incurvées vers l'arrière, et sur l'un des exemplaires on a trouvé des os de lézard fossilisés à l'emplacement de son estomac. Ses pattes postérieures sont longues et fines, et sa vitesse maximale a été estimée par extrapolation à partir des oiseaux coureurs actuels de taille comparable (Géocoucou) à 64 km/h, ce qui en fait peut-être un des bipèdes les plus rapides ayant jamais existé[2]. Ses pattes antérieures étaient longues et fines elles aussi, et ses mains ne comptaient que trois doigts, dont deux sont mobiles, mais le troisième était atrophié. Son crâne était léger et sa queue était comme les pattes, longue et fine, prolongeant ainsi son corps à l'horizontale. Par ailleurs, les os de ses pattes étaient creux[3].

Description[modifier | modifier le code]

Modèle du Musée d'histoire naturelle de l'université d'Oxford montrant la tête, étroite et longue, avec un museau effilé
Comparaison de taille des spécimens français (orange) et allemand (vert) par rapport à un être humain

Pendant des décennies, Compsognathus a été célèbre comme étant le plus petit dinosaure connu ; les spécimens découverts mesuraient environ 1 m de longueur. Toutefois, des dinosaures découverts plus tard, comme Caenagnathasia, Microraptor et Parvicursor, sont encore plus petits. On estime que le plus grand spécimen de Compsognathus pesait entre 0,83 et 3,5 kg[4],[5].

C'était un petit animal bipède avec de longues pattes postérieures et une queue encore plus longue, qu'il utilisait pour garder son équilibre quand il se déplaçait. Les membres antérieurs étaient plus petits que les postérieurs et possédaient trois doigts terminés par des griffes solides adaptées pour saisir ses proies. Sa tête, étroite et longue, avait un museau effilé. Le crâne avait cinq paires de fenestrae (ouvertures osseuses du crâne), dont la plus importante était l'orbite[6]. Les yeux étaient grands en proportion du reste du crâne.

La mâchoire inférieure était mince et n'avait pas de fenêtre mandibulaire, un trou situé dans la mâchoire inférieure et fréquemment observé chez les archosaures. Les dents étaient petites mais fortes, adaptées à son régime alimentaire composé de petits vertébrés et éventuellement d'autres petits animaux, comme des insectes. Ses dents antérieures (celles situées sur les prémaxillaires) étaient non dentelées, contrairement à celles situées plus en arrière dans la mâchoire. Les scientifiques ont utilisé ces caractéristiques dentaires pour identifier Compsognathus et ses plus proches parents[7].

Découvertes et espèces[modifier | modifier le code]

Moulage du Musée d'histoire naturelle de l'université d'Oxford. Joseph Oberndorfer a découvert ce fossile en Allemagne (Bavière) dans les années 1850.

Le genre Compsognathus est connu grâce à deux squelettes presque complets, l'un découvert en Allemagne qui mesurait environ 89 cm de long et un autre découvert en France qui mesurait 125 cm[8]. Le médecin et collectionneur de fossiles, Joseph Oberndorfer, a découvert le spécimen allemand (BSP AS I 563) dans les dépôts de calcaire de Solnhofen dans la région de Riedenburg-Kelheim en Bavière dans les années 1850. Le calcaire de la région de Solnhofen a également permis de retrouver des fossiles bien conservés d'Archaeopteryx avec des impressions de plumes et chez certains ptérosaures les empreintes de leurs membranes alaires chez des animaux ayant vécu au début du Tithonien. Johann A. Wagner a étudié brièvement le spécimen en 1859, quand il a inventé le nom de Compsognathus longipes[9], et il a décrit en détail en 1861[10]. Au début de 1868, Thomas Huxley a comparé les deux espèces et a conclu que, en dehors des bras et des plumes, le squelette d'archéoptéryx était très semblable à celui du Compsognathus, et que l'oiseau primitif était lié aux dinosaures[11],[12]. En 1896, Othniel Marsh reconnaît le fossile comme un vrai membre des Dinosauria[13]. John Ostrom a soigneusement redécrit l'espèce en 1978, ce qui en fait l'un des petits théropodes les mieux connus de cette époque[14]. le spécimen allemand est exposé à Bayerische Staatsammlung für Paläontologie und historische Geologie (Institut de paléontologie et de géologie historique de l'état bavarois) à Munich, en Allemagne.

Compsognathus longipes (vue d'artiste).

Le spécimen français (MNHN CNJ 79), plus grand, a été découvert en 1971 dans le calcaire lithographique Portlandien de Canjuers près de Nice dans le sud-est de la France[15]. Il remonte au Tithonien inférieur. Bien que Bidar l'ait décrit à l'origine comme une espèce distincte appelée Compsognathus corallestris[16], Jean-Guy Michard et autres chercheurs l'ont depuis identifié comme un autre exemplaire de Compsognathus longipes[17],[15]. Quimby a identifié le petit spécimen allemand comme un jeune de la même espèce[18]. En 1983, le Muséum national d'histoire naturelle de Paris a acquis le fossile français de Compsognathus; Michard l'a soigneusement étudié là-bas[17]. Des scientifiques avaient attribué à l'origine une partie de pied, lui aussi découvert à Solnhofen, à un Compsognathus mais, plus tard, les études ont réfuté cette hypothèse. Zinke a attribué des dents découvertes dans la formation de Guimarota au Portugal datant du Kimméridgien comme appartenant au même genre[19].

Classification[modifier | modifier le code]

Dessin de squelette restauré par Othniel Charles Marsh.

Compsognathus a donné son nom à la famille des Compsognathidae, une famille composée principalement de petits dinosaures ayant vécu à la fin du Jurassique et au début du Crétacé en Chine, Europe et en Amérique du Sud[15]. Pendant de nombreuses années, il en a été le seul genre connu. Cependant, au cours de ces dernières décennies, les paléontologues ont découvert plusieurs genres apparentés. Le clade comprend maintenant Aristosuchus[20], Huaxiagnathus[21], Mirischia[22], Sinosauropteryx[23],[24] et peut-être Juravenator[25] et Scipionyx[26]. À un moment donné, Mononykus a été proposé comme membre de la famille mais l'hypothèse a été rejetée par M. Chen dans un document de 1998. Il considérait les similitudes entre Mononykus et les compsognathidés comme étant un exemple d'évolution convergente[7]. La position de Compsognathus et ses parents au sein du groupe des coelurosauriens est incertaine. Certains, comme les experts de théropodes Thomas Holtz Jr., Ralph Molnar et Phil Currie dans la revue de référence Dinosauria de 2004, la maintiennent comme la famille la plus primitive des coelurosauriens[27], tandis que d'autres la placent dans les Maniraptora[28],[29].

Paléoécologie[modifier | modifier le code]

Moulage du fossile de Canjuers, France

À la fin du Jurassique, l'Europe était un archipel au climat sec, tropical, situé au bord de la mer Téthys. Le calcaire fin dans lequel les squelettes de Compsognathus ont été trouvés a son origine dans la calcite de coquillages marins. Tant la région de Solnhofen que celle de Canjuers, où les Compsognathus ont été préservés étaient au Jurassique des lagunes situées entre les plages et les récifs coralliens des îles européennes de la mer de Téthys[30]. Les contemporains de Compsognathus comprennent l'oiseau primitif Archaeopteryx et les ptérosaures Rhamphorhynchus et Ptérodactyle. Les sédiments dans lesquels les Compsognathus ont été retrouvés contenaient aussi des fossiles d'animaux marins tels que des poissons, des crustacés, des échinodermes et des mollusques marins, confirmant l'habitat côtier de ce théropode. Aucune autre espèce de dinosaure n'a été trouvés en association avec Compsognathus, ce qui laisse à penser que ce petit dinosaure pourrait en fait avoir été le prédateur terrestre supérieur dans ces îles.

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Dans une étude effectuée en 2001 par Bruce Rothschild et d'autres paléontologues, neuf os du pied appartenant au Compsognathus ont été examinés pour rechercher des signes de fracture de fatigue, mais aucune n'a été trouvée[31].

Main[modifier | modifier le code]

Le spécimen de Compsognathus découvert en Allemagne au XIXe siècle ne présentait que deux doigts sur chaque membre antérieur, ce qui avait conduit les scientifiques à conclure que c'était la manière dont l'animal se présentait dans la vie[14]. Cependant, le fossile découvert plus tard en France a révélé que les mains avaient trois doigts[32], semblables aux autres membres des compsognathidés. La fossilisation du Compsognathus allemand aurait simplement omis de bien conserver les membres antérieurs du spécimen. Bidar suppose que l'échantillon français avait des filaments au niveau des membres antérieurs, ce qui pourrait correspondre à des membres palmés chez l'animal vivant[16]. Dans le livre en 1975 sur The Evolution and Ecology of the Dinosaurs (L'évolution et l'écologie des dinosaures), LB Halstead décrit l'animal comme un dinosaure amphibie capable de se nourrir de proies aquatiques et de nager hors de portée des grands prédateurs[33] . Ostrom a démystifié cette hypothèse[14] en montrant de façon concluante que l'échantillon français était presque identique à l'échantillon allemand dans tous ses aspects, hors la taille. Peyer a confirmé ces conclusions[15].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Illustration de 1903 due à Franz Nopcsa montrant le contenu stomacal du fossile allemand de Compsognathus longipes.

Les restes d'un lézard retrouvés dans la cavité abdominale du spécimen allemand montrent que Compsognathus se nourrissait de petits vertébrés[7]. Marsh, qui avait examiné le spécimen en 1881, pensait que ce petit squelette à l'intérieur du ventre de Compsognathus était un embryon mais, en 1903, Franz Nopcsa a conclu que c'était un lézard[34]. Ostrom a identifié ces restes comme appartenant à un lézard du genre Bavarisaurus[35] d'où il a conclu que c'était un coureur rapide et agile grâce à sa longue queue et aux proportions de ses membres. Cela a conduit à penser que son prédateur, Compsognathus, devait avoir une vision nette et des capacités d'accélérer rapidement pour devancer le lézard[14]. Le Bavarisaurus est en une seule pièce, ce qui indique que Compsognathus l'a avalé entier. Le contenu gastrique du spécimen français consiste en des lézards non identifiés ou des sphenodontidés[15].

Existence d’œufs ?[modifier | modifier le code]

Des œufs de 10 mm de diamètre ont été découverts près des restes fossiles du Compsognathus allemand. En 1901, Friedrich von Huene les a interprétés comme des ossifications dermiques[36]. Griffiths les a décrit comme des œufs immatures en 1993[37]. Cependant, plus tard, les chercheurs ont douté de leur affectation au genre parce qu'ils ont été trouvés en dehors de la cavité du corps de l'animal. Un fossile bien préservé de Sinosauropteryx, un genre lié à Compsognathus, montre deux oviductes portant deux œufs non pondus. Ces œufs proportionnellement plus grands et moins nombreux que ceux de Sinosauropteryx jettent le doute sur l'identification d'origine des œufs de Compsognathus[7].

Le revêtement cutané et la relation avec les oiseaux[modifier | modifier le code]

Pendant près d’un siècle, Compsognathus a été le seul théropode de petite taille connu. Cela a conduit à des comparaisons avec l’Archaeopteryx et sur une possible relation avec les oiseaux. En fait, Compsognathus, plus qu’Archaeopteryx, avait piqué l'intérêt de Huxley pour l'origine des oiseaux[38]. Les deux animaux partagent tant similitudes de forme, de taille et de proportions, qu'un squelette sans plumes d’Archaeopteryx avait été pendant de nombreuses années identifié comme un Compsognathus[6]. D’autres dinosaures, comme Deinonychus, Oviraptor et Segnosaurus, sont maintenant connus pour avoir été, parmi les dinosaures non-aviens, les plus étroitement apparentés aux oiseaux.

Des fossiles des dinosaures proches de Compsognathus, comme Sinosauropteryx et Sinocalliopteryx, possèdent des restes de plumes filamenteuses recouvrant leur corps comme une fourrure[23], ce qui incite des chercheurs à penser que Compsognathus a pu avoir des plumes du même type[39]. C'est pourquoi de nombreuses représentations de Compsognathus le montrent couvert d'un duvet de proto-plumes. Mais contrairement aux Archaeopteryx trouvés dans les mêmes sédiments que lui, Compsognathus ne présente aucun signe de plume ou proto-plume. Karin Peyer, en 2006, a rapporté des impressions de peau conservée sur le côté de la queue à partir de la treizième vertèbre caudale, présentant de petits tubercules bosselés, semblables aux écailles de la queue et des pattes postérieures des Juravenators[40]. Même si Ostrom a réfuté son interprétation[14],[36], Von Huene avait déjà signalé d’autres écailles dans la région abdominale du Compsognathus allemand. C’est pourquoi le Muséum du Var a choisi de reconstituer sans plumes cette espèce.

Comme chez Compsognathus et contrairement au cas du Sinosauropteryx, un fragment de peau fossilisée de la queue et des pattes arrière d’un possible parent de Juravenator, montre essentiellement des écailles, mais il existe des indices d’une possible présence de plumes primitives dans certaines zones préservées[41]. Cela peut signifier que la couverture de plumes n’était présente, dans ce groupe de dinosaures, ni chez toutes les espèces, ni sur tout le corps de celles qui en avaient[42], mais du point de vue taphonomique il est également possible que les spécimens trouvés aient subi un début de putréfaction avant fossilisation et ainsi perdu leur plumage, comme c'est le cas aujourd'hui pour les oiseaux morts noyés[43].

Compsognathus et culture populaire[modifier | modifier le code]

Pendant un siècle environ, Compsognathus a été la seule lignée de dinosaures de petite taille connue, la plupart des autres petits dinosaures ayant été découverts et décrits à partir de 1950[44],[45]. Compsognathus est apparu dans les films Le Monde perdu : Jurassic Park et Jurassic Park 3. Dans Le Monde perdu: Jurassic Park, l'un des personnages identifie incorrectement l'espèce sous le nom de Compsognathus triassicus combinant le nom du genre Compsognathus avec le nom d'espèce de Procompsognathus, un petit carnivore lointainement apparenté décrit dans le roman Jurassic Park[46]. Les « compies » (leur surnom américain) sont décrits comme des animaux sociaux, chassant en meute ce qui les rend capables de s'attaquer à des proies à taille humaine grâce à leur nombre écrasant. Ce comportement a été inventé de toute pièce par les créateurs de Jurassic Park car il n'y a aucune trace fossile que Compsognathus ou Procompsognathus aient eu des comportements sociaux.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Bidar, L. Demay et G. Thomel : Compsognathus corallestris, nouvelle espèce de dinosaurien théropode du Portlandien de Canjuers (Sud-Est de la France). Mus. Hist. Nat. Nice, Ann. 1: 1-34, 1972.
  2. http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/le-tyrannosaure-nous-aurait-2007-08-23-545614.shtml et http://www.royalsoc.ac.uk/
  3. Bidar, Demay et Thomel, op.cit.
  4. (en) F. Therrien, « My theropod is bigger than yours...or not: estimating body size from skull length in theropods », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 27, no 1,‎ 2007, p. 108–115 (lien [108:MTIBTY2.0.CO;2 DOI]?)
  5. (en) F. Seebacher, « A new method to calculate allometric length-mass relationships of dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 21, no 1,‎ 2001, p. 51–60 (lien [0051:ANMTCA2.0.CO;2 DOI]?)
  6. a et b (en) David Lambert, The Ultimate Dinosaur Book, New York, Dorling Kindersley,‎ 1993, 1e éd. (ISBN 978-1-56458-304-8), p. 38–81
  7. a, b, c et d (en) P. Chen, « An exceptionally well-preserved theropod dinosaur from the Yixian Formation of China », Nature, vol. 391, no 6663,‎ 1998, p. 147–152 (lien DOI?)
  8. (en) G.S. Paul, Predatory Dinosaurs of the World, New York, Simon & Schuster,‎ 1988 (ISBN 978-0-671-61946-6), « Early Avetheropods », p. 297–300
  9. (en) J. A. Wagner, « Über einige im lithographischen Schiefer neu aufgefundene Schildkröten und Saurier », Gelehrte Anzeigen der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, vol. 49,‎ 1859, p. 553
  10. (en) A. Wagner, « Neue Beiträge zur Kenntnis der urweltlichen Fauna des lithographischen Schiefers; V. Compsognathus longipes Wagner », Abhandlungen der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, vol. 9,‎ 1861, p. 30–38
  11. (en) T.H. Huxley, « On the animals which are most nearly intermediate between birds and reptiles », Annals and Magazine of Natural History, London, vol. 2,‎ 1868, p. 66–75
  12. Foster, Michael; Lankester, E. Ray 1898–1903. The scientific memoirs of Thomas Henry Huxley. 4 vols and supplement, London: Macmillan.
  13. (en) O.C. Marsh, « Classification of dinosaurs », Geological Magazine, vol. 3, no 9,‎ 1896, p. 388–400 (lien DOI?)
  14. a, b, c, d et e (en) J.H. Ostrom, « The osteology of Compsognathus longipes », Zitteliana, vol. 4,‎ 1978, p. 73–118
  15. a, b, c, d et e (en) K. Peyer, « A Reconsideration Of Compsognathus From The Upper Tithonian Of Canjuers, Southeastern France », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 26, no 4,‎ 2006, p. 879–896 (lien [879:AROCFT2.0.CO;2 DOI]?, lire en ligne)
  16. a et b (en) A. Bidar, « Compsognathus corallestris, une nouvelle espèce de dinosaurien théropode du Portlandien de Canjuers (Sud-Est de la France) », Annales du Muséum d'Histoire Naturelle de Nice, vol. 1,‎ 1972, p. 9–40
  17. a et b (en) J. G. Michard, « Description du Compsognathus (Saurischia, Theropoda) de Canjuers (Jurassique supérieur du Sud-est de la France), position phylogénétique, relation avec Archaeopteryx et implications sur l'origine théropodienne des oiseaux, », Ph.D. dissertation, Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris,‎ 1991
  18. (en) G. Callison, « Tiny dinosaurs: Are they fully grown? », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 3, no 4,‎ 1984, p. 200–209 (lien DOI?)
  19. (en) J. Zinke, « Small theropod teeth from the Upper Jurassic coal mine of Guimarota (Portugal) », Palaontologische Zeitschrift, vol. 72,‎ 1998, p. 179–189 (lire en ligne)
  20. (en) H.G. Seeley, « On Aristosuchus pusillus (Owen), being further notes on the fossils described by Sir. R. Owen as Poikilopleuron pusillus, Owen », Quarterly Journal of the Geological Society of London, vol. 43,‎ 1887, p. 221–228 (lien DOI?)
  21. (en) S.H. Hwang, « A large compsognathid from the Early Cretaceous Yixian Formation of China », Journal of Systematic Paleontology, vol. 2,‎ 2004, p. 13–39 (lien DOI?)
  22. (en) D. Naish, « Ecology, systematics and biogeographical relationships of dinosaurs, including a new theropod, from the Santana Formation (?Albian, Early Cretaceous) of Brazil », Historical Biology,‎ 2004, p. 1–14
  23. a et b (en) P.J. Currie, « Anatomy of Sinosauropteryx prima from Liaoning, northeastern China », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 38, no 12,‎ 2001, p. 1705–1727 (lien DOI?)
  24. (en) Q. Ji, « On discovery of the earliest bird fossil in China and the origin of birds (in Chinese) », Chinese Geology, vol. 233,‎ 1996, p. 30–33
  25. (en) U. Göhlich, « A new carnivorous dinosaur from the Late Jurassic Solnhofen archipelago », Nature, vol. 440, no 7082,‎ 2006, p. 329–332 (liens PubMed? et DOI?)
  26. (en) C. Dal Sasso, « Exceptional soft-tissue preservation in a theropod dinosaur from Italy », Nature, vol. 392, no 6674,‎ 1998, p. 383–387 (liens DOI? et Bibcode?)
  27. (en) Holtz TR, Molnar RE, Currie PJ, Weishampel DB (éditeur), Osmólska H (éditeur) et Dodson P (éditeur), The Dinosauria, University of California Press,‎ 2004, 2e éd. (ISBN 0-520-24209-2), « Basal Tetanurae », p. 105
  28. (en) J.A. Gauthier, « Saurischian monophyly and the origin of birds », In Padian, K. (ed.) the Origin of Birds and the Evolution of Flight, Memoirs of the California Academy of Sciences, vol. 8,‎ 1986, p. 1–55
  29. (en) C.A. Forster, « The theropod ancestry of birds: new evidence from the Late Cretaceous of Madagascar », Science, vol. 279, no 5358,‎ 1998, p. 1915–1919 (liens PubMed? et DOI?)
  30. (en) G. Viohl, Hecht MK (éditeur), Ostrom JH (éditeur), Viohl G (éditeur) et Wellnhofer P (éditeur), The Beginnings of Birds: Proceedings of the International Archaeopteryx Conference., Eichstätt, Freunde des Jura-Museums,‎ 1985 (lien OCLC?), « Geology of the Solnhofen lithographic limestone and the habitat of Archaeopteryx », p. 31–44
  31. Rothschild, B., Tanke, D. H., and Ford, T. L., 2001, Theropod stress fractures and tendon avulsions as a clue to activity: In: Mesozoic Vertebrate Life, edited by Tanke, D. H., and Carpenter, K., Indiana University Press, p. 331-336.
  32. (en) J. Gauthier, « Re-examination of the manus of Compsognathus and its relevance to the original morphology of the Coelurosaur manus », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 20, no 3, Supplement,‎ 2000, p. 43A
  33. (en) Halstead L.B., The evolution and ecology of the dinosaurs, Eurobook,‎ 1975 (ISBN 978-0-85654-018-9)
  34. (en) Baron F. Nopcsa, « Neues ueber Compsognathus », Neues Jahrbuch fur Mineralogie, Geologie und Palaeontologie (Stuttgart), vol. 16,‎ 1903, p. 476–494
  35. (en) S.E. Evans, « The Solnhofen (Jurassic: Tithonian) lizard genus Bavarisaurus: new skull material and a reinterpretation », Neues Jahrbuch für Paläontologie und Geologie, Abhandlungen, vol. 192,‎ 1994, p. 37–52
  36. a et b (en) F. von Huene, « Der vermuthliche Hautpanzer des "Compsognathus longipes" Wagner », Neues Jahrbuch für Mineralogie, Geologie and Palaeontologie, vol. 1,‎ 1901, p. 157–160
  37. (en) P. Griffiths, « The question of Compsognathus eggs », Revue de Paleobiologie Spec., vol. 7,‎ 1993, p. 85–94
  38. (en) Fastovsky DE, Weishampel DB, =Fastovsky DE (éditeur) et Weishampel DB (éditeur), The Evolution and Extinction of the Dinosaurs, Cambridge University Press,‎ 2005, 2e éd. (ISBN 0-521-81172-4), « Theropoda I:Nature red in tooth and claw », p. 265–299
  39. (en) S. Ji, Q. Ji, J. Lu et C. Yuan, « A new giant compsognathid dinosaur with long filamentous integuments from Lower Cretaceous of Northeastern China », Acta Geologica Sinica, vol. 81, no 1,‎ 2007, p. 8–15
  40. (en) K. Peyer, « A reconsideration of Compsognathus from the Upper Tithonian of Canjuers, southeastern France », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 26, no 4,‎ 2006, p. 879–896 (lien [879:AROCFT2.0.CO;2 DOI]?)
  41. (en) U.B. Goehlich, H. Tischlinger et L.M. Chiappe, « Juraventaor starki (Reptilia, Theropoda) ein nuer Raubdinosaurier aus dem Oberjura der Suedlichen Frankenalb (Sueddeutschland): Skelettanatomie und Wiechteilbefunde », Archaeopteryx, vol. 24,‎ 2006, p. 1–26
  42. (en) Xing Xu, « Palaeontology: Scales, feathers and dinosaurs », Nature, vol. 440, no 7082,‎ 2006, p. 287–8 (liens PubMed? et DOI?)
  43. Stephen Giner, Muséum de Toulon, expo Dinosaures du Var.
  44. (en) Ron Wilson, 100 Dinosaurs from A to Z, New York, Grosset & Dunlap,‎ 1986 (ISBN 978-0-448-18992-5), p. 18
  45. (en) Stephen Attmore, Dinosaurs, Newmarket, England, Brimax Books,‎ 1988 (ISBN 978-0-86112-460-2), p. 18
  46. (en) Mark F. Berry, The dinosaur filmography, Jefferson, North Carolina, McFarland,‎ 2002 (ISBN 978-0-7864-1028-6), p. 273