Stornoway (résidence)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stornoway.
Stornoway
Image illustrative de l'article Stornoway (résidence)
Stornoway
Localisation
Situation 541, avenue Acacia
Ottawa
Flag of Ontario.svg Ontario
Drapeau du Canada Canada
Coordonnées 45° 27′ 10″ N 75° 40′ 44″ O / 45.45275, -75.67881 ()45° 27′ 10″ Nord 75° 40′ 44″ Ouest / 45.45275, -75.67881 ()  

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Stornoway

Géolocalisation sur la carte : Ontario

(Voir situation sur carte : Ontario)
Stornoway
Histoire
Architecte Alan Keefer
Commanditaire Asconio J. Major
Date d'érection 1914
Propriétaire Gouvernement du Canada
Protection Édifice fédéral du patrimoine reconnu (1986)

Stornoway est le nom de la résidence officielle du chef de l'opposition à la Chambre des communes au Canada. Cette résidence lui est fournie en reconnaissance de sa position et de son statut. Localisée au 541, avenue Acacia, dans le quartier Rockcliffe d'Ottawa, Stornoway est évaluée à plus de deux millions de dollars canadiens et coûterait soixante-dix mille dollars annuellement en fonds gouvernementaux pour son entretien. Géographiquement, elle est assez éloignée de la Colline parlementaire à la différence de la résidence officielle du Premier ministre. Cependant, plusieurs résidences d'ambassadeurs sont situées dans le même secteur.

Le chef de l'opposition actuel est M. Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique depuis le 24 mars 2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

La résidence a été construite par l'architecte Alan Keefer en 1914 pour un épicier d'Ottawa, Asconio J. Major. Elle a été baptisée « Stornoway » par ses seconds occupants, les Perley Robertsons, d'après le nom de leur lieu de résidence ancestral situé dans les Hébrides extérieures, en Écosse.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, elle servit de résidence temporaire à la future reine Juliana des Pays-Bas et à sa famille, parmi laquelle se trouvait sa fille Beatrix, la reine actuelle des Pays-Bas.

Stornoway sert de résidence officielle au chef de l'opposition depuis 1950 lorsqu'un groupe de citoyens engagés politiquement acquirent la maison pour la céder par la suite au gouvernement. En 1993 survint une controverse lorsque Lucien Bouchard, le chef du Bloc québécois et chef de l'opposition, refusa d'emménager dans la résidence, par principe, en guise de protestation contre le gouvernement fédéral, choisissant plutôt de s'installer près de Gatineau, au Québec. À la suite de l'élection générale de 1997, le nouveau chef de l'opposition, Preston Manning, refusa d'y habiter mais pour une raison autre. En effet, celui-ci trouvait la résidence trop extravagante et la voyait comme une dépense inutile pour les contribuables. Il se permit même de blaguer en disant qu'on devrait utiliser cette résidence comme salle de bingo avec laquelle on pourrait rembourser une partie de la dette nationale. Il demanda par la suite qu'on lui octroie une résidence plus « modeste » mais emménagea tout de même à Stornoway, quelque temps après, malgré ses principes.

Stornoway a été reconnue édifice fédéral du patrimoine le 11 juillet 1986[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stornoway », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 4 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]