Civilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La civilité ou savoir-vivre désigne un ensemble de règles de vie en communauté telles que le respect d'autrui, la politesse ou la courtoisie.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Dominique Picard, professeur de psychologie sociale à l'Université Paris XIII, les termes de « politesse » et de « savoir-vivre » peuvent être considérés comme des synonymes et définis comme « un ensemble de règles proposant des modèles de conduite adaptés aux différentes situations sociales ».

En effet, l'usage et les dictionnaires les définissent parfois de façon différente, mais pas tous de la même façon. Si bien qu'en mettant côte-à-côte les différentes définitions, on peut indifféremment utiliser l'un des deux termes pour une même définition.

Pourtant, les deux mots continuent de coexister et cela s'explique par le côté ambigu de l'image véhiculée par la politesse (ou le savoir-vivre). D'un côté, la politesse est ressentie comme un acte de convivialité et de respect nécessaire ; et d'un autre comme une hypocrisie qui pousse à faire semblant : d'être content de rencontrer ses partenaires, de les trouver intéressants, de trouver belles les femmes, d'être satisfait du cadeau qu'on reçoit ou du repas qu'on vous sert, etc.

La politesse véhicule donc à la fois une image très positive et une image très négative. Conserver deux termes différents permet de séparer ces deux pôles et de reporter sur l'un les aspects positifs et sur l'autre les aspects négatifs. Ainsi, pour certains moralistes[Lesquels ?] ou certains dictionnaires[Lesquels ?], le savoir-vivre n'est qu'un ensemble de règles désuètes, artificielles et circonscrites dans le milieu bourgeois alors que la politesse est fondée sur le respect et la reconnaissance des autres. On trouve toutefois le contraire chez d'autres auteurs.

Historiquement, le clivage entre ces deux termes a également existé entre les mots de « civilité » et de « politesse ». Aujourd'hui, le terme de civilité n'est que peu usité, tandis que son contraire, l'incivilité, apparaît beaucoup plus souvent dans le langage courant. Selon les situations et le contexte, on lui oppose la politesse ou le respect (mot qui fait actuellement une percée pour représenter l'aspect positif de la politesse ou du savoir-vivre).

Les manuels qui présentent les règles en usage utilisent quasi-unanimement le terme de « savoir-vivre ».

Le civisme est la traduction du savoir-vivre dans le domaine politique.

Selon François Ascher, « la civilité est la capacité d'observer des convenances, de bonnes manières en usage dans un groupe social ». Il décline même le terme en civilité riche et civilité minimale[1].

Règles de civilité dans différentes cultures[modifier | modifier le code]

  • Au Danemark, le tutoiement est fréquent. Il est considéré comme normal.
  • Aux États-Unis, ne pas se servir soi-même est une offense faite à l'hôte.

Évolution des règles de civilité[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Picard, Politesse, savoir-vivre et relations sociales, PUF, 2010 (Que sais-je? 4e édition)
  • Dominique Picard, Pourquoi la politesse? le savoir-vivre contre l'incivilité, Le Seuil, 2007
  • Alain Montadon (dir), Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir vivre du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1995.
  • Alain Montadon (dir), Étiquette et politesse, Clermont-Ferrand, Centre de Recherches sur les littératures Modernes et Contemporaines, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand (Université Blaise Pascal), 1992.
  • Desiderius Erasme, Jean-Baptiste de La Salle, Henri Bergson, La bienséance, la civilité et la politesse enseignées aux enfants, textes réunis par Jean-Pierre Seguin, Paris, Le Cri, 1992.
  • Robert Muchembled, La société policée : politique et politesse en France du XVIème au XXème siècle, Paris, L’Union historique, Seuil, 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Ascher, Métapolis ou l'avenir des villes, pp.155-156.

Articles connexes[modifier | modifier le code]