Politesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politesse, phénakistiscope de 1833

La politesse, du latin politus qui signifie uni, lisse, brillant, regroupe un ensemble de comportements sociaux entre individus visant à exprimer la reconnaissance d'autrui et à être traité en tant que personne ayant des sentiments.

Définition[modifier | modifier le code]

La politesse est définie par un code. Elle demeure un ensemble de règles acquises par l'éducation. Elle comporte une double finalité : faciliter les rapports sociaux en permettant à ceux qui en usent d'avoir des échanges respectueux et équilibrés ; faire la démonstration de son éducation et de son savoir-vivre. Au cours des siècles, certaines règles de politesse se sont figées alors que d'autres évoluaient. De tous temps, des auteurs ont formalisé et rassemblé ces règles dans des traités dits « de civilité » (autrefois) ou « de savoir-vivre ».

La politesse se traduit tous les jours par l'utilisation de certains termes comme bonjour, au revoir, bienvenue, désolé, s'il vous plaît, ou merci, et par des attitudes spécifiques : sourire à qui vous parlez, adapter sa tenue aux circonstances…

Origines[modifier | modifier le code]

La politesse faisant beaucoup moins l'objet de formalisation écrite que les lois dans le sens commun, on est en l'absence sinon pauvreté d'indices archéologiques permettant de savoir ce qui a fait émerger la politesse. Il est communément admis qu'elle est née d'une volonté d'une vie en commun plus équilibrée. Des éthologues ont affirmé que la politesse aurait des origines innées de par son caractère inhibiteur-inhibition que d'autres animaux partagent[1]. Il faudrait assister en direct à la naissance d'une règle de politesse s'étendant significativement pour dépasser les considérations théoriques.

Principes[modifier | modifier le code]

Les codes de la politesse sont considérés comme des principes, c'est-à-dire des règles fondamentales sur lesquelles le reste se construit. À la grande différence des principes scientifiques, les règles de politesse n'acceptent pas la remise en question, et l'expérience prouve qu'il y a besoin de peu d'arguments et de maïeutique pour faire dire « C'est comme ça et puis c'est tout ! » ou un propos similaire à un défenseur de la politesse, occasionnel ou convaincu. Un des plus grands principes est que sans la politesse, la vie en communauté est impossible, ce qui n'a été prouvé par aucune explication théorique. En particulier, un défenseur de la politesse étant fermement ancré dans des principes issus de l'éducation, s'il est de culture française des années 2000, il aura du mal à justifier l'existence de la galanterie, ensemble de règles non réciproques du point de vue du sexe, pourquoi dire bonjour sans aucune autre interaction avec une personne montre qu'on s'attache à elle, pourquoi les gens plus âgés que les autres (adultes élèves, parents enfants…) peuvent les tutoyer et pas réciproquement etc. La meilleure preuve à cela est de faire l'expérience en recourant à la maïeutique.

Conservation[modifier | modifier le code]

Ceci se rattache plus généralement à la conservation d'une norme sociale. Pour assurer sa pérennité lorsqu'elle est devenue une tendance, la politesse recourt à divers moyens :

  • Le conformisme : cet état d'esprit, consistant à penser que la majorité a raison, est le plus puissant pilier de la politesse. En effet, même si ses débuts sont à éclairer, le conformisme est là, et ce depuis bien longtemps.
  • Les principes : les règles de la politesse sont bien souvent érigées comme principe, ce qui dissuade la plupart des gens de les critiquer ou de les changer.
  • La force : qu'elle soit issue de la parole ou d'attaques bien physiques, les gens sortant du cadre de la norme subissent des pressions visant à la normalisation, le rapport de force étant avantageux pour les défenseurs de la règle concernée. Ainsi, en plus des défenseurs occasionnels des règles de la politesse, existent des gens qui imposent la règle aux récalcitrants par la force. Citons un certain nombre de parents et les polices.
  • L'éducation : même s'il est parfois difficile d'inculquer une notion à un enfant, ce dernier sera généralement bien plus réceptif, bien plus ouvert à l'acquis qu'un humain adulte.

Expansion[modifier | modifier le code]

Parfois, il arrive que la politesse veuille acquérir de nouveaux adhérents en masse. Ceci se rattache à une problématique plus vaste, le normalisme, doctrine visant à conformer par la force un maximum de gens à une norme, notamment pour ce qui est de leurs opinions philosophiques, politiques ou religieuses. Dans cette volonté de conquête se créent des conformistes exécutifs.

Hypocrisie et obséquiosité[modifier | modifier le code]

Chez un individu A qui n'apprécie pas un individu B, l'emploi de mots doux ou considérés comme tels du type « Merci beaucoup. », « C'est très gentil. » ou un sourire, aboutit à une relation d'hypocrisie. L'expérience montre que celle-ci peut être volontaire, et ses effets très néfastes car dire quelque chose de foncièrement irrespectueux sous une forme édulcorée est naturellement très affligeant. On constate aussi que les compliments ne sont pas nécessairement sincères, honnêtes, et peuvent se transformer en flatterie ; celle-ci constitue d'ailleurs une technique de base de la manipulation des gens, ce que montre La Fontaine dans la fable Le Corbeau et le Renard. Le sens socratique de l'hypocrisie est rapporté par les philosophes grecs Aristote[2] et Théophraste, qui écrivent que l'hypocrisie consiste à agir et parler en feignant la naïveté[3].
L'obséquiosité est définie comme un empressement douteux[4].
De par son caractère systématique commun aux autres lois, la politesse achoppe parfois sur des cas particuliers inappropriés, la faisant dévier de son but originel. La politesse est un mode de communication : elle ne concerne que la forme employée. Le respect concerne le fond du message communiqué et n'a aucun rapport avec la forme.

Normalité[modifier | modifier le code]

La politesse est la composante des normes sociales traitant des formalités. Tout comme le sous-entend la définition du mot « normal », elle se revendique à la fois comme étant une règle qui veut s'imposer et comme une règle voulant assimiler les anormaux à une moyenne. Cependant, alors que des formes de politesse telles que les salutations, les excuses ou les remerciements sont respectées par la moyenne — ou plutôt la médiane —, les formes de politesses mondaines revêtent un caractère plus exclusif : il n'est même pas là question d'aligner la majorité sur le modèle. On voit ici que le mot « normalité » prête à certaines confusions.

Discrimination[modifier | modifier le code]

Là encore, les problèmes liés à la politesse n'en représentent pas l'intégralité. La politesse se veut comme bienfaisante si ce n'est nécessaire à la vie en société, mais il arrive qu'elle engendre des liens sociaux entachés d'intolérance.

Lorsqu'une personne ne salue pas les autres, elle est généralement « mal vue ». L'absence de cette marque conventionnelle de respect est interprétée non pas comme un acte neutre, ce qu'elle est en soi, mais comme un acte d'irrespect. La personne aura beau être sociable par diverses activités communes, étant vue à tort comme irrespectueuse, elle subira la froideur voire la violence de la part des autres qui se sentent agressés. On a ainsi une réponse d'une violence disproportionnée.

L'origine de cette considération d'incivilité est le fait que sans cette répression de l'anormalité, la règle de politesse aurait été instable et serait disparue.

De plus, la politesse peut être discriminante, quand le non-respect de la règle permet de déterminer si un individu fait partie du même groupe, a reçu la même éducation. Par exemple en France et en Belgique, la grande bourgeoisie et l’aristocratie considère que l’usage de ‘bon appétit’ est trivial, alors que la majorité de la population considère cette locution comme un signe élémentaire de politesse. L’usage ou le non-usage permettra dès lors une différenciation. La connaissance des règles et la capacité à s’adapter confère donc un avantage.

Non universalité et problématiques liées[modifier | modifier le code]

Nul besoin d'être ethnologue pour savoir que les us et coutumes varient selon le lieu et l'époque ; la politesse n'y échappe pas. On a même parfois affaire à des contradictions : par exemple, le rot est vu dans la culture européenne comme sale[Par exemple ?]. La notion de propreté dépend ici beaucoup plus de codes érigés comme principes que d'études bactériologiques. Aussi, là où une femme aux seins nus, même en été, est vu comme obscène en Occident, cela est tout à fait moral dans la plupart des référentiels d'Afrique centrale. Or, la morale a un caractère universel à l'humanité : par exemple, le mépris n'est pas plus mauvais en Chine qu'en Angleterre, et l'amitié ne fait pas plus de bien dans un pays que dans un autre.

Traités formalisés de politesse[modifier | modifier le code]

Comme les lois qui régissent l'État, les règles de politesse font aussi l'objet de formalisation : il existe des traités de politesse

Formes de politesse[modifier | modifier le code]

La politesse se concrétise par des manifestations verbales (formules consacrées) ou comportementales (gestes et attitudes). Elle peut apparaître comme une suite de prescriptions et proscriptions un peu disparates. Quelques exemples issus de différents traités relatif à la culture européenne :

  • dans les transports en commun, on se doit de proposer sa place assise à une personne plus âgée ;
  • dans les lieux publics, notamment dans la rue, on ne crache pas ;
  • le vouvoiement marque la politesse d'un interlocuteur envers une personne inconnue ou plus âgée ;
  • on ne dérange pas une personne quand elle est en communication téléphonique ;
  • on doit retenir une porte battante à la personne qui passe juste derrière soi ;
  • on ne parle pas la bouche pleine ;
  • on n'interrompt pas une conversation entre deux personnes sans respect de l'autre (on peut "couper la parole" tout en étant poli) ;
  • dans une discussion on doit attendre d'avoir la réponse à la question avant de remercier la personne;
  • lors d'un repas, on place le curé à la droite de la maîtresse de maison (forme de politesse devenue obsolète) ;
  • lorsque l'on désigne un groupe de personnes où l'on est inclus, on se cite en dernier : « Pierre, Paul, Jacques et moi ».

Apostrophes épistolaires[modifier | modifier le code]

Codes de politesse spécifiques[modifier | modifier le code]

Tous les groupes humains développent leurs propres codes de politesse. Dans certaines micro-cultures, les variations ne portent que sur certaines règles (comme le nombre de bises que l'on doit se faire pour se saluer) ; dans d'autres, les variations sont plus importantes : la notion de « respect », par exemple, présente des variations importantes selon les milieux sociaux.

Dans les rencontres internationales[modifier | modifier le code]

Dans les rencontres internationales avec plusieurs nationalités, il est considéré comme poli de traduire une partie de la conversation aux participants qui ne comprennent pas la langue employée, afin de leur permettre de prendre part à la conversation. On peut parfois trouver impoli le fait de citer le nom d'une personne présente dans une langue qu'il ne comprend pas, sans lui traduire directement ce qu'on vient de dire. Un aparté trop long entre locuteurs de la même langue dans un groupe qui ne comprend pas cette langue est impoli car personne ne peut prendre part à la conversation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Konrad Lorenz, L'Agression
  2. Éthique à Nicomaque, II, 1108 a 22
  3. Les Caractères, I : L'Hypocrite
  4. Les Caractères, V : L’obséquieux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Bergson, La politesse (1885 et 1892), in Mélanges, PUF, 1972, p. 312 sqq.
  • Alain Montandon (dir.), Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, Paris, Le Seuil, 1995
  • Camille Pernot, La politesse et sa philosophie (coll. « Philosophie d'aujourd'hui »), Paris, PUF, 400 p. (ISBN 2-13-047560-4)
  • Dominique Picard, Politesse, savoir-vivre et relations sociales, PUF, 2010 (Que sais-je?, 4e édition)
  • Dominique Picard, Pourquoi la politesse ? Le savoir-vivre contre l'incivilité, Le Seuil, 2007.
  • Frédéric Rouvillois, Histoire de la politesse de 1789 à nos jours, Flammarion, 2006 (ISBN 2-08-210324-2)
  • Arsène Bouakira, Le Petit Guide des bonnes manières, éditions Favre, 2006.
  • Nadine de Rothschild et Arsène Bouakira, Réussir l'éducation de nos enfants, éditions Favre, mars 2009.
  • Jean-Louis Fournier, Je vais t'apprendre la politesse, Paris, Payot, 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Formule de politesse (c'est un site qui regroupe toutes les formules de politesse par thème)

Sur les autres projets Wikimedia :