Cinéma espérantophone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La langue internationale équitable espéranto est née quelques années avant le cinématographe.

Du fait qu'elle soit supportée par des individus et des associations, ceux-ci ne disposaient généralement pas des moyens nécessaires à la réalisation d'un long métrage. Plus fréquents sont les clins d'œil à l'espéranto comme dans Le Dictateur de Charlie Chaplin.

Avec l'apparition du web 2.0, il est devenu plus facile aux espérantophones et aux associations d'espéranto de diffuser de petites séquences vidéos (films éducatifs, documentaires sur les congrès...) par internet ou de créer des sous-titres de façon collaborative.

Réalisateurs espérantophones[modifier | modifier le code]

Compagnies de production espérantophones[modifier | modifier le code]

Angoroj

Films en espéranto[modifier | modifier le code]

Longs métrages en espéranto[modifier | modifier le code]

Courts-métrages en espéranto[modifier | modifier le code]

Films contenant de l'espéranto[modifier | modifier le code]

  • Manifestation en faveur de la langue espéranto / 1911, (fiche imdb).
  • Memmortigo.
  • Le Diabolique docteur Mabuse / 1960. Le film de Fritz Lang est tiré d'une nouvelle écrite en espéranto par Jean Forge. L'auteur a également produit des films en espéranto, qui ne semblent pas avoir survécu.
  • Le Dictateur / 1940. Charlie Chaplin, décida d'écrire les enseignes du ghetto juif en espéranto, plutôt qu'en allemand afin de laisser les spectateurs faire eux-mêmes le lien avec l'Allemagne nazie.
  • Idiot's delight / 1939. L'histoire se passe dans un pays d'Europe où l'espéranto est la langue nationale.
  • Lady of the tropics / 1939.
  • Jan Arima no shûgeki / 1959. Film japonais, où les ennemis parlent en espéranto, au lieu du portugais, afin de ne pas choquer les Portugais.
  • En route vers Singapour / 1940. Une chanson en espéranto.
  • La ciutat cremada / 1976. Une scène représente des travailleurs anarchistes apprenant l'espéranto.
  • Blistajuŝĉij mir / 1984.
  • Nokto de la Galaksia Fervojo / 1985. Film d'animation contemplatif, fondé sur une nouvelle dont l'auteur était favorable à la langue. Tout ce qui est écrit l'est en espéranto.
  • Vec vidjeno / 1987. L'un des personnages est enseignant d'espéranto.
  • Bienvenue à Gattaca / 1997. Les annonces du complexe sont en espéranto puis en anglais dans la version originale du film.
  • El coche de pedales / 2004. L'un des personnages est enseignant d'espéranto.
  • Blade: Trinity / 2004. Un petit dialogue en espéranto, quelques signes sont bilingues, le drapeau de l'espéranto est également présent. On peut également voir une télévision où passe le film Incubus.
  • Glossolalie / 2005. Un film expérimental d'Érik Bullot. Un dialogue et des chansons entre une mère et sa fille. Cette dernière a appris l'espéranto comme langue maternelle.

Films dont les sous-titres existent en espéranto[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]