Fundamento de Esperanto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Le Fundamento de Esperanto (Fondement de l'espéranto) est un livre écrit par L. L. Zamenhof en 1905.

Édité au printemps 1905 et officialisé par le 4e article de la Déclaration de Boulogne « Bulonja Deklaracio », puis approuvé le 9 août 1905 lors du premier congrès mondial d'espéranto à Boulogne-sur-Mer, le Fundamento fixe les règles[1] de la langue espéranto en 1905.

Le Fundamento comprend quatre parties : un avant-propos, une grammaire, un recueil d’exercices, et un dictionnaire. Certaines parties du Fundamento sont écrites en 5 langues (le français, l’anglais, l’allemand, le russe et le polonais).

Les textes qui suivent sont les textes originaux parus dans le Fundamento en 1905 : version française de la grammaire et un extrait du dictionnaire. Pour de plus amples connaissances sur la grammaire de l'espéranto, voir aussi Alphabet de l'espéranto, Grammaire de l'espéranto.

Grammaire[modifier | modifier le code]

Alphabet[modifier | modifier le code]

Lettre Prononciation/français Lettre Prononciation/français
Α, a, a K, k, k
B, b, b L, l, l
C, c, ts (tsar) M, m, m
Ĉ, ĉ, tch (tchèque) N, n, n
D, d, d O, o, ô
E, e, è P, p, p
F, f, f R, r, r
G, g, g dur (gant) S, s, ss, ç
Ĝ, ĝ, dj (adjoint) Ŝ, ŝ, ch (chat)
H, h, h légèrement aspiré T, t, t
Ĥ, ĥ, h fortement aspiré U, u, ou
I, i, i Ŭ, ŭ, ou bref (dans l’allemand « laut »)
J, j, y (yeux) V, v, v
Ĵ, ĵ, j Z, z, z

Remarque. ― Les typographies qui n’ont pas les caractères ĉ, ĝ, ĥ, ĵ, ŝ, ŭ, peuvent les remplacer par ch, gh, hh, jh, sh, u. Les notations « cx, gx, hx, jx, sx, ux », sont apparues ultérieurement pour des raisons de traitements informatiques. D'autres représentations plus ou moins sporadiques telles que « ^g » « u( » « g' » ont été utiliées. Mais aucune ne fait partie du Fundamento, (la plus traditionnelle, le "h", n'est qu'une proposition de Zamenhof).

Parties du discours[modifier | modifier le code]

  • Règle 1. L’Espéranto n’a qu’un article défini (la), invariable pour tous les genres, nombres et cas. Il n’a pas d’article indéfini.
    Remarque. ― L’emploi de l’article est le même qu’en français ou en allemand. Mais les personnes auxquelles il présenterait quelque difficulté peuvent fort bien ne pas s'en servir.
  • Règle 2. Le substantif finit toujours par 'o'. Pour former le pluriel on ajoute 'j' au singulier. La langue n’a que deux cas: le nominatif et l’accusatif. Ce dernier se forme à partir du nominatif par l’addition d’un 'n'. Les autres cas sont marqués par des prépositions: le génitif par 'de' (de), le datif par 'al' (à), l’ablatif par 'per' (par, au moyen de) ou par d’autres prépositions, selon le sens. Ex.: la patr'o ― le père; al la patr'o ― au père, de la patr'o ― du père, la patr'o'n ― le père (à l’accusatif, c.-à-d. complément direct), per la patr'o'j ― par les pères ou au moyen des pères, la patr'o'j'n ― les pères (accus. plur.), por la patr'o ― pour le père, kun la patr'o'j ― avec les pères, etc.
  • Règle 3. L’adjectif finit toujours par 'a'. Ses cas et ses nombres se marquent de la même manière que ceux du substantif. Le comparatif se forme à l’aide du mot 'pli' ― plus, et le superlatif à l’aide du mot 'plej' ― le plus. Le "que" du comparatif se traduit par 'ol' et le "de" du superlatif par 'el' (d’entre). Ex.: pli blank'a ol neĝ'o ― plus blanc que neige; mi hav'as la plej bel'a'n patr'in'o'n el ĉiu'j ― j’ai la plus belle mère de toutes.
  • Règle 4. Les adjectifs numéraux cardinaux sont invariables: unu (1), du (2), tri (3), kvar (4), kvin (5), ses (6), sep (7), ok (8), naŭ (9), dek (10), cent (100), mil (1000). Le dizaines et les centaines se forment par la simple réunion des dix premiers nombres. Aux adjectifs numéraux cardinaux on ajoute: la terminaison (a) de l’adjectif, pour les numéraux ordinaux; obl, pour les numéraux multiplicatifs; on, pour les numéraux fractionnaires; op, pour les numéraux collectifs. On met po avant ces nombres pour marquer les numéraux distributifs. Enfin, dans la langue, les adjectifs numéraux peuvent s’employer substantivement ou adverbialement. Ex.: Kvin'cent tri'dek tri ― 533; kvar'a ― 4me; tri'obl'a ― triple; kvar'on'o ― un quart; du'op'e ― à deux; po kvin ― au taux de cinq (chacun); unu'o ― (l’) unité; sep'e ― septièmement.
  • Règle 5. Les pronoms personnels sont: mi (je, moi), vi (vous, tu, toi), li (il, lui), ŝi (elle), ĝi (il, elle, pour les animaux ou les choses), si (soi), ni (nous), ili (ils, elles), oni (on). Pour en faire des adjectifs ou des pronoms possessifs, on ajoute la terminaison (a) de l’adjectif. Les pronoms se déclinent comme le substantif. Ex.: mi'n ― moi, me (accus.), mi'a ― mon, la vi'a'j ― les vôtres.
  • Règle 6. Le verbe ne change ni pour les personnes, ni pour les nombres. Ex.: mi far'as ― je fais, la patr'o far'as ― le père fait, ili far'as ― ils font.
    • Formes du verbe :
      • Le présent est caractérisé par as; ex.: mi far'as ― je fais.
      • Le passé, par is: vi far'is ― vous faisiez, vous avez fait.
      • Le futur, par os: ili far'os ― ils feront.
      • Le conditionnel, par us: ŝi far'us ― elle ferait.
      • L’impératif, par u: far'u ― fais, faites; ni far'u ― faisons.
      • L’infinitif, par i: far'i ― faire.
      • Le participe présent actif, par 'ant': far'ant'a ― faisant, far'ant'e ― en faisant.
      • Le participe passé actif, par 'int': far'int'a ― ayant fait.
      • Le participe futur actif, par 'ont': far'ont'a ― devant faire, qui fera.
      • Le participe présent passif, par 'at': far'at'a ― étant fait, qu’on fait.
      • Le participe passé passif, par 'it': far'it'a - ayant été fait, qu’on a fait.
      • Le participe futur passif, par 'ot': far'ot'a ― devant être fait, qu’on fera.
      • La voix passive n’est que la combinaison du verbe 'esti' (être) et du participe présent ou passé du verbe passif donné. Le „de” ou le „par” du complément indirect se rendent par de. Ex.: ŝi est'as am'at'a de ĉiu'j ― elle est aimée de tous (part. prés.: la chose se fait). La pord'o est'as ferm'it'a ― la porte est fermée (part. pas.: la chose a été faite).
  • Règle 7. L’adverbe est caractérisé par e. Ses degrés de comparaison se marquent de la même manière que ceux de l’adjectif. Ex.: mi'a frat'o pli bon'e kant'as ol mi ― mon frère chante mieux que moi.
  • Règle 8. Toutes les prépositions veulent, par elles-mêmes, le nominatif.

Règles générales[modifier | modifier le code]

  • Règle 9. Chaque mot se prononce absolument comme il est écrit.
  • Règle 11. Les mots composés s’obtiennent par la simple réunion des éléments qui les forment, écrits ensemble, mais séparés par de petits traits (1). Le mot fondamental doit toujours être à la fin. Les terminaisons grammaticales sont considérées comme des mots. Ex.: vapor'ŝip'o (bateau à vapeur) est formé de: vapor ― vapeur, ŝip ― bateau, o ― terminaison caractéristique du substantif. (1). Dans les lettres ou dans les ouvrages, qui s’adressent à des personnes connaissant déjà la langue, on peut omettre ces petits traits. Ils ont pour but de permettre à tous de trouver aisément, dans le dictionnaire, le sens précis de chacun des éléments du mot, et d’en obtenir ainsi la signification complète, sans aucune étude préalable de la grammaire
  • Règle 12. S’il y a dans la phrase un autre mot de sens négatif, l’adverbe ne se supprime. Ex.: mi neniam vid'is ― je n’ai jamais vu.
  • Règle 13. Si le mot marque le lieu où l’on va, il prend la terminaison de l’accusatif. Ex.: kie vi est'as? ― où êtes-vous? kie'n vi ir'as? ― où allez-vous? mi ir'as Pariz'o'n ― je vais à Paris.
  • Règle 14. Chaque préposition possède en Espéranto, un sens immuable et bien déterminé, qui en fixe l’emploi. Cependant, si le choix de celle-ci plutôt que de celle-là ne s’impose pas clairement à l’esprit, on fait usage de la préposition je qui n’a pas de signification propre. Ex.: ĝoj'i je tio ― s’en réjouir, rid'i je tio ― en rire, enu'o je la patr'uj'o ― regret de la patrie. La clarté de la langue n’en souffre aucunement, car, dans toutes, on emploie, en pareil cas, une préposition quelconque, pourvu qu’elle soit sanctionnée par l’usage. L’Espéranto adopte pour cet office la seule préposition 'je'. À sa place on peut cependant employer aussi l’accusatif sans préposition, quand aucune amphibologie n’est à craindre.
  • Règle 15. Les mots « étrangers » c.-à-d. ceux que la plupart des langues ont empruntés à la même source, ne changent pas en Espéranto. Ils prennent seulement l’orthographe et les terminaisons grammaticales de la langue. Mais quand, dans une catégorie, plusieurs mots différents dérivent de la même racine, il vaut mieux n’employer que le mot fondamental, sans altération, et former les autres d’après les règles de la langue internationale. Ex.: tragédie ― tragedi'o, tragique ― tragedi'a.
  • Règle 16. Les terminaisons des substantifs et de l’article peuvent se supprimer et se remplacer par une apostrophe. Ex.: Ŝiller’ (Schiller) au lieu de Ŝiller'o; 'de l’ mond' au lieu de 'de la mondo'.

Dictionnaire[modifier | modifier le code]

UNIVERSALA VORTARO DE LA LINGVO INTERNACIA ESPERANTO

Ĉion, kio estas skribita en la lingvo internacia Esperanto, oni povas kompreni kun helpo de tiu ĉi vortaro. Vortoj, kiuj formas kune unu ideon, estas skribataj kune, sed dividataj unu la alia per streketo, tiel ekzemple la vorto « frat'in'o », prezentante unu ideon, estas kunmetita el tri vortoj, el kiuj ĉiun oni devas serĉi aparte.

Tout ce qui est écrit en langue internationale Esperanto peut se comprendre à l’aide de ce dictionnaire. Les mots qui forment ensemble une seule idée s’écrivent ensemble mais se séparent les uns des autres par de petits traits. Ainsi, par exemple, le mot « frat'in'o », qui n’exprime qu’une idée est formé de trois mots, et chacun d’eux se cherche à part.

Everything written in the international language Esperanto can be translated by means of this vocabulary. If several words are required to express one idea, they must be written in one but, separated by commas; e.g. « frat'in'o » though one idea, is yet composed of three words, which must be looked for separately in the vocabulary.

Alles, was in der internationalen Sprache Esperanto geschrieben ist, kann man mit Hülfe dieses Wörterbuches verstehen. Wörter, welche zusammen einen Begriff bilden, werden zusammen geschrieben, aber von einander, durch einen senkrechten Strich getrennt; so ist z. B. das Wort « frat'in'o », welches einen Begriff bildet, aus drei Wörtern zusammengesetzt, deren jedes besonders zu suchen ist.

Все, что написано на международномъ языкѣ Эсперанто, можно понимать съ помощью этого словаря. Слова составляющія вмѣстѣ одно понятіе, пишутся вмѣстѣ, но отдѣляются другъ отъ друга черточкой; такъ напримѣръ слово « frat'in'o », составляя одно понятіе, сложено изъ трехъ словъ, изъ которыхъ каждое надо искатъ отдѣльно.

Wszystko co napisano w języku międzynarodowyn Esperanto, można zrozumieć przy pomocy tego słownika. Wyrazy, stanowiące razem jedno pojęcie, pisze się razem, lecz oddziela się kréską pionową; tak naprzykład wyraz « frat'in'o » stanowiący jedno pojęcie, złożony jest z trzech wyrazów, z których każdego należy szukać oddzielnie.

Quelques exemples seulement (Version complète en ligne)

  • ĉirkaŭ autour de, environ | about, around | um, herum, gegen | около, кругомъ |
  • desegn' dessiner | design, purpose | zeichnen | чертить | kreślić, rysować.
  • dom' maison | house | Haus | домъ | dom.
  • efik' opérer, agir | effect | wirken | дѣйствовать | działać, skutkonwać.
  • fag' hêtre | beech-tree | Buche | букъ | buk.
  • fil' fils | son | Sohn | сынъ | syn.
  • gust' goût | taste | Geschmack | вкусъ | smak, gust.
  • ĥaos' chaos | chaos | Chaos | хаосъ | zamęt, chaos.
  • har' cheveu | hair | Haar | волосъ | włos.
  • ies de quelqu’un | anyone’s | irgend jemandes | чей-нибудь | czyjś.
  • infan' enfant | child | Kind | дитя | dziecię.
  • ĵaŭd' jeudi | Thursday | Donnerstag | четвергъ | czwartek.
  • kolekt' amasser, collectionner | collect | sammeln | собирать | zbierać.
  • morter' mortier | mortar | Mörtel | замазка | zaprawa (wapienna).
  • mult' beaucoup, nombreux | much, many | viel | много | wiele.
  • ni nous | we | wir | мы | my.
  • oliv' olive | olive | Olive | маслина | oliwa.
  • pentr' peindre | paint | malen | рисовать | rysować, malować.
  • pudr' poudre | powder | Puder | пудра | puder.
  • reciprok' mutuel, réciproque | mutual, reciprocal | gegenseitig | взаимный | wzajemny.
  • ruz' rusé, astucieux | trick, ruse | listig | хитрый | chytry.
  • ŝakal' chacal | jackal | Schakal | шакалъ | szakal.
  • sam' même (qui n’est pas autre) | same | selb, selbst (z. B. derselbe, daselbst) | же, самый (напр. тамъ же, тотъ самый) | źe, sam (np. tamźe, ten sam).
  • ŝark' requin | shark, sea-dog | Haifisch | акула | haja, wilk morski.
  • sekv' suivre | follow | folgen | слѣдовать | nastąpić.
  • servic' service | set of dishes, plates, etc | Service | сервизъ | serwis.
  • soif' avoir soif | thirst | dursten | жаждать | pragnąć, doznawać pragnienia.
  • te' thé | tea | Thee | чай | herbata.
  • util' utile | useful | nützlich | полезный | pożyteczny.
  • vulp' renard | fox | Fuchs | лисица | lis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le fondement doit être strictement intangible même avec ses erreurs, avant-propos, par L. L. Zamenhof

Liens externes[modifier | modifier le code]