Chacal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chacal (homonymie).
Chacal
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Chacal » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Canis mesomelas vu sur la plage aux otaries en Namibie
Canis mesomelas vu sur la plage aux otaries en Namibie
Taxons concernés

Dans le genre Canis

  • Voir texte

Chacal est le nom vernaculaire désignant en français plusieurs espèces de petite ou moyenne taille de la famille des Canidés. Comme le loup et le chien, ils appartiennent au genre Canis.

On les trouve en Afrique et en Asie. Les chacals occupent une niche écologique semblable à celle du coyote en Amérique du Nord. Ils peuvent parfois se joindre à un petit groupe, mais ils chassent généralement seuls. De nature opportuniste, ils se nourrissent principalement de charognes et de fruits et chassent de petites proies : petits mammifères, insectes, grenouilles, lézards et oiseaux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme chacal dériverait du sanskrit सृगल (sṛgālá) qui signifie « le hurleur » via le persan شغال (šaḡāl) et le turc çakal. Toutes les langues européennes ont leur nom vernaculaire formé à partir de cette même racine, même si le terme latin est thos, terme qui est lui, probablement originaire du carthaginois[1].

Biologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des chacals sont celles des Canidés et du genre Canis, avec des différences pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations, notamment sur leur constitution physique ou leur mode de vie respectif.

Ils partagent toutefois plusieurs caractéristiques communes à la majorité des espèces comme la communication orale qui est très importante chez tous les chacals.

Toutefois la gamme des cris est un peu différente selon les espèces.
Les chacals à chabraque et dorés ont un registre plus étendu et sont bien plus bavards. Pour se reconnaître, les chacals à chabraque glapissent (cependant parfois hurlent), tandis que les chacals dorés hurlent (cependant parfois glapissent). Ces derniers émettent une sorte de reniflement à l'approche d’un danger. Les deux espèces poussent de longs hurlements perçants tout en courant, entrecoupés d’aboiements très courts, qui servent à rassembler la meute avant la chasse.

Le chacal rayé est plus silencieux. D’une voix basse, il émet des glapissements ou des aboiements.

Le cri du chacal de Simien est aigu et répété.

Espèces[modifier | modifier le code]

Répartition géographique

Mythologie[modifier | modifier le code]

Le dieu de la mort et de l'embaumement de la mythologie égyptienne, Anubis, était représenté sous les traits d'un homme à tête de chacal. Il en va de même pour le dieu Oupouaout. C'est aussi le véhicule de la Déesse hindoue Kâlî, déesse du Temps et de la Mort.

Le chacal joue dans les fables indiennes et africaines le même rôle que le renard dans les fables européennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Dossier consacré au chacal

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Chacal » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales