Casalabriva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Casalabriva
Casalabriva (co)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Arrondissement de Sartène
Canton Canton de Petreto-Bicchisano
Intercommunalité Communauté de communes du Taravu
Maire
Mandat
Vincent Micheletti
2014-2020
Code postal 20140
Code commune 2A071
Démographie
Gentilé Casalabrivais
Casalabrivacci (co)
Population
municipale
180 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 45′ 14″ N 8° 56′ 16″ E / 41.7538888889, 8.9377777777841° 45′ 14″ Nord 8° 56′ 16″ Est / 41.7538888889, 8.93777777778  
Altitude 600 m (min. : 16 m) (max. : 1 115 m)
Superficie 15,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Casalabriva
Casalabriva (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Casalabriva
Casalabriva (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Casalabriva
Casalabriva (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Casalabriva
Casalabriva (co)

Casalabriva (en corse Casalabriva, prononcé [ka.za.la.ˈbri.wa]) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse.

C’est l’une des six communes du canton de Petreto-Bicchisano. Tout comme Olivese, dont est originaire le maire de la commune, elle se caractérise par un habitat groupé en village. Ses collines sont couvertes de maquis, de chênes verts et de châtaigniers, dessinent un magnifique paysage verdoyant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Casalabriva est traversé par la RN 196.

Il se situe à 8,5 km de Petreto-Bicchisano à 5,7 km d’Olmeto et à 3 km de Sollacaro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le village de Casalabriva dépendait de la seigneurie d’Istria et de la piève de Valle d’Istria. À l’époque moderne, elle formait l’une des douze communautés de la piève d’Istria qui deviendra en 1793 « canton du Taravo » puis « canton de Petreto-Bicchisano » à partir de 1828. Suite à la loi du 29 avril 1854, qui valide un échange de terre avec la commune d’Olmeto, les nouvelles limites de la commune sont fixées. La commune connaîtra une période d’expansion démographique à partir de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale (1856 : 311 habitants, 1876 : 380 hab., 1891 : 449 hab., 1911 : 529 hab.). Par la suite la population ne cessera de décroître pour atteindre son niveau le plus bas en 1982 (136 habitants). Ce n’est que depuis les années 1990 que la commune connaît de nouvelles hausses de la population (1990 : 150 habitants, 1999 : 181 hab., 2006 : 187 hab.).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Tony Ogliastroni    
1965 1995 Jean-Pierre Cesari    
1995 2002 Jean-Marc Nicolai    
2002 2003 Antoine Olivesi    
2003 En cours Vincent Micheletti[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 180 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
362 257 222 270 200 275 277 266 311
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
329 382 381 380 428 442 449 422 461
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
464 529 440 518 449 451 296 255 174
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
162 139 136 150 181 187 180 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique
'
  311
  380
  449
  422
  529
  440
  296
  150
  162
  139
  136
  150
  181
  187
  179

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Michel

Elle a été construite entre 1873 et 1883, en remplacement de l'église Saint-Antoine qui menaçait de s'effondrer. En 1931 d’importants travaux de restaurations sont nécessaires, suite à son mauvais état. Cette restauration aura lieu au cours du deuxième quart du XXe siècle. Le gros œuvre est fait de granite et moellon sans chaîne en pierre de taille. La couverture elle, est faite de tuile creuse.

Pont de Calzola 03.JPG
  • Pont de Calzola (Pont tordu)

Pont sur le Taravo marquant la limite avec la commune de Pila-Canale. La particularité de ce pont, est qu’il présente deux virages semblant dus à un défaut d'alignement entre les arches d'extrémité.

  • Monument aux morts

Le monument a été érigé en lieu et place de l'ancienne église Saint-Antoine.

  • Fontaine (au coeur du village)

La fontaine qui se situe au cœur du village, date du mois d’août 1864.

La place du village dessinée par l'architecte Allan Arry a été achevée en 1998. Sa beauté l'a fait surnommer u cacatoghju di u paesu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :