Carl Vogt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vogt.

Carl Vogt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Carl Vogt (1817-1895)

Naissance 5 juillet 1817
Giessen, Allemagne
Décès 5 mai 1895 (à 77 ans)
Genève, Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession

August Christoph Carl Vogt est un naturaliste et médecin suisse d'origine allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né le 5 juillet 1817 à Giessen, en Allemagne, où il étudie la médecine et la chimie (sous la direction de Justus von Liebig) à l'université de Giessen. En 1835 il se réfugie à Berne, où son père, Philipp Friedrich Wilhelm Vogt (1787-1861), est professeur de médecine. Il étudie la physiologie et l'anatomie sous la direction de Valentin.
Après avoir obtenu son diplôme de médecin en 1839, il va travailler à Neuchâtel sous la direction de Louis Agassiz (1807-1873). C'est là qu'il sera, en 1842, le premier à attirer l'attention sur le phénomène biologique de la mort cellulaire programmée aujourd'hui connu sous le nom d'apoptose, en étudiant le système nerveux en développement et les métamorphoses des têtards du crapaud accoucheur (Alytes obstetricans)[1].
En 1845 il entreprend de nouvelles études à la Sorbonne et à Nice. Pendant son séjour en France il rencontre des socialistes comme Pierre-Joseph Proudhon, Karl Marx, Alexandre Herzen et Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine.

En 1848 il devient professeur à l'université de Giessen grâce aux recommandations de Justus von Liebig et d'Alexander von Humboldt. Élu député au Parlement de Francfort, son activisme politique durant la révolution de 1848 le conduit à se réfugier à Genève où il commence par enseigner la géologie, puis la paléontologie.

Devenu citoyen genevois, il joue un rôle important dans les affaires publiques de cette ville en qualité de conseiller aux États et conseiller national. Ayant attaqué Marx, ce dernier répondit par un texte intitulé Herr Vogt (publié à Londres en 1860).

Il fut connu par ses discours publics sur le matérialisme et la théorie de l'évolution de Charles Darwin. Ce dernier le remercie pour son soutien dans l'introduction de La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe (The Descent of Man, and Selection in Relation to Sex). En 1872, il devient professeur titulaire de la chaire de zoologie et directeur de l'Institut de zoologie de Genève, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort survenue le 5 mai 1895.

Son fils, William Vogt (1859-1918), sera un virulent pamphlétaire antimaçonnique, par opposition au père, franc-maçon[2].

Carl Vogt (1817-1895). Statue en bronze située devant l'entrée principale de l'Université des Bastions à Genève

Orientation bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Pont, Danièle Bui, François Dubosson et Jan Lacki (1998). Carl Vogt, science, philosophie et politique (1817-1895), actes du colloque de mai 1995. Georg éditeur (Chêne-Bourg, Suisse), collection Bibliothèque d'histoire des sciences : xii + 399 p. (ISBN 2-8257-0595-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vogt C. Untersuchungen uber die Entwicklungsgeschichte der Geburtshelferkroete (Alytes obstetricans). Jent und Gassmann, Solothurn (1842).
  2. Plaquette de la loge maçonnique genevoise l'union des cœurs, 8 et 9 novembre 2003, page 17

Sur les autres projets Wikimedia :