Carl Peter Thunberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carl Peter Thunberg (tableau de 1808).
Prodromus plantarum Capensium (Prodrome des plantes du Cap)

Carl Peter Thunberg est un naturaliste suédois, né le 11 novembre 1743 à Jönköping et mort le 8 août 1828 à Thunaberg près d'Uppsala. Il a été surnommé le « Père de la botanique sud-africaine » et le « Linné japonais ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit les cours de Linné à l'université d'Uppsala. Il obtient ses titres de docteur en médecine et en histoire naturelle en 1767. En 1770, il quitte la Suède pour Paris, où il continue ses études dans ces deux disciplines, en effectuant un stage au jardin du Roi[1].


En 1771, durant un voyage aux Pays-Bas, il étudie les jardins botaniques et les muséums d'Amsterdam et de Leyde. Il se propose pour partir visiter les colonies hollandaises et le Japon afin d'y collecter des spécimens pour les jardins botaniques hollandais. Il part en décembre 1771 comme médecin à bord d'un navire de la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Il arrive au Cap où il demeure trois ans dans la colonie hollandaise pour y apprendre le hollandais. Son but est de pouvoir se faire passer pour un hollandais au Japon, pays ouvert uniquement aux marchands protestants hollandais. Durant son séjour, il fait plusieurs expéditions dans l'intérieur des terres, rencontrant souvent de grands dangers, afin de collecter des spécimens de plantes et d'animaux.

En mars 1775, Thunberg part pour l'île de Java et reste à Batavia pendant deux mois.

En août 1775, il arrive à la manufacture hollandaise de la Compagnie hollandaise des Indes orientales sur la minuscule île artificielle de Dejima (120 m sur 75 m) dans la baie de Nagasaki, relié à la terre par un terre-plein. Il y travaille comme chirurgien (1775-1776). Comme les autres Hollandais de cette implantation, il n'avait presque pas la possibilité d'aller à terre. Il put néanmoins conduire quelques recherches botaniques.

Afin d'obtenir plus de spécimens, il négocie auprès de ses interprètes, l'échange de connaissances de la médecine occidentale contre de nouveaux spécimens végétaux. Mi-1776, il peut accompagner le directeur de la colonie hollandaise lors d'une visite au shogun à Edo (l'ancien nom de Tōkyō). Durant ce long périple, il peut herboriser de nombreuses plantes.

Thunberg quitte le Japon en novembre 1776. Après une courte halte à Java, il arrive à Colombo, Ceylan (aujourd'hui Sri Lanka), en juillet 1776. Il fait plusieurs voyages dans l'île, notamment pour visiter la colonie hollandaise de Galle. Il continue, bien sûr, ses herborisations.

En février 1778, Thunberg quitte Ceylan pour Amsterdam. Durant son retour, il s'arrête durant deux semaines au Cap et arrive à Amsterdam en octobre 1778. Il va tout d'abord à Londres où il rencontre Sir Joseph Banks. Il voit la collection japonaise du naturaliste allemand Engelbert Kaempfer (1651-1716) qui avait été, avant lui, à Dejima. Il rencontre également Johann Reinhold Forster qui lui fait visiter ses collections assemblées lors du second voyage de James Cook.

Il retourne en Suède en mars 1779 où il apprend la mort de Linné survenue un an plus tôt. Il le remplace bientôt à l'université d'Uppsala comme professeur de médecine et d'histoire naturelle (1781).

Le résultat de ses recherches paraissent sous le titre de Flora Japonica en 1784. Il donne, à de nombreuses espèces nouvelles, l'épithète de japonica ; la plupart provenaient en fait de Chine et avaient été importées au Japon pour orner les jardins du pays.

En 1788, il fait paraître le récit de son voyage sous le titre de Voyages de C.P. Thunberg au Japon par le Cap de Bonne-Espérance, les Isles de la Sonde, etc.. Le récit de son séjour à Dejima est assez sombre, il y raconte notamment sa vie de tous les jours avec un nombre important de détails comme obligatoirement marcher dans la rue du côté gauche ...

Il complète son œuvre botanique par Prodomus plantarum en 1800, Icones plantarum japonicarum en 1805 et Flora capensis en 1813. Il fait paraître de nombreux articles dans les revues scientifiques suédoises et d'autres pays. Il est fait membres honoraires de 26 sociétés savantes. Thunberg devient ainsi membre de la Royal Society le 3 avril 1788. Auteur prolifique, 112 titres lui sont attribués. Il a compté parmi ses élèves Johan Emanuel Wikström et Johann van der Deutz.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le genre tropical Thunbergia Retz., de la famille des Acanthaceae, lui a été dédié, ainsi que Thunbergiella H.Wolff, de la famille des Apiaceae, et Thunbergianthus Engl., de la famille des Scrophulariaceae. Plus de 250 espèces végétales, mais aussi animales, lui ont dédiées.

Quelques publications[modifier | modifier le code]

Éditions anciennes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Botanique
    • Flora Japonica (1784)
    • Prodromus Plantarum Capensium (Uppsala, 1794).
    • Flora Capensis (1807, 1811, 1813, 1818, 1820, 1823)
    • Voyages de C.P. Thunberg au Japon par le Cap de Bonne-Espérance, les Isles de la Sonde, etc.
    • Icones plantarum japonicarum (1805)
  • Entomologie
    • Donationis Thunbergianae 1785 continuatio I. Museum naturalium Academiae Upsaliensis, pars III, 33-42 pp. (1787).
    • Dissertatio Entomologica Novas Insectorum species sistens, cujus partem quintam. Publico examini subjicit Johannes Olai Noraeus, Uplandus. Upsaliae, pp. 85–106, pl. 5. (1789).
    • Periculum entomologicum, Uppsala (1798), avec Samuel Törner
    • D. D. Dissertatio entomologica sistens Insecta Suecica. Exam. Jonas Kullberg. Upsaliae, pp. 99–104 (1794).

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • (1966). Le Japon du XVIIIe siècle vu par un botaniste suédois Ch.-P. Thunberg. Calmann-Lévy (Paris) : 301 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Walters (2003). A Concise History of Ornithology. Yale University Press (New Haven, Connecticut) : 255 p. (ISBN 0-300-09073-0)
  • Jean-Marie Pelt, "Avec Thunberg, cap sur le Cap!" dans La Cannelle et le panda : les grands naturalistes explorateurs autour du Monde, éd. Fayard 1999 (ISBN 978-2213-60466-4)

Références[modifier | modifier le code]

  1. * Jean-Marie Pelt, "Avec Thunberg, cap sur le Cap!" dans La Cannelle et le panda : les grands naturalistes explorateurs autour du Monde, éd. Fayard 1999 (ISBN 978-2213-60466-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Thunb. est l’abréviation botanique officielle de Carl Peter Thunberg.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI