Bradykinine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bradykinine
molécule de bradykinine
molécule de bradykinine
Identification
No CAS 58-82-2
No EINECS 200-398-8
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C50H73N15O11  [Isomères]
Masse molaire[1] 1 060,2085 ± 0,0514 g/mol
C 56,64 %, H 6,94 %, N 19,82 %, O 16,6 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La bradykinine est une kinine fabriquée sous l'action d'une enzyme libérée dans la sueur. Elle a un effet vasodilatateur.

Il s'agit d'une hormone peptidique (nonapeptide) qui agit sur les muscles lisses, qui dilate les vaisseaux sanguins et qui augmente la perméabilité des capillaires.

Structure[modifier | modifier le code]

La séquence d’acides aminés de la bradykinine est : arg - pro - pro - gly - phe - ser - pro - phe - arg.

Synthèse[modifier | modifier le code]

L’activité du système kinine-kallikréine entraîne la fabrication de la bradykinine par clivage protéolytique de son précurseur kininogène, kininogène de haut poids moléculaire (KHPM), en faisant intervenir une enzyme, la kininogénase.

Métabolisme[modifier | modifier le code]

Chez les êtres humains, la bradykinine est dégradée par trois kininases : l'Enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), l’aminopeptidase P (APP) et la carboxypeptidase N (CPN), qui clivent les positions 7-8, 1-2, et 8-9, respectivement[2],[3].

Rôle physiologique[modifier | modifier le code]

Effets[modifier | modifier le code]

La bradykinine est un puissant vasodilatateur endothélium-dépendant, qui provoque la contraction des muscles lisses non vasculaires dans la circulation systémique, augmente la perméabilité vasculaire et est également impliquée dans le mécanisme de la douleur. À certains égards, son action est similaire à celle de l’histamine ; comme l’histamine, elle est libérée des veinules plutôt que des artérioles. Dans la circulation pulmonaire, elle a un effet vasoconstricteur. Au niveau du canal artériel aussi, où elle permet sa fermeture vers le troisième jour de vie (synthétisée au niveau des capillaire pulmonaires et relarguée dans l'organisme après l'ouverture du circuit sanguin pulmonaire à la naissance).

La bradykinine induit l’augmentation des taux de calcium dans les astrocytes néocorticaux, de sorte qu’ils libèrent du glutamate[4].

On suppose que la bradykinine est à l’origine de la toux sèche, observée chez certains patients prenant des médicaments inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA). Cette toux réfractaire est une cause courante de l’arrêt du traitement par les inhibiteurs de l’ECA.

Récepteurs[modifier | modifier le code]

Chez les mammifères, on connaît deux types de récepteurs de la bradykinine. Le récepteur B1 est uniquement exprimé suite à une lésion tissulaire et on suppose qu’il joue un rôle dans la douleur chronique. Le récepteur B2 est constitutivement actif et participe à l’action vasodilatatrice de la bradykinine.

Historique[modifier | modifier le code]

La bradykinine a été découverte par trois physiologistes et pharmacologistes brésiliens travaillant à l’Instituto de Biologia de São Paulo, à São Paulo city, dirigé par le Dr. Maurício Rocha e Silva. Avec des collègues, Wilson Teixeira Beraldo et Gastão Rosenfeld ils ont découvert en 1948 ses puissants effets hypotenseurs dans un préparations animales. La bradykinine a été détectée dans le plasma sanguin d’animaux après l’addition de venin de Bothrops jararaca (serpent fer de lance brésilien), qui avait été apporté par Rosenfeld de l’Institut Butantan. Cette découverte s’inscrivait dans le cadre d’une étude en cours sur le choc circulatoire et les enzymes protéolytiques liées à la toxicologie des morsures de serpent, initiée par Rocha e Silva dès 1939. La bradykinine devait se révéler être un nouveau principe d’autopharmacologique c’est-à-dire une substance qui est libérée dans le corps par une transformation métabolique de précurseurs qui sont pharmacologiquement actifs. Selon B.J. Hagwood, le biographe de Rocha e Silva : « La découverte de la bradykinine a entraîné une nouvelle compréhension de nombreux phénomènes physiologiques et pathologiques, y compris le choc circulatoire, induit par le venin et les toxines. »

Applications[modifier | modifier le code]

L’importance pratique de la découverte de la bradykinine est devenue évidente lorsque l’un de ses collaborateurs à la École de Médecine de Ribeirão Preto à l’Université de São Paulo, le Dr. Sérgio Henrique Ferreira, a découvert un facteur potentialisant l’effet de la bradykinine (bradykinin potentiating factor (BPF) dans le venin bothropique, qui augmente de manière significative et la durée et l’ampleur de ses effets sur la vasodilatation et la baisse consécutive de la pression artérielle. En se fondant sur ce résultat, les scientifiques de Squibb ont développé le premier d’une nouvelle génération de médicaments anti-hypertenseurs très efficaces, appelés inhibiteurs de l'ECA, tels que le captopril (commercialisé sous la marque Capoten), qui a, depuis lors, sauvé de nombreuses vies.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Dendorfer A, Wolfrum S, Wagemann M, Qadri F, Dominiak P. Pathways of bradykinin degradation in blood and plasma of normotensive and hypertensive rats. Am J Physiol Heart Circ Physiol 2001;280:H2182-8. Fulltext. PMID 11299220.
  3. Kuoppala A, Lindstedt KA, Saarinen J, Kovanen PT, Kokkonen JO. Inactivation of bradykinin by angiotensin-converting enzyme and by carboxypeptidase N in human plasma. Am J Physiol Heart Circ Physiol 2000;278(4):H1069-74. Fulltext. PMID 10749699.
  4. Parpura et al., Glutamate-mediated astrocyte−neuron signalling, Nature 1994 Article

Liens externes[modifier | modifier le code]