Canal artériel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma de la région du cœur montrant le canal artériel. (rouge: sang artériel; bleu: sang veineux)
Schéma de la circulation sanguine fœtale.

Le canal artériel, ou conduit artériel[1], est un vaisseau sanguin, fonctionnel uniquement chez le fœtus (et indispensable à sa survie), qui relie le tronc pulmonaire à l'aorte et permet au sang d'éviter la circulation pulmonaire. En effet, l'oxygénation du sang fœtale se fait via le placenta et non par les poumons.

Chez l'adulte, le canal artériel donne un reliquat embryologique non fonctionnel appelé ligament artériel (ligamentum arteriosum).

Anatomie et physiologie[modifier | modifier le code]

Ce canal artériel se situe entre l'artère pulmonaire et la crosse de l'aorte. Il permet au sang veineux de l'artère pulmonaire d'éviter partiellement les poumons, qui au stade fœtal n'ont pas encore de fonction d'échange gazeux. Le sang retourne alors vers l'aorte et sera re-oxygéné par le placenta via les artères ombilicales, et retournera au fœtus par la veine ombilicale.

Malgré tout, environ 10% du débit cardiaque passe par la circulation pulmonaire afin d'irriguer les poumons qui ont besoin de l'énergie nécessaire à leur développement. La circulation pulmonaire étant fortement vasoconstrictée par la sécrétion de substances vasoactives (endothéline), elle impose une forte résistance à l'écoulement du sang.

À la naissance, le système artériel pulmonaire se met en route : le sang est alors oxygéné par les poumons. Dès lors, le canal artériel se ferme et se transforme en ligament artériel, fixant entre elles l'artère pulmonaire et l'aorte.

En pathologie[modifier | modifier le code]

La persistance du canal artériel correspond à une ouverture persistante de ce canal après la naissance

Des malformations cardiaques nécessitent de maintenir artificiellement ouvert ce canal par des médicaments : ces malformations cardiaques sont nommées malformations ducto-dépendantes comme la transposition des gros vaisseaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anatomie et physiologie humaines, Elaine N. Marieb et Katja Hoehn, Editions Pearson, adaptation française de la 8e édition américaine, p. 1259