Bois de Païolive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bois de Païolive
Bois de Païolive : l'ours et le lion.
Bois de Païolive : l'ours et le lion.
Localisation
Coordonnées 44° 24′ N 4° 11′ E / 44.4, 4.18 ()44° 24′ Nord 4° 11′ Est / 44.4, 4.18 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Géographie
Superficie 1 669 ha

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Bois de Païolive

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

(Voir situation sur carte : Ardèche)
Bois de Païolive

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bois de Païolive

Le bois de Païolive est une forêt ancienne qui s'étend sur 16 km2 dans le sud du département de l'Ardèche. Ce bois possède une forte valeur patrimoniale du fait de sa grande richesse en matière de biodiversité, de naturalité ainsi que par les paysages de pierre traversés par les gorges du Chassezac.

Situation[modifier | modifier le code]

Le bois de Païolive se situe à l'extrême sud du département de l'Ardèche (Rhône-Alpes), au pied des Cévennes, en limite des départements du Gard et de la Lozère, situés en Languedoc-Roussillon. À la périphérie des Vans, et à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d'Aubenas, le bois de Païolive s'étend sur les trois communes des Vans, de Banne et de Berrias-et-Casteljau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ermitage Saint-Eugène dans le bois de Païolive.

Paléolithique[modifier | modifier le code]

De par sa position géographique, à proximité de grandes voies de passages naturels, et de son climat clément, l'Ardèche méridionale a toujours été un lieu privilégié ayant permis l'implantation des populations depuis la plus lointaine Préhistoire. Les fouilles, au niveau de l'abri des pêcheurs, montrent que concomitamment aux gorges de l'Ardèche, les gorges du Chassezac ont également abrité au Paléolithique des hominidés lors des périodes glaciaires. Néandertal d'abord, il y a 52 000 ans, puis Homo sapiens (Cro-Magnon) ensuite.

Néolithique[modifier | modifier le code]

Durant l'âge des métaux, les nombreux dolmens de l'Ardèche, et donc ceux de Païolive, ainsi que les vestiges de poterie sont les témoins principaux des débuts de l'agriculture et la poterie puis de l'âge des métaux dans les environs.

Temps historiques[modifier | modifier le code]

Les nombreux vestiges d'aménagements divers en pierre sèche nous montrent une population rurale habitant et exploitant essentiellement la périphérie du bois, dans la plaine, près des cours d'eau mais aussi exploitant les lieux les plus reculés, les plus secs et les plus rocheux.

Les héros du roman de Firmin Boissin, Jan de la Lune sont passés par l’ermitage de Saint-Eugène, la Denaille de la Padelle et la Gleysasse après la dispersion du dernier camp de Jalès. Les terrasses, murettes, capitelles, béalières sont les témoins d'un passé rural parfois fort difficile.

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Affleurement calcaire

Le bois de Païolive est un site géologique remarquable mais aussi un haut-lieu de la biodiversité et de la naturalité en Europe. Ce vaste secteur se compose d'une mosaïque de milieux naturels offrant un havre de paix et de protection à de très nombreuses espèces animales et végétales.

Datant du Jurassique (180 millions d'années), ce milieu calcaire karstique « à caractère ruiniforme » est issu de l'érosion des calcaires. Ce phénomène a donné naissance a des formes naturelles surréalistes, comme des gorges profondes creusées par le Chassezac, rivière descendant de Lozère ; des fractures et diaclases diverses créant de superbes lapiaz ; ou des chaos minéral et végétal aux formes tourmentées, véritables labyrinthes de sculptures naturelles.

Les milieux naturels sont très variés, on note notamment la présence de milieux aquatiques autour des berges du Chassezac, mais aussi près des ruisseaux du plateau calcaire, avec des végétaux aux bords des rivages sous forme de ripisylve. Des milieux rupestres, des hautes falaises et des forêts anciennes de chêne blanc et de chêne vert s'ajoutent à ces zones humides, ainsi que des garrigues et pelouses sèches sur les affleurements calcaires arides.

Le sous-sol est parsemé de grottes et de résurgences, reliées par plusieurs réseaux de galeries souterraines.

Le hameau de Berrias, au sein de la commune de Berrias-et-Casteljau, sur lequel a été étudiée une roche calcaire particulière, a donné son nom à un étage géologique : le berriasien.

Protection[modifier | modifier le code]

Sentier de randonnée bordé de murets de pierre

Le bois de Paiolive est protégé par la loi depuis 1934[1]. Il est classé en zone zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I sous le numéro régional n°07170001[2] , site d'importance communautaire Natura 2000[3], et Espace Naturel Sensible.

De nombreuses espèces végétales et animales y sont régulièrement étudiées, voire découvertes.

Flore[modifier | modifier le code]

Le site compte plusieurs espèces endémiques rares protégées.

Faune[modifier | modifier le code]

Mammifères[modifier | modifier le code]

On note la présence du Castor d'Europe et de plusieurs espèces de chiroptères.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Le bois de Païolive est un site de nidification d'espèces rares comme le martin-pêcheur d'Europe, le grand-duc d'Europe, le rollier d'Europe, le pic épeichette, le faucon hobereau, l'alouette lulu, le milan noir, le merle bleu, le balbuzard pêcheur, la fauvette orphée et l'huppe fasciée.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le bois de Païolive comporte plusieurs sentiers pédestres balisés, comme le « sentier de la Vierge », le « sentier de la corniche » ou la « boucle du randonneur »[4]. La pratique de la spéléologie est facilitée par la présence de grottes reliées par plusieurs réseaux de galeries souterraines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association Païolive, collectif de 32 auteurs, Les Cahiers de Païolive no 1
  • Firmin Boissin, Jan de la Lune, Paris, Nouvelle Librairie Parisienne, Albert Savine Ed.,‎ 1887
  • Vincent Hugonnot, Mousses et hépatiques de Païolive (Ardèche et Gard, France, Jarnac, Société Botanique du Centre-Ouest,‎ 2010, 293 p. (ISSN 0759-934X)