Beit Sahour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 42′ 00″ N 35° 13′ 00″ E / 31.7, 35.21666667 ()

Vue de l'église franciscaine du champ des Bergers
Fresque du champ des Bergers à l'intérieur de l'église franciscaine

Beit Sahour est une ville de Cisjordanie gérée par l'autorité palestinienne. Sa population était de 12 367 habitants en 2007 dont 80 % de chrétiens et 20 % de musulmans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beit Sahour se trouve à l'est de Bethléem qu'elle jouxte, et à côté de Beit Jala. Elle fait partie du gouvernorat de Bethléem. La municipalité s'étend sur une surface de 6,9 km2 (6 945 dunams).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est construite sur le lieu supposé du champ des bergers qui ont assisté ensuite à la naissance du Christ. Une église et un monastère y sont construits par l'impératrice Hélène. On peut y visiter la grotte des bergers.

Beit Sahour fait partie des territoires occupés par Israël depuis 1967. La ville a joué un rôle-clé dans les dernières Intifadas, grâce à des techniques de résistance non-violente, sous l'égide de l'International Solidarity Movement, dont l'opération « No Taxation Without Cooperation ».

Religion[modifier | modifier le code]

  • Église catholique du Champ des Bergers, appartenant à la custodie franciscaine de Terre Sainte (Der es-Siar), construite en 1953-1954 sur les ruines d'une basilique (octogonale) de la Nativité du Ve siècle.
  • Monastère orthodoxe du Champ des Bergers (Der er'Rawat), et son église souterraine consacrée à la Mère-de-Dieu, avec la grotte des Bergers, et une église construite récemment.
  • Chapelle de la Fontaine de Marie (Bir as-Sydah), au-dessus de la fontaine à laquelle s'est abreuvée Marie pendant sa Fuite en Égypte, le puits a été creusé par Jacob, fils d'Isaac.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville est largement axée sur le tourisme et les activités de pèlerinages, et le commerce qui y est lié, comme l'artisanat de sculpture sur bois d'olivier, ou la broderie. Grâce au programme gouvernemental « Bethléem 2000 », la ville a bénéficié de la réhabilitation de ses infrastructures touristiques et de la rénovation de son parc hôtelier, pour la célébration du bimillénaire de la naissance de Jésus, mais depuis septembre 2000 la surveillance policière israélienne, la politique de confiscation des terres et les freins au libre commerce provoquent un accroissement du chômage et un exode des chrétiens[1].

La ville possède aussi des fabriques de textile et de produits chimiques.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la municipalité

Liens externes[modifier | modifier le code]