Bataille du Grand Zab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Grand Zab
Informations générales
Date 25 janvier 750
Lieu Grand Zab
Issue Victoire abbasside décisive
Chute du Califat omeyyade
Fondation du Califat abbasside
Belligérants
Umayyad Flag.svg Califat omeyyade Black flag.svg Abbassides
Commandants
Umayyad Flag.svg Marwān II Black flag.svg ʿAbd Allāh ibn ʿAliyy
Forces en présence
100 000 hommes 80 000 hommes
Pertes
Inconnues Inconnues
Révolte abbasside
Coordonnées 35° 59′ 28″ N 43° 20′ 37″ E / 35.991111111111, 43.343611111111 ()35° 59′ 28″ Nord 43° 20′ 37″ Est / 35.991111111111, 43.343611111111 ()  

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Grand Zab.

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Grand Zab.

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Grand Zab.

La bataille du Grand Zab a lieu sur les rives du Grand Zab, en Irak, le 25 janvier 750 et oppose le Califat omeyyade à une coalition dirigée par les Abbassides. Cette bataille conduit à la chute de la dynastie omeyyade et son remplacement pas la dynastie abbasside, qui restera au pouvoir jusqu’au XIIIe siècle.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 747, au moment où le calife omeyyade Marwān II prévoit de rétablir l'ordre en Irak suite à un soulèvement kharidjite, un nouveau mouvement bien plus sérieux menace le Califat omeyyade : le mouvement hachimite, du nom de ʾAbū Hāšim, fils de Muḥammad ibn Al-Ḥanafiyya et petit-fils de ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib. C'est une branche des chiites kaysanites, menée par les Abbassides, du clan des Banū Hāšim, rival des Banū ʾUmayya. L'un des principaux facteurs de ce soulèvement est la corruption qui gangrène l'État, notamment les gouverneurs des provinces lointaines du Califat. Le mouvement hachimite est actif au Khorassan et mène une campagne de prosélytisme en recrutant de nombreux adhérents depuis 719 environ. Les Abbassides rallient également à leur cause les anciens partisans de la révolte d'Al-Muḫtār ibn ʾAbī ʿUbayd, qui étaient partisans de Muḥammad ibn Al-Ḥanafiyya vers la fin des années 680. La croissance soutenue du mouvement hachimite vient notamment du fait de sa popularité aussi bien auprès des Arabes que des non Arabes (mawālī), ce qui jouera un rôle crucial.

Vers 746, ʾAbū Muslim Al-Ḫurāsāniyy prend la tête du mouvement et initie une insurrection ouverte contre le pouvoir omeyyade un an plus tard. Les Abbassides prennent très vite le contrôle de tout le Khorassan et se dirigent vers l'ouest. Koufa est prise en 749.

Déroulement[modifier | modifier le code]

En 750, l’armée omeyyade, dirigée par le calife Marwān II, rencontre l'armée menée par les Abbassides, qui contient également des chiites et des Iraniens, sur les rives du Grand Zab, près du confluent avec le Tigre, en Irak. L’armée omeyyade est plus nombreuse, mieux entraînée, mieux équipée et plus expérimentée, contenant de nombreux vétérans ayant combattu l'Empire byzantin, mais son soutien au calife omeyyade est assez mou, et elle est démoralisée par la série de défaites infligées aux débuts de la révolte par les Abbassides qui, eux, ont le moral très élevé.

L’armée abbasside forme un mur de lances, tactique probablement adoptée au fil de leurs précédentes batailles. Ceci n'empêche pas la cavalerie omeyyade de charger, sans doute par excès de confiance en son expérience, mais l'attaque est un échec et le mur abbasside ne peut être percé. Démoralisés, les Omeyyades se retirent de la bataille, plusieurs sont tués par les Abbassides ou se noient dans les eaux de la rivière.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la bataille, Marwān II fuit en Égypte, où il est tué. La même année, Damas est prise et ʾAbū Al-ʿAbbās As-Saffāḥ, chef des Abbassides, est proclamé calife à Koufa. C'est la fin du Califat omeyyade et le début du Califat abbasside.

Les Abbassides détruisent la plupart des tombeaux omeyyades, n'épargnant que celui de ʿUmar II, et presque tous les membres de la famille sont traqués et tués, mais le prince omeyyade ʿAbd Ar-Raḥmān ibn Muʿāwiya, petit-fils de Hišām, réussit à s'enfuir, à gagner la péninsule Ibérique et à y établir un émirat à Cordoue. En 929, l'émir ʿAbd Ar-Raḥmān III prend le titre de calife.

Bibliographie[modifier | modifier le code]