Bajazet Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bayezid Ier
Le sultan Bayezid Ier
Le sultan Bayezid Ier
Titre
4e Sultan ottoman
138920 juillet 1402
13 ans
Prédécesseur Mourad Ier
Successeur Mehmed Ier
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Date de naissance v. 1360
Date de décès 8 mars 1403 (~43 ans)
Père Mourad Ier
Mère Gülçiçek Hatun
Enfant(s) Suleyman, Isa, Musa, Mehmed et Moustafa

Signature

Bajazet Ier
Dynastie ottomane
Le sultan Bayezid Ier

Bayezid Ier (turc : Yıldırım[1] Bayezıd), en français Bajazet, est un sultan ottoman né vers 1360. Il succéda à son père Mourad Ier en 1389 après la mort de ce dernier à la bataille de Kosovo, en se débarrassant immédiatement de son frère Yakub Çelebi.

Son caractère emporté, et la rapidité de ses décisions lui valurent son surnom de « Foudroyant ». Fait prisonnier par Tamerlan en 1402, il mourut en captivité en 1403.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il passa son enfance à Bursa où il reçut la meilleure éducation possible. Il épousa en 1381 la fille du bey de Germiyan, Devlet, qui apporta plusieurs villes en dot aux Ottomans, dont Kutahya[2].

Prise du pouvoir et conquêtes dans les Balkans[modifier | modifier le code]

En 1390, il participa avec son père et son frère à la bataille de Kosovo ; Mourad Ier étant mort sur le champ de bataille, Bayezid s'empara du pouvoir et fit exécuter Yakub. Il conclut avec Milica (veuve du prince serbe Lazar Hrebeljanović tué lui aussi) et les dignitaires de l'Église serbe, un traité laissant à la Serbie une large autonomie. Il épousa la fille de Lazar, Olivera Despina. Stefan Lazarević, fils de Lazar, devenu son beau-frère et vassal, devait assurer sa victoire contre les armées chrétiennes à la bataille de Nicopolis en 1396.

Entre 1389 et 1395, Bayezid conquit la Bulgarie et le nord de la Grèce.

Campagnes en Anatolie[modifier | modifier le code]

Dès 1389, les princes turcs de l'Anatolie, notamment ceux des deux grands émirats de Germiyan (région centre-ouest de l'Anatolie, autour de Kütahya) et de Karaman, commencèrent à s'opposer à la dynastie ottomane. En 1390, Bayezid parvint, grâce à la dot de son mariage avec la princesse Devlet de Germiyan, à annexer le vaste territoire des princes de Germiyan. Puis, Bayezid arriva en Anatolie avec des troupes serbes et conquit l'émirat de Karaman en 1397.

Siège de Constantinople[modifier | modifier le code]

En 1391, il entreprit le blocus de Constantinople, la capitale de l'Empire byzantin. Ce siège fut à la fois terrestre et maritime. Les Turcs ne vinrent pas à bout des murailles de la ville. En 1392, une armée hongroise menée par le roi Sigismond Ier de Luxembourg obligea Bayezid à lever le siège. En 1393, Bayezid assiéga la ville de Tirnovo, capitale de l'Empire bulgare. Après cette campagne en Valachie et l'annexion de la province de Salonique en Grèce, le siège de Constantinople fut repris en 1394.

La Forteresse dite « Anadoluhisari » au bord du Bosphore

Pour ce faire, la forteresse Anadoluhisari (mot à mot : forteresse d'Anatolie) fut construite en 1394 au nord de Constantinople, sur la rive asiatique du Bosphore, afin de bloquer le passage des Détroits aux navires ennemis. Mais l'absence de marine et de canons suffisamment puissants rendit ce siège sans effet. À la demande de l'Empereur byzantin Manuel II Paléologue une nouvelle expédition de soutien fut organisée en 1396 avec les Bourguignons. De nouveau commandée par Sigismond Ier de Luxembourg, cette armée de secours fut défaite à la bataille de Nicopolis et les coalisés perdirent le terrain gagné. Cette expédition est appelée parfois la dernière croisade ou encore croisade de Nicopolis. Après cette victoire le calife abbasside du Caire Al-Mutawakkil Ier nomma Bayezid Sultan d'Anatolie.

Le siège de Constantinople fut maintenu jusqu'en 1398. L'irruption de Tamerlan en Anatolie obligea à le lever. Le traité prévoyait que Constantinople paie une très forte rançon et qu'une mosquée soit construite dans la ville. Bayezid engagea une bataille avec les Génois du quartier de Galata sur la rive nord de la Corne d'Or.

Bataille d'Ankara[modifier | modifier le code]

En 1400, Tamerlan, après avoir pillé un certain nombre de villages, réussit à soulever les petites principautés turques que Bayezid avait annexés. Le 20 juillet 1402 à Ankara s'engagea la bataille, fatale pour Bayezid qui fut vaincu et fait prisonnier. L'histoire raconte que lorsque Bayezid fut amené enchainé dans la tente de Tamerlan, il éclata de rire. "Tu as tort de te moquer de moi, regarde ce qui m'est arrivé, cela pourrait aussi bien t'arriver!". Ce à quoi Tamerlan répondit: "Je ne me moque pas de toi mais de l'ironie d'Allah qui a partagé le destin du monde entre un borgne et un boiteux!" La légende selon laquelle il aurait été mis en cage paraît douteuse mais il est probable que Tamerlan l'ait gardé auprès de lui. Sa femme et ses filles furent transférées dans le harem de Tamerlan.

Bayezid est mort en captivité en 1403. Selon certaines sources, il se serait suicidé en utilisant le poison dissimulé dans son anneau tandis que pour d'autres, il se serait fendu le crâne en le heurtant contre les barreaux de sa geôle.

Descendance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Interrègne ottoman.

Bayezid Ier a eu cinq fils[3] : Suleyman, Isa, Musa, Mehmed et Mustafa (capturé ou tué à la bataille d'Ankara). Les quatre survivants se disputèrent le pouvoir : l'État ottoman entra dans une période de désordre et de querelles de succession appelée « l'interrègne ». Son fils Mehmed, qu'il avait eu avec Devlet, princesse de Germiyan, lui succéda finalement sous le titre de Mehmed Ier.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « foudre » ; « tonnerre »
  2. R Mantran, Histoire de l'Empire ottoman, p 43
  3. « Généalogie de la Dynastie Ottomane. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-24

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]