Aqueducs d'Arcueil et de Cachan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aqueducs d'Arcueil et de Cachan
L'aqueduc de la Vanne vu depuis le jardin panoramique de Cachan.
L'aqueduc de la Vanne vu depuis le jardin panoramique de Cachan.
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Localité Arcueil, Cachan
Coordonnées géographiques 48° 47′ 58″ N 2° 19′ 58″ E / 48.799316, 2.332857 ()48° 47′ 58″ N 2° 19′ 58″ E / 48.799316, 2.332857 ()  
Fonction
Franchit Vallée de la Bièvre
Fonction Aqueduc
Caractéristiques techniques
Type Arches en maçonnerie

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

(Voir situation sur carte : Val-de-Marne)
Aqueducs d'Arcueil et de Cachan

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Aqueducs d'Arcueil et de Cachan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aqueducs d'Arcueil et de Cachan

Les aqueducs d'Arcueil et de Cachan sont un ensemble d'aqueducs à la limite d'Arcueil et de Cachan dans le Val-de-Marne qui traverse, à l'endroit d'un éperon, la vallée de la Bièvre. Ces aqueducs transportent les eaux de trois rivières : la Vanne, le Loing et le Lunain, rivières du bassin de la Seine et parcourant chacune entre 60 et 160km en Bourgogne, Champagne et Gâtinais. C'est ainsi que se superposent pas moins de trois ponts-aqueducs dont deux fonctionnent toujours et amènent à la capitale 145 000 m3 d'eau par jour.

Les quatre aqueducs[modifier | modifier le code]

L'aqueduc gallo-romain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aqueduc de Lutèce.

L'aqueduc de Lutèce approvisionnait probablement les thermes de Cluny à Paris bien qu'aucun vestige ne puisse le prouver. Il en reste encore aujourd'hui trois piles au bord de la Bièvre (entre lesquelles fut encastrée l'intéressante aile d'époque Renaissance de l'ancien château du Fief-des-Arcs), ainsi qu'une arche découverte à l'occasion d'une campagne de restauration menée à la fin des années 1980 par l'administration des monuments historiques.

L'aqueduc Médicis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aqueduc Médicis.

L'aqueduc Médicis fut construit en pierre de taille sur ordre de Marie de Médicis à partir de 1613 pour alimenter son château et le jardin du Luxembourg. On peut découvrir sur ses parements d'innombrables « marques de tâcherons », monogrammes ou représentations précises d'outils ayant servi sur le chantier même.

2013 est l'année de son 400e anniversaire[1].

L'aqueduc de la Vanne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vanne (rivière).
Aqueduc de la Vanne.

L'aqueduc de la Vanne, imposante surélévation en pierre meulière de la fin du XIXe siècle, fut construit par l'ingénieur Eugène Belgrand pour alimenter le réservoir de Montsouris. Il fut partiellement endommagé, très peu de temps après sa mise en service, lors des combats de la Commune de Paris de 1871, par des tirs de canons des troupes régulières obéissant au gouvernement français dirigé par Adolphe Thiers.

Ce dernier aqueduc est impressionnant, par sa longueur de plus d'un kilomètre, sa hauteur de 38 m, et par ses 77 arcades dont certaines sont directement supportées par l'aqueduc Médicis.

Un quatrième aqueduc à Cachan[modifier | modifier le code]

Cachan possède un autre aqueduc, l'aqueduc du Loing et du Lunain. Ce dernier est moins imposant, car l'eau est conduite en siphon le long des coteaux ; seule la partie centrale est surélevée pour éviter le fond de la vallée.

Postérité[modifier | modifier le code]

Aqueducs illuminés vus depuis le Jardin panoramique de Cachan

Afin de mettre en valeur les aqueducs, ceux-ci sont illuminés la nuit depuis le 7 mars 2009[2].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, la maison des parents de l'épicier Collignon, symbole dans le film du confort anesthésiant de la banlieue, est surplombée par l'aqueduc. Une autre maison possède deux piles de l'aqueduc au milieu de son jardin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Laporte, L'Aqueduc Médicis. Ses souterrains entre Paris et le Palais du Luxembourg. Visite historique et contemporaine, éditions OCRA, 1998 (ISBN 2-9503162-1-2)
  • Pierre Housieaux et Yvonne Poulle, À la découverte de la maison du fontainier, éditions de l'association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique, 2001 (ISBN 2-909653-07-2)
  • Karine Berthier et Pierre Housieaux, L'Aqueduc Médicis, des sources de Rungis aux fontaines de Paris, Somogy éditions d'art, 2013 (ISBN 978-2-7572-0646-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]